Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Dejeuner de travail entre le president de la France, et le president du conseil europeen, au Palais de l Elysee. Illustration du drapeau europeen sur la voiture officielle Mercedes, avec des gardes republicains en arriere-plan.
Xose Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Illustration du drapeau europeen sur la voiture officielle Mercedes, avec des gardes republicains en arriere-plan. © Xose Bouzas / Hans Lucas via AFP.

Illustration du drapeau europeen sur la voiture officielle Mercedes, avec des gardes republicains en arriere-plan. © Xose Bouzas / Hans Lucas via AFP.

Illustration du drapeau europeen sur la voiture officielle Mercedes, avec des gardes republicains en arriere-plan. © Xose Bouzas / Hans Lucas via AFP.

Présidence française de l’Union européenne : 6 mois pour les droits humains ?

La France préside depuis le 1er janvier le conseil de l’Union Européenne (UE), une première depuis 2008. Cette présidence qui va durer six mois est une occasion unique de porter un agenda ambitieux pour les droits humains en Europe. La France doit être au rendez-vous !

La présidence tournante du conseil de l’Union européenne dure six mois. Ce conseil, qui partage le pouvoir législatif de l’UE avec le Parlement européen, a beaucoup d’influence dans le système communautaire.

Pendant la présidence française du conseil de l’UE (PFUE) nos ministres présideront toutes les réunions de ce conseil (affaires étrangères, défense, agriculture, etc..) et joueront ainsi un rôle essentiel de compromis et d’initiative.

Pourquoi nous engager et porter des recommandations à la France ? Parce que c’est une opportunité rare de faire entendre nos priorités au niveau de toute l’UE pour un meilleur respect des droits !

À lire aussi : Notre manifeste pour les élections présidentielles 2022

Un contexte de menace sur les droits dans l’UE

Cette présidence française se tient dans un contexte inquiétant. L’état de droit, c’est-à-dire le respect des valeurs et libertés fondamentales que porte l’Union européenne depuis sa création, est sérieusement menacé en Hongrie et en Pologne. Les attaques se multiplient contre l’indépendance de la justice, la liberté d’expression et de la presse, le droit de manifester.

Les discriminations de genre s’aggravent, les droits des migrants et des demandeurs d’asile sont régulièrement violés par les Etats européens et comme l’a révélé l’affaire Pegasus la surveillance numérique est un vrai danger et le secteur doit être régulé.

La France doit s’engager pendant sa présidence à tout faire pour défendre les droits en Europe !

Nos priorités pour la PFUE

Nous avons préparé un document de recommandations pour appeler la France à placer les droits humains au cœur de sa présidence.

Parmi nos recommandations, nous demandons que la présidence française du conseil de l’UE permette enfin à la France de donner des exemples concrets de sa « diplomatie féministe » au niveau de l’Union européenne. Les droits humains doivent être au cœur de la politique étrangère européenne : Chine, Égypte, Russie, Turquie, Inde et Afghanistan, autant de pays tiers avec qui l’UE doit réorienter sa diplomatie pour ne plus oublier la défense des libertés.

Les défis sont nombreux :

Soutenir la Convention d’Istanbul pour les droits des femmes,

Protéger les défenseurs au sein de l’UE,

Axer les politiques d’asile et de migrations sur la solidarité et les droits humains,

Lutter contre la surveillance ciblée illégale...

Nous ferons tout notre possible pour que la France soit au rendez-vous et qu’à la fin de la présidence française du conseil de l’UE les droits humains soient plus respectés dans l’Union européenne.

Présidence française de l’Union européenne : 6 mois pour les droits humains ? - Amnesty International France