Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Des civils fuient Alep. 13/01/2016

Conflits armés et protection des civils

Les civils sont les premières victimes des conflits. Ils doivent en être protégés.

1Analyse & Recommandations
Nous soutenir

Amnesty a besoin de vous

L'action d'Amnesty International fonctionne grâce à vos dons. Nous avons besoin de vous pour continuer à veiller sur le respect des Droits Humains.

Rester informé(e)

Abonnez-vous à la newsletter

Et restez informé(e) de chaque avancée d'Amnesty sur la lutte contre l'impunité

Les conflits armés continuent d’apporter mort et souffrance à grande échelle, et d’obliger des millions de personnes à quitter leur foyer. Les populations civiles en sont les premières victimes. Exécutions, torture, viols et autres formes de violences sexuelles, déplacements forcés, leur protection est mise à mal. Pourtant, les parties au conflit (Etats, groupes armés et autres acteurs) ont, en vertu du droit international humanitaire, l’obligation de les protéger.

Des civils de plus en plus exposés

Quelles que soient leur nature et leur intensité, les conflits armés entraînent partout des violences. De la République centrafricaine à la Syrie, du Yémen à l’Irak, en passant par Gaza, les civils sont les premières victimes des combats. Ils devraient pourtant en être protégés comme l’exige le droit international humanitaire.

Le contexte des conflits favorise également d’autres formes de violences : recours à la détention arbitraire ou aux disparitions forcées, généralisation de la torture. En Syrie, par exemple, depuis le début du conflit en 2011, des dizaines de milliers de civils ont fait l’objet d’arrestations arbitraires et ont subi des tortures systématiques dans les centres de détention. Les viols et autres formes de violences sexuelles (esclavage sexuel, grossesses forcées, stérilisations forcées, etc.) sont également perpétrés contre les civils dans les contextes de conflits armés. Les femmes et les filles en sont souvent les principales cibles, mais les hommes et les garçons ne sont pas épargnés. En 2021, Ethiopie, du côté de Chenna, un village au nord de Bahir Dar, la capitale de la région Amhara, les forces tigréennes ont violé des dizaines de femmes et de jeunes filles, parfois âgées de 14 ans seulement.

24,3 millions de personnes au Yémen ont besoin d’une aide humanitaire (notamment de nourriture, de soins de santé et d’un abri), dont plus de 12,2 millions d’enfants (HCR et UNICEF, 2020)

Des enfants sont également enrôlés de forces au sein de forces combattantes. Lors des affrontements, les infrastructures civiles sont aussi touchées : les hôpitaux ou les bâtiments publics sont souvent ciblés et détruits, y compris lors de bombardements, plongeant durablement des populations entières dans le chaos. Les conflits contraignent aussi les civils à fuir les violences pour chercher asile et protection, bien souvent en traversant les frontières de leurs pays et avec des perspectives de retours souvent réduites.

Que faisons-nous ?

Pour identifier les violations du droit international commises durant les conflits armés, nous enquêtons à la fois sur le terrain et à distance.

Nos chercheurs passent chaque année des milliers d’heures sur le terrain, dans des zones touchées par les conflits. Ces expertes et experts interrogent des témoins et des victimes et recueillent des informations auprès d’un large éventail d’organisations et responsables locaux, y compris au sein de l’armée et des forces de l’ordre.

En plus de recueillir  des informations directement depuis les zones de conflits, nous employons diverses techniques de détection à distance à la pointe de la technologie, notamment l’analyse d’images satellite et l’analyse de données numériques disponibles, telles que les photos et les vidéos mises en ligne par des témoins.

Les témoignages et les photos obtenus sur le terrain, ainsi que les données et images obtenues à distance nous fournissent les informations factuelles sur lesquelles l’organisation fonde son travail de plaidoyer et de campagne au niveau mondial.

Nous apportons également notre soutien aux victimes dans leur quête de justice et de respect de l’obligation de rendre des comptes, auprès des autorités nationales et devant des institutions internationales telles que l’ONU ou la Cour pénale internationale.

Pour le respect du droit international humanitaire

Les conflits armés sont principalement régis par le droit international humanitaire, que l’on appelle également « les lois de la guerre ». Le droit international humanitaire est un ensemble de règles, certaines inscrites dans des traités et d’autres dans la coutume, limitant les agissements considérés comme acceptables de la part des parties à un conflit.

Il exige des parties à un conflit qu’elles opèrent une distinction entre les civils, qui bénéficient d’une protection, et les combattants,. Ces règles sont universellement applicables, même si des Etats et des groupes armés continuent de les bafouer et que la réponse de communauté internationale n’est souvent pas à la hauteur. Dans plusieurs situations les parties en conflit méprisent les règles du droit international humanitaire et se rendent ainsi responsables de crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou crime de génocide.

L’accès à la justice et à la réparation pour les victimes de crimes internationaux est primordial. Or, les auteurs présumés de crimes de guerre, et de crimes contre l’humanité restent trop souvent impunis, malgré l’existence de procédures judiciaires devant les tribunaux nationaux ou internationaux, comme la Cour pénale internationale.

Loading...

Ce que demande Amnesty International

Notre priorité est de faire appliquer le droit international humanitaire pour que les civils soient épargnés et protégés dans les situations de conflits. Cela passe par :

La condamnation et l'interdiction de crimes de guerre tels que l’attaque délibérée contre des civils ou des biens de caractère civil, la disparition forcée, la torture, les exécutions sommaires, et de possibles crimes contre l’humanité

La protection des femmes contre les violences sexuelles dans les conflits notamment via l’application de résolution 1325 des Nations unies, qui impose aux États de prendre les mesures nécessaires

La fin du recrutement et de l’utilisation des enfants soldats : leur démobilisation, leur réadaptation et leur réinsertion dans la société

L’accès des victimes au droit et à la justice internationale ; la fin de l'impunité pour les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité.

Comprendre : Qu’est-ce que le droit international humanitaire ?

Guerre en Ukraine : toutes nos enquêtes depuis le début de l'invasion russe

Agir

La thématique "Crises et Conflits armés" vous intéresse ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières informations sur le sujet

2Ressources
rapport
Anyone can die at any time
Indiscriminate attacks by russian forces in Kharkiv, Ukraine
rapport
We will erase you from this land
Les crimes contre l'humanité et le nettoyage ethnique dans le Tigré occidental en Éthiopie.
rapport
At any cost: The civilian catastrophe in West Mosul, Iraq
Ce rapport couvre les combats qui se sont déroulés dans l'ouest de la ville de janvier à la mi-mai 2017. (EN ANGLAIS)
rapport
"It breaks the human" : torture, disease and death in syria's prisons
Entre 2011 et 2015, 17 723 personnes sont mortes en détention en Syrie. 65 détenus ont été interviewés par Amnesty International, tous relate des cas de torture et d’atroces conditions de détention.
rapport
"You don't exist" Arbitrary detentions, enforces disappearances and torture in Eastern Ukraine
Dans l'est de l'Ukraine, les autorités ukrainiennes et les séparatistes soutenus par la Russie soumettent des civils à une détention arbitraire, prolongée et parfois secrète, ainsi qu'à la torture. Amnesty International et Human Rights Watch publient ce rapport.En anglais uniquement.
rapport
Iraq: Banished and dispossessed: Forced displacement and deliberate destruction in northern Iraq
Plus de 3 millions de personnes ont été déplacées à cause du conflit qui ravage l'Irak, le nombre le plus élevé de personnes déplacées dans le monde en 2015 selon la Croix-Rouge, sans possibilité de retour vers leurs villages. Rapport en anglais.
rapport
"Mes enfants ont peur" Aggravation de la crise des droits humains au Burundi
Depuis quelques mois, les habitants de Bujumbura reçoivent presque quotidiennement des informations concernant des corps retrouvés dans la rue. L’Union africaine (UA) et l’Organisation des Nations unies (ONU) doivent prendre de toute urgence des mesures concertées afin d’empêcher que la situation ne se détériore.
rapport
Yemen: 'Nowhere safe for civilians': Airstrikes and ground attacks in Yemen
Notre rapport, intitulé ‘Nowhere safe for civilians’: Airstrikes and ground attacks in Yemen', met en relief les conséquences des frappes aériennes illégales effectuées par la coalition contre des zones résidentielles densément peuplées, ainsi que celles des attaques au sol par des groupes armés loyaux ou hostiles aux houthis, qui ont lancé des assauts disproportionnées contre des zones civiles. Rapport en anglais.
rapport
Syrie « Le marché noir des disparitions forcées »
L'ampleur et le caractère orchestré des dizaines de milliers de disparitions forcées perpétrées par le gouvernement syrien au cours des quatre dernières années sont exposés dans notre rapport "Between prison and the grave: Enforced disappearances in Syria". Ce rapport décrit de façon détaillée l'abattement et le traumatisme des familles des dizaines de milliers de personnes qui ont disparu sans laisser de traces en Syrie, et la façon dont elles sont exploitées financièrement. Rapport complet en anglais.
rapport
"Do not remain silent" Survivors of sexual violence in South Sudan call for justice and reparations
rapport
War of Annihilation
Devastatin toll on civilians, Raqqa - Syria (en anglais)
rapport
Syrie : la "guerre d'anéantissement" a fait des ravages dans la population civille à Raqqa (extraits)
synthèse en français
3Actions
4Actualités
Conflits armés dans le monde - Amnesty International - Amnesty International France