Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
© Brandon Bell /Getty Images via AFP

© Brandon Bell /Getty Images via AFP

© Brandon Bell /Getty Images via AFP

Grâce à vous, déjà 11 victoires marquantes en 2021

Grâce à votre mobilisation, nos combats pour les droits humains avancent. Chaque action menée, chaque pétition signée, chaque avancée compte. La période estivale est l’occasion de revenir ensemble sur les bonnes nouvelles et les victoires qui ont marqué ce début d’année 2021.

1. Justice pour George Floyd

En 2020, nous avions remis plus d'un million de signatures du monde entier au procureur général des États-Unis William Barr pour réclamer justice pour George Floyd, un homme noir tué par la police à Minneapolis, dans le Minnesota, le 25 mai 2020.  

Le tribunal de Minneapolis a rendu son verdict le 25 juin 2021 : Derek Chauvin, le policier reconnu coupable du meurtre de George Floyd, a été condamné à 22 ans et six mois de prison.

L'affaire avait déclenché une vague de mobilisation dans le monde entier. C'est donc une décision importante dans une affaire symbolique du racisme systémique et des violences policières aux États-Unis ! Lire notre article.

2. Des militants et défenseurs des droits humains libérés grâce à notre mobilisation !

Loujain al-Hathloul © Al-Hathloul family

👉 Après 1001 jours de détention dans des conditions inhumaines, Loujain al-Hathloul est sortie de prison le 10 février. Un immense soulagement !

Pour autant, rien ne pourra compenser la cruauté des traitements qu’elle a subis ni l’injustice de son emprisonnement. Loujain n’a jamais été une criminelle. C’est une défenseure des droits humains sanctionnée uniquement pour avoir osé prôner le changement pour les femmes de son pays, l’Arabie saoudite. Lire notre article.

👉 En Arabie saoudite également, Nassima al-Sada et Samar Badawi ont passé trois années en prison pour avoir milité pour les droits des femmes. Elles ont été libérées au mois de juin.

Depuis 2018, nous agissions pour la libération de onze saoudiennes défenseures des droits des femmes : notre engagement collectif a porté ses fruits et elles sont désormais toutes sorties de prison.

👉 Germain Rukuki, défenseur des droits humains au Burundi, est sorti de prison. Il avait été condamné par les autorités parce qu'il militait pour l’abolition de la torture.

Nous avions défendu sa situation lors de notre campagne annuelle 10 jours pour signer en 2020, organisée à l’occasion de la Journée internationale des droits de l'homme. En France, vous avez été plus de 44 500 à signer notre pétition adressée aux autorités burundaises. MERCI ! En savoir plus.

3. La fraternité et la solidarité l’emportent

👉 Cédric Herrou a été relaxé définitivement après plus de quatre années de procédure. Un véritable acharnement judiciaire pour avoir simplement fait preuve d’humanité. Il avait en effet refusé de fermer les yeux sur la situation de centaines de personnes réfugiées et migrantes arrivant régulièrement dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes).

Cédric Herrou fait partie de ces héros de tous les jours qui nous prouvent que la solidarité et la fraternité peuvent triompher !

👉 Pour un simple tweet, Loan Torondel a bataillé 3 ans avec la justice. La Cour de cassation a fini par annuler la condamnation prononcée contre lui en septembre 2018.

Entre 2016 et 2018, Loan était coordinateur de l’Auberge des migrants à Calais. Il y a observé les conditions inhumaines dans lesquelles vivent les personnes migrantes et réfugiées. Il documentait notamment les abus commis par les forces de l’ordre sur ces personnes à la frontière franco-britannique. En janvier 2018, il décide de dénoncer ces comportements dans un tweet. Son témoignage est alors pris pour cible au point d’être pointé comme un délit par les autorités. Aujourd’hui, sa relaxe définitive est un grand soulagement.

4. Des criminels de guerre condamnés !

👉 La condamnation de Ratko Mladić a été définitivement confirmée pour des crimes commis lors du conflit en Bosnie-Herzégovine (génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre). Ce commandant de l’armée des Serbes de Bosnie est ainsi condamné à la réclusion à perpétuité. Ce verdict intervient après dix années de procédure, il s’agit donc d’une énorme victoire contre l’impunité ! En savoir plus.

👉 Un représentant de l’État syrien a été condamné pour crimes contre l’humanité, pour avoir torturé des manifestants. La haute cour régionale de Coblence (Allemagne) a prononcé une condamnation à quatre ans et demi de prison contre Eyad al Gharib, un membre des forces de sécurité syriennes. Une victoire historique ! Lire notre article.

5. La peine capitale recule !

© REUTERS/Bryan Woolston

👉 Et de 23 ! Aux États-Unis, la Virginie devient le premier État de l'ancien Sud confédéré à abolir la peine de mort. Pourtant, c’est en Virginie qu’il y a eu le plus d’exécutions de toute l’histoire du pays. Un symbole d’espoir et une vraie victoire pour les droits humains. 27 États restent en faveur de la peine capitale : le combat continue !

👉 La Sierra Leone est le 23e pays africain à abolir la peine de mort. Le 23 juillet 2021, le Parlement sierraléonais a voté pour le droit à la vie. En savoir plus.

👉 Le Kazakhstan a aboli la peine de mort ! Le très autoritaire président Jomart Tokaïev a signé la ratification du protocole se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Ce texte oblige ses signataires à abolir la peine capitale. Les exécutions étaient suspendues au Kazakhstan depuis 2003, mais des tribunaux continuaient à condamner à mort des accusés pour des crimes exceptionnels. Cette sentence est désormais convertie en peine de prison à perpétuité.

6. La Slovénie reconnaît qu’un rapport sexuel sans consentement est un viol

C’est une victoire pour les femmes et une étape importante pour faire évoluer la culture, les préjugés et les comportements dans le pays. La Slovénie reconnait enfin légalement cette évidence. Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce n’est que le treizième pays d’Europe à l’inscrire dans sa loi. La mobilisation reste ainsi de mise pour que d’autres pays revoient au plus vite leur législation.

7. Les droits des femmes progressent

My body my choice

Corée du sud : Des manifestantes protestent contre les lois sud-coréennes sur l'avortement / 2018 © Ed Jones / AFP

👉 En Corée du Sud, l’avortement n’est plus un crime ! La plus haute juridiction du pays a ordonné la levée de l'interdiction de l'avortement, jugée anticonstitutionnelle, et demandé une évolution de la législation. La loi de 1953 qui limitait l’avortement aux Sud-Coréennes victimes de viols, ou en cas de danger pour la mère et l’enfant, n’existe plus depuis le 1er janvier 2021. L’interruption volontaire de grossesse en Corée du Sud devient légale, mais sans cadre juridique précis pour l’instant.

👉 En France, la loi sur la PMA a été votée ! C’est une avancée majeure après près de deux ans de discussion au Parlement. La loi sur la bioéthique permet, entre autres, d’ouvrir la procréation médicalement assistée aux femmes célibataires ou aux couples de femmes. Cependant, les personnes transgenres sont exclues de ce texte et ne peuvent toujours pas recourir elles aussi à la PMA. À quand une PMA pour toutes et sans discrimination ?

8. Manifester est un droit fondamental

Le tribunal de Dijon a prononcé la relaxe de Frédéric Vuillaume, militant syndical, poursuivi pour avoir manifesté pacifiquement. Nous avons vécu cette nouvelle en direct du tribunal. Une décision que nous saluons, importante pour lui mais aussi pour notre droit de manifester en France. Cette relaxe, c’est aussi grâce à vous. Merci à toutes les personnes qui se sont mobilisées. Lire notre article.

9. Des journalistes obtiennent justice

👉 Solafa Magdy est sortie de prison ! Après avoir passé 500 jours derrière les barreaux, elle a enfin retrouvé son fils de 8 ans et son mari. Un grand soulagement !

Solafa était en prison parce qu’en Égypte, le pouvoir mène une terrible répression contre les voix critiques. Solafa est journaliste. Elle a couvert de près la révolution de 2011. Au moment des soulèvements du «printemps arabe», elle était sur la place Tahrir. Depuis, elle suivait la transition politique et les changements sociaux dans son pays. Mais le pouvoir l’accusait de diffuser de fausses informations et d’appartenir à un groupe terroriste.

En mars, nous avons lancé une Action Urgente pour Solafa, pour faire pression sur les autorités égyptiennes. Notre mobilisation a payé. Un immense merci à toutes les personnes qui se sont mobilisées, sans relâche, pour sa libération. Cette bonne nouvelle nous donne encore plus de force pour poursuivre nos combats ! En savoir plus.

👉 Près de deux ans de procédure judiciaire et de mobilisation et cette victoire, enfin : le journaliste Taha Bouhafs a été relaxé ! Il était poursuivi pour « outrage et rébellion » envers les forces de l’ordre, alors qu'il a lui-même été violemment interpellé. Ces poursuites illustrent les entraves dont peuvent être victimes celles et ceux qui filment la police.

Le Tribunal de Créteil a décidé que les accusations n’étaient pas avérées, ce qui était démontré par les vidéos. Non, filmer la police ne doit pas être un délit ! Au contraire, le droit de pouvoir filmer la police est nécessaire. L’histoire de Taha Bouhafs nous le prouve.

10. Mobilisés ensemble, nous protégeons nos libertés fondamentales !

Manifestation contre le projet de loi sur la sécurité globale / 2021 © Prezat Denis/Avenir Pictures/ABACA via Reuters Connect

Le Conseil constitutionnel a censuré sept articles de la loi « sécurité globale » votée par le Parlement le 15 avril. L’article 22, qui instaurait une surveillance généralisée par drones, et l’article 24, qui empêchait la diffusion d’images de la police, ont ainsi été censurés. Une victoire pour nos droits fondamentaux ! Lire notre article.

11. Bonus : on vous remercie !

Vous êtes désormais plus de 900 000 à suivre Amnesty France sur les réseaux !

Twitter, Youtube, Instagram & Facebook : nous remercions chacun et chacune d’entre vous pour l’intérêt que vous portez à nos messages ! Sans vous, rien n’est possible.

En 2021, nous comptons sur vous pour passer la barre du million d’internautes solidaires !

Agir

ENSEMBLE DÉFENDONS UN MONDE PLUS JUSTE 

Pour construire le monde plus juste et plus solidaire auquel nous aspirons, nous devons nous battre sans relâche. Pour cela, nous avons besoin de vous.

C’est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons mener nos combats, enquêter en toute indépendance et faire respecter les droits de toutes et tous à travers le monde.

Ensemble, nous pouvons remporter des victoires !