Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 51 €
Agissez à nos côtés

Votre don peut sauver des vies 

Actions urgentes pour des personnes en danger, défense des droits des travailleurs exploités au Qatar, enquête sur les crimes de guerre… C’est grâce à vous que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance ! 

Aidez-nous à maintenir les droits humains en vie. 

Une manifestante du mouvement Black Lives Matter tient une pancarte avec l'image de George Floyd et crie un slogan à l’occasion de l’anniversaire de la mort de George Floyd, New York, le 25 mai 2021 / © AFP via Getty Images

Une manifestante du mouvement Black Lives Matter tient une pancarte avec l'image de George Floyd et crie un slogan à l’occasion de l’anniversaire de la mort de George Floyd, New York, le 25 mai 2021 / © AFP via Getty Images

Une manifestante du mouvement Black Lives Matter tient une pancarte avec l'image de George Floyd et crie un slogan à l’occasion de l’anniversaire de la mort de George Floyd, New York, le 25 mai 2021 / © AFP via Getty Images

Manifester, un droit menacé

Black Lives Matter, Mariage pour tous, MeToo, marches pour le droit à l’avortement ou le climat… Manifester est un puissant levier de changement, l’histoire le prouve. Mais aujourd’hui, le droit de manifester est remis en cause dans de trop nombreux pays. La répression sanglante des autorités iraniennes contre les manifestants n'en est qu'un dernier exemple. Derrière ce droit fondamental qu'est le droit de manifester, ce sont tous nos autres droits qui sont en jeu.

Aujourd’hui, le droit de manifester est menacé. C’est le constat sans appel de nos chercheurs et chercheuses qui enquêtent partout dans le monde. De la Russie à l'Iran, de la Colombie à la Chine en passant par le Sénégal ou la France, des États mettent en œuvre un large éventail de mesures pour réprimer les manifestations.

Au lieu de faciliter l’exercice du droit de manifester, les États vont encore plus loin pour l’anéantir 

Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International 

Parce que le droit de manifester bouscule les pouvoirs établis, parce qu’il exprime des revendications collectives fortes et parce qu’il rend possible des changements majeurs. L’histoire a montré que de nombreux droits fondamentaux ont été gagnés grâce au droit de manifester.

C’est justement parce que ce droit est puissant qu’il est réprimé. Dans de nombreuses manifestations à travers le monde, des manifestants pacifiques sont gravement blessés, d’autres sont tués. Le droit de manifester est pourtant un droit fondamental. Il est indispensable de le défendre. Face à l’urgence, notre organisation fait du droit de manifester sa campagne mondiale.

Qu’est-ce que le droit de manifester ?

Le droit de manifester, ou droit à la liberté de réunion pacifique, est un droit fondamental garanti par l’article 20 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Les États doivent le faciliter et le protéger. C’est un droit fondamental, lié à la liberté d’expression, qui ne peut être limité que sous certaines conditions. 

Lancer une campagne mondiale, cela signifie que nous travaillons activement sur le droit de manifester : en enquêtant sur les violences policières et les dispositifs législatifs restreignant ce droit, en France et dans le reste du monde. Nous recueillons aussi les témoignages de manifestants qui ont été victimes de violences au cours d'une manifestation et les accompagnons dans leur quête de justice pour continuer à défendre leur droit, nos droits.

Pour mieux comprendre les graves menaces qui pèsent aujourd'hui sur le droit de manifester, explorez nos dossiers thématiques.

Monde le droit de manifester en péril

Organiser à Hongkong une commémoration de la répression de Tiananmen : c’est l’arrestation. Dire stop à la guerre en Ukraine sur une place publique en Russie : c’est la prison. Réclamer plus de libertés en Iran : ce sont des tirs de la police. Le droit de manifester est en net recul aux quatre coins du monde. Tour d’horizon.

France face aux violences policières dans les manifestations

Des images insupportables. Excès de gaz lacrymogènes, tirs de LBD, utilisation d’armes susceptibles de mutiler… Tout cela, utilisé par les forces de l’ordre pendant des manifestations de lycéens, pendant des marches pour le climat, pour la réforme des retraites ou dans le cadre des manifestations des Gilets jaunes. Oui, les violences policières existent en France. Nous ne pouvons pas laisser l’État les nier. C’est pourquoi nos chercheurs enquêtent en toute indépendance pour les documenter et les dénoncer.

France ces lois qui entravent le droit de manifester

Elles ne sont pas si connues ces lois, et pourtant... Les lois mises en place ces dernières années en France, de la loi anticasseurs aux lois encadrant l’organisation de manifestations, ouvrent la voie à l’arbitraire. Pourquoi ? Parce qu’elles sont trop larges, trop floues. Ces lois françaises sont en réalité contraires au droit international. On vous explique lesquelles et pourquoi.

Des manifestants témoignent

Gustavo Gatica, étudiant chilien, Frédéric Vuillaume, syndicaliste français, Wendy Galarza, militante féministe mexicaine, Chow Hang-Tung, avocate et défenseure des droits humains hongkongaise, toutes et tous sont descendus dans la rue pour défendre leur droit. Toutes et tous ont subi la répression des manifestations. Récits.

Nos rapports incontournables sur le droit de manifester

Rapport
"Manifestez-vous" : Pourquoi devons-nous défendre le droit de manifester (FR)
Juillet 2022
Le droit de manifester est actuellement la cible d’une menace croissante et sans précédent dans toutes les régions du monde. Face à ces menaces et à l'urgence, notre organisation lance une campagne mondiale qui a pour objectif de contrer les stratégies mises en place par certains États pour saper ce droit fondamental. Pour acompagner cette campagne, nous publions ce rapport qui dresse un état des lieux de la situation du droit de manifester dans le monde.
Rapport
France : Arrêtés pour avoir manifesté. La loi comme arme de répression (FR)
Septembre 2020
Ce rapport documente comment les autorités françaises ont instrumentalisé des lois contraires au droit international pour verbaliser, arrêter arbitrairement et poursuivre en justice des manifestants qui n’avaient commis aucune violence. Une enquête de dix-huit mois a analysé les réponses des autorités aux mouvements sociaux et recueille les témoignages d’une centaine de manifestants, journalistes, observateurs des droits humains arrêtés et poursuivis, et rencontré les autorités. Le constat est inquiétant.
Rapport
Colombie : tir à vue, traumatisme oculaire pendant la grève nationale (EN)
Décembre 2021
Ce rapport documente des cas violences policières survenus pendant les manifestations de la « grève nationale » en Colombie, qui ont éclaté en avril 2021. Des violences policières qui ont causé aux victimes des lésions oculaires irréversibles. Nous dénonçons l'usage de la force excessive et disproportionnée déployée contre les manifestants. Ce rapport donne aussi la parole aux victimes et décrit les multiples obstacles auxquels elles sont confrontées.

Plus que jamais, nous devons défendre et protéger le droit de manifester. Notre campagne mondiale aura pour objectifs de dénoncer les attaques contre les manifestations pacifiques, de défendre les personnes visées et de soutenir les causes portées par les mouvements sociaux. Rejoignez-nous, manifestez-vous !

Agir

MANIFESTEZ-VOUS

Partout dans le monde, le droit de manifester est menacé. Défendons-le.

Manifester, un droit menacé - Amnesty International France