Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois

Liberté d'expression

Thématique

Sans liberté d'expression, nul ne peut revendiquer ses droits.

1Analyse & Recommandations
Nous soutenir

Amnesty a besoin de vous

L'action d'Amnesty International fonctionne grâce à vos dons. Nous avons besoin de vous pour continuer à veiller sur le respect des Droits Humains.

Rester informé(e)

Abonnez-vous à la newsletter

Et restez informé(e) de chaque avancée d'Amnesty sur la lutte contre l'impunité

Liberté d’expression, de rassemblement, d’association, droit à la vie privée : ces droits fondamentaux recouvrent des réalités très différentes. Mais ils sont menacés partout, y compris près de chez nous, où, au nom de la sécurité, des lois et pratiques restreignent de fait les libertés publiques.

Un droit essentiel et menacé

Tous les jours, des citoyens, des journalistes ou des défenseurs des droits humains sont surveillés, arrêtés, battus ou menacés, simplement pour avoir exprimé des idées ou un point de vue, pour avoir manifesté ou avoir cherché ou diffusé des informations. Aucune région du monde n’est épargnée. En Arabie saoudite, Raif Badawi purge une peine de 10 ans de prison pour avoir ouvert un site internet dédié au débat politique dans un royaume verrouillé. En Russie, s’exprimer librement c’est mettre sa liberté et sa vie en danger. Les restrictions ne se limitent pas aux régimes autoritaires. Partout, on observe des reculs de ces libertés souvent sacrifiées au nom de la sécurité, des traditions nationales ou religieuses, de la lutte contre le terrorisme.

La liberté d’expression est un pourtant un droit essentiel qu’il est dangereux de suspendre ou de limiter. Elle permet aux sociétés et aux individus de se développer et de faire valoir d’autres droits. C’est donc un levier pour promouvoir et défendre l’ensemble des droits humains. La limiter, c’est attaquer et menacer l’ensemble des droits humains.

Comprendre : Qu’est-ce qu’un défenseur des droits humains ?

Comprendre : Qu’est-ce qu’un lanceur d'alerte ?

Comprendre : Qu’est-ce qu’un prisonnier d’opinion ?

Contre la surveillance illégale

Les révélations d’Edward Snowden, en juin 2013, ont permis au monde de découvrir l’ampleur des programmes de surveillance de masse des communications des États-Unis et du Royaume-Uni. Malgré le scandale provoqué, les techniques de surveillance illégale, qu’elles soient de masse ou ciblées, sont de plus en plus utilisées par des États et des entreprises pour espionner et intimider les voix qu’elles jugent contraires à leurs intérêts. Ces technologies de surveillance, sans contrôle suffisant, rendent de plus en plus illusoires le droit à la vie privée dans de nombreuses régions du monde. Elles font aussi peser une véritable épée de Damoclès sur les capacités d’expression et d’organisation des sociétés civiles, engendrant peur, autocensure, campagnes de harcèlement et de dénigrement.

Ce que demande Amnesty International :

Parce que la liberté d’expression permet de vivre librement et de faire valoir l’ensemble des droits humains, nous faisons de sa défense un combat prioritaire. Nous avons tous un rôle à jouer mais les Etats sont les premiers à devoir défendre ce droit :

Les gouvernements doivent faire respecter le droit de s’exprimer ou de s’associer librement. Ils doivent donc abroger toutes les lois qui restreignent ces libertés et prendre des mesures pour les garantir

Les gouvernements doivent renoncer aux programmes de surveillance illégale. Assurer la sécurité des citoyens est un devoir ; le faire au détriment des droits est une impasse

Les gouvernements doivent immédiatement libérer, et sans conditions, toutes les personnes emprisonnées pour avoir exprimé pacifiquement leurs idées ou opinions

La thématique "Liberté d'expression" vous intéresse ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières informations sur le sujet

2Ressources
rapport
Des vies bouleversées : l'impact disproportionné de l'Etat d'urgence en France
Amnesty International s’est entretenue avec plusieurs personnes dont la vie quotidienne et les droits humains ont été gravement affectés par l’état d'urgence. Nombre d’entre elles ne comprenaient pas pourquoi ces mesures avaient été prises à leur encontre et les considéraient comme des sanctions. Langue : Français
Index AI: EUR 21/3364/2016
Publié le 04.02.2016
rapport
« Il suffit que les gens pensent que ça existe » Société civile, culture du secret et surveillance au Bélarus
Le cadre juridique dans lequel s’exerce la surveillance secrète au Bélarus ne comporte pas de garanties suffisantes et permet aux pouvoirs publics de se livrer à de multiples activités d’espionnage de la population sans avoir, la plupart du temps, à se justifier. N'importe qui ou presque peut faire l'objet d'une surveillance, mais il est quasiment impossible à un individu de savoir s’il est surveillé ou non.
Index AI: EUR 49/4306/2016
Publié le 07.07.2016
rapport
Viêt-Nam : Torture : le monde secret des «prisons à l'intérieur des prisons»
Ce rapport d'Amnesty International présente des informations rares sur la torture et les autres mauvais traitements subis par les prisonniers d'opinion enfermés dans le réseau secret de prisons et de centres de détention du Viêt-Nam.
Index AI: ASA 41/4186/2016
Publié le 06.07.2016
rapport
Tunisie : Nous ne voulons plus avoir peur
Violations des droits humains sous l'état d'urgence en Tunisie
Index AI: MDE 30/4911/2017
Publié le 13.02.2017
rapport
Défenseurs des droits humains menacés. Un espace de plus en plus restreint pour la société civile
Ce rapport détaille les menaces sans précédent auxquelles sont confrontés celles et ceux qui défendent les droits humains. C'est une activité de plus en plus dangereuse : en 2016, 281 personnes ont été tuées dans le monde pour avoir défendu les droits humains, contre 156 en 2015, selon les informations recueillies par l'ONG Front Line Defenders.
Index AI: ACT 30/6011/2017
Publié le 16.05.2017
3Actions
4Actualités
Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres