Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 34 €
Agir

Soutenez-nous

Actions urgentes pour des personnes en danger, révélations de l’affaire Pegasus, enquête sur la situation des Ouïghours en Chine… c’est grâce à votre soutien que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance.

Image illustrant la peine de mort
© Amnesty International

© Amnesty International

© Amnesty International

Les six méthodes d'exécution encore utilisées dans le monde

Six méthodes d’exécution subsistent dans le monde. Seul un petit nombre de pays fournit des statistiques sur l’application de la peine de mort. Au Bélarus, en Chine et au Viêt Nam, les exécutions sont classées secret d’État.

La pendaison

Elle est pratiquée en Égypte, Irak, Iran, Japon, Singapour... Dans la plupart de ces pays, le condamné est amené sur une trappe, la corde est passée autour de son cou, la trappe s’ouvre et le corps chute. De cette façon, les vertèbres cervicales sont écartées, la moelle épinière coupée et la mort instantanée. En Iran, le condamné est soulevé et meurt par asphyxie.

La décapitation

Elle n’est plus pratiquée que par l’Arabie saoudite. Le condamné est amené sur une place publique. Il est obligé de s’agenouiller, tête baissée. La décollation se fait au sabre. Parfois les restes du supplicié sont crucifiés ; « pour donner l’exemple », a déclaré le ministère de l’Intérieur.

L'injection létale

Elle a été utilisée pour la première fois aux États-Unis en 1982. Cette méthode est également utilisée en Thaïlande, en Chine, à Taïwan et au Viêt-Nam. Le condamné est sanglé sur une table. Un cathéter est installé dans une veine. Une ou plusieurs substances médicamenteuses lui sont alors injectées à dose mortelle. Depuis 2010, un grand nombre de laboratoires pharmaceutiques s’élèvent contre l’utilisation de leurs produits pour procéder aux exécutions capitales.

L'électrocution

Seuls les États-Unis maintiennent, comme méthode d’exécution alternative à l’injection létale, la chaise électrique. Le condamné est sanglé sur une chaise en bois. Des électrodes sont placées sur son crâne rasé et à ses chevilles. Puis une haute tension est administrée deux ou trois fois de suite pendant quelques secondes. En février 2008, la Cour suprême du Nebraska a officiellement prohibé l’usage de la chaise électrique dans cet État, jugeant que cette méthode était contraire à la dignité humaine et donc anticonstitutionnelle.

La lapidation

C’est une forme d’exécution particulièrement cruelle. Elle n’est de fait appliquée qu’en Iran et au Soudan. La loi iranienne indique que les pierres utilisées pour infliger la mort par lapidation ne devront pas être grosses au point que le condamné meure après en avoir reçu une ou deux ; elles ne devront pas non plus être si petites qu’on ne puisse leur donner le nom de pierre.

Par arme(s) à feu

Elle est encore pratiquée au Bélarus, en Chine, au Nigéria, en Somalie, au Soudan et à Taiwan... L’objectif est d’endommager un organe vital pour provoquer la mort. Dans certains pays, une seule arme est utilisée par un policier. Dans d’autres pays, la mort est donnée par un peloton d’exécution ; l’un des fusils est chargé à blanc, permettant à chaque soldat de penser qu’il n’est pas l’auteur d’une balle mortelle.

Comprendre la peine de mort avec Nota Bene

Le visionnage de cette vidéo entraîne un dépôt de cookies de la part de YouTube. Si vous souhaitez lire la vidéo, vous devez consentir aux cookies pour une publicité ciblée en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Actualités