Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
Des migrants sur une base navale après avoir été récupérés en mer par les gardes-côtes libyens à Tripoli © REUTERS/Ismail Zitouny

Des migrants sur une base navale après avoir été récupérés en mer par les gardes-côtes libyens à Tripoli © REUTERS/Ismail Zitouny

Des migrants sur une base navale après avoir été récupérés en mer par les gardes-côtes libyens à Tripoli © REUTERS/Ismail Zitouny

Réfugiés et migrants
Actualité

La France renonce à la livraison de bateaux à la Libye

Grâce à une pression publique et un recours juridique que nous avons engagés, la France abandonne ses transferts de bateaux vers la Libye. Victoire !

La ministre des Armées, Mme Florence Parly, vient d’annoncer qu’elle renonçait à la livraison de six bateaux au profit des garde-côtes libyens, livraison que nous contestions. Nous nous félicitons de l’abandon de cette initiative qui aurait fait de la France la complice officielle des crimes commis sur les personnes migrantes et réfugiées en Libye.

Nous avions, en avril dernier, engagé une action en justice afin d’empêcher la livraison, annoncée en février 2019 par la ministre des Armées, de six bateaux au profit des garde-côtes libyens.

Lire aussi : Livraison à la Libye, la France engage sa responsabilité

Et maintenant, la fin de la détention ?

Ces pressions juridiques et publiques ont fait céder le Gouvernement : il ne donnera pas suite à cette promesse de coopération qui aurait octroyé aux garde-côtes les moyens logistiques de ramener les migrants dans ce pays où ils sont soumis aux pires sévices.

Ce renoncement est avant tout une victoire pour des hommes, femmes et enfants que ces bateaux auraient reconduits vers un pays où ils couraient le risque d’être à nouveau détenus, torturés, violés. Nous dénonçons, depuis plusieurs années, les conséquences de la coopération entre les pays de l’Union européenne et la Libye pour les personnes migrantes et réfugiées piégées dans un véritable enfer.

Après l’abandon de ce projet, la France doit désormais faire un autre pas. Elle doit poser des conditions strictes à toute coopération bilatérale et européenne avec la Libye afin que les droits et la sécurité des personnes migrantes et réfugiées soient garantis et respectés

En effet, tant que ces dernières seront retenues en Libye dans des conditions inhumaines, la France et les autres pays européens devront renoncer à toute forme de collaboration ayant pour conséquence de les maintenir ou de les refouler en Libye.

METTEZ FIN À L’ENFER DES MIGRANTS ET RÉFUGIÉS EN LIBYE

Adressez un message au Premier ministre de Libye et au Président de la Commission européenne

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres