Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

République centrafricaine. Le(a) prochain(e) président(e) devra placer la lutte contre l’impunité au cœur de ses priorités

A l’occasion du lancement aujourd’hui du manifeste pour les droits humains destiné aux candidat(e)s à l’élection présidentielle en République centrafricaine (RCA), Tity Agbahey, chargée de campagne pour l’Afrique centrale à Amnesty International a déclaré :

« Malgré l’engagement des autorités à mettre fin à l’impunité des crimes relevant du droit international commis depuis 18 ans par les parties en conflit, des avancées concrètes restent à faire. Les victimes et leurs familles continuent de voir ceux qui ont tué, violé et pillé marcher librement et certains de leurs chefs occuper des fonctions officielles.

« Nous appelons, dans le manifeste que nous publions, les candidat(e)s à l’élection présidentielle à renverser cette situation et faire en sorte que la justice pour les victimes des graves crimes et leurs familles soit la règle, et non l’exception.

« Le(a) prochain(e) président (e) devra s’engager immédiatement à prendre des mesures fortes, notamment en améliorant la qualité du système de justice pénale, en accordant au Ministère de la justice le budget suffisant pour faire son travail et en abolissant la peine de mort comme la République centrafricaine s’y est engagée devant ses pairs. »

Complément d’information

Amnesty International publie le manifeste destiné aux candidat.e.s à l’élection présidentielle du 27 décembre prochain en République centrafricaine. Le pays a connu depuis 2002, plusieurs vagues de violence émaillées de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Ces crimes ont notamment été commis au cours du conflit de 2002-2003, et de celui en cours depuis 2012 - à l'occasion de la prise du pouvoir par la Seleka puis lors des affrontements entre groupes armés ex-Seleka et anti-Balaka.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

République centrafricaine. Une enquête d’Amnesty révèle l’horreur de violences liées au conflit et aux élections

Publié le : 25.02.21

Plusieurs civils ont été tués et d’autres blessés durant la période électorale en République centrafricaine, a déclaré Amnesty International aujourd’hui, appelant les autorités à protéger les civils et...

République centrafricaine. Arrestation et transfert à la CPI d’un ancien leader du groupe armé de la Séléka : un espoir de justice pour les victimes

Publié le : 25.01.21

À la suite du transfert par les autorités de la République centrafricaine d’un ancien leader du groupe armé de la Séléka à la Cour pénale internationale (CPI), Alice Banens, conseillère juridique à Amnesty...

République centrafricaine. Alors que de nombreuses personnes « ont soif de procès », certains chefs de guerre sont toujours en liberté

Publié le : 22.10.20

Malgré quelques enquêtes et procès ces dernières années, de nombreux auteurs des terrifiantes violations et atteintes aux droits humains perpétrées en République centrafricaine (RCA) n’ont toujours pas...

République centrafricaine. Cinq ans après sa création, il faut redoubler d’efforts pour rendre pleinement opérationnelle la Cour pénale spéciale

Publié le : 03.06.20

À l’occasion du cinquième anniversaire de la création de la Cour pénale spéciale de la République centrafricaine, Tity Agbahey, chargée de campagne pour l’Afrique centrale à Amnesty International, a déclaré...

République centrafricaine. Les homicides, les violences sexuelles et les déplacements forcés se poursuivent malgré l’accord de paix

Publié le : 05.02.20

Alors que la République centrafricaine célèbre le 6 février 2020 le premier anniversaire de l’accord de paix de Khartoum signé entre le gouvernement et 14 groupes armés, Alice Banens, conseillère juridique...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres