Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Marielle Franco © Mídia Ninja

Marielle Franco © Mídia Ninja

Marielle Franco © Mídia Ninja

Liberté d'expression
Actualité

Brésil : avancée importante dans l’enquête sur le meurtre de Marielle Franco

Marielle Franco, conseillère municipale engagée dans la défense des plus vulnérables, a été assassinée ainsi que son chauffeur Anderson Gomes, le 14 mars 2018, à Rio de Janeiro, par quatre balles dans la tête. Deux ans après, l’enquête se poursuit et aboutit à une nouvelle arrestation.

Le 10 juin 2020, la police civile de l’État de Rio de Janeiro au Brésil a mené une série de perquisitions et de saisies mandatées dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de la défenseure des droits humains Marielle Franco et de son chauffeur Anderson Gomes. L’opération a abouti à l’arrestation de Maxwell Simões Corrêa. Ce pompier est accusé d’avoir dissimulé les armes utilisées pour l’assassinat et d’être le complice proche de Ronnie Lessa, qui a tiré les coups de feu. Si l’arrestation de Maxwell Simões Corrêa est une avancée importante vers la résolution de ce crime, nous espérons que cela aidera à clarifier la principale question qui reste sans réponse : qui a commandité le meurtre de Marielle Franco et pourquoi ?

Deux années de procédure

C’est en mars 2018 que Marielle Franco a été tuée lors d’une embuscade qui avait été minutieusement préparée pendant plusieurs mois. Les enquêtes de la police civile et des services du procureur de l’État Rio de Janeiro ont permis d’identifier deux personnes soupçonnées d’avoir perpétré le crime : Elcio de Queiroz et Ronnie Lessa. Ils font actuellement l’objet de poursuites pénales. Ces enquêtes ont également permis de découvrir que d’autres personnes étaient indirectement impliquées dans le crime, notamment par leur dissimulation des armes et leur obstruction des enquêtes.

Depuis le début de cette affaire, nous suivons de près les avancées. Pendant les premiers mois, nous avons mené des actions de campagne le 14 de chaque mois, afin de faire pression sur les autorités et de mobiliser des personnes en faveur de la défense des droits humains. Nous avons organisé des réunions à propos de l’affaire avec les autorités, notamment avec le gouverneur de l’État Wilson Witzel et le procureur général de l’État de Rio de Janeiro José Eduardo Gussem. Des proches de Marielle Franco ont également assisté à ces réunions. À l’occasion de l’anniversaire de son assassinat et grâce à la mobilisation nationale et internationale, nous avons réuni 780 000 signatures au niveau mondial où nous demandons la résolution de l’affaire. La visibilité et la pression publique que nous avons généré dans le cadre de cette affaire, à l’échelle nationale et internationale, ont ainsi contribué à faire avancer les enquêtes.

Un pas vers la vérité

Si l’arrestation des deux meurtriers et des personnes ayant des liens avec eux constitue une avancée vers la réalisation du droit à la vérité et à la justice des familles de Marielle Franco et d’Anderson Gomes, elle ne résout toutefois pas l’affaire. Elle ne permet pas non plus de garantir la sécurité des autres défenseurs des droits humains qui travaillent au Brésil. En effet, le Brésil est l’un des pays les plus dangereux du monde pour les défenseurs des droits humains et enregistre l’un des taux d’homicide de ces défenseurs les plus élevés au monde. En outre, la sécurité de toutes les personnes impliquées dans les enquêtes doit être assurée, particulièrement celle des familles des victimes, des témoins et des enquêteurs. Chaque jour qui passe sans que les personnes impliquées dans la fusillade soient sanctionnées constitue une menace pour l’héritage de Marielle Franco et met le travail et la vie des autres défenseurs des droits humains au Brésil en danger.

Elucider ce crime sans attendre

Nous demandons une nouvelle fois publiquement l’élucidation de ce crime, et que tous les responsables des meurtres de Marielle Franco et d’Anderson Gomes soient traduits en justice. Il est primordial que les autorités compétentes accordent la plus haute priorité à cette affaire qui a déjà vu deux années s’écouler sans résolution. La résolution de ce crime revêt une importance particulière pour la société brésilienne et la communauté internationale. Nous continuerons de demander qu’une enquête transparente, indépendante et impartiale soit menée en vue de répondre à la question : qui a tué Marielle Franco et pourquoi ? Toutes les personnes impliquées dans ce crime, dans son organisation ou sa mise en œuvre, doivent être traduites en justice dans le cadre de procès équitables conformes aux normes internationales d’équité.

 

Agir

AGISSEZ POUR MARIELLE FRANCO

Chaque année, l'opération 10 Jours Pour Signer permet de se mobilier sur 10 situations où les droits des personnes sont bafoués.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres