Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Kiev, le 10 octobre 2022, alors que plusieurs explosions ont secoué la capitale ukrainienne. © Viacheslav Ratynskyi / Anadolu Agency

Kiev, le 10 octobre 2022, alors que plusieurs explosions ont secoué la capitale ukrainienne. © Viacheslav Ratynskyi / Anadolu Agency

Conflits armés et protection des civils

Guerre en Ukraine : une nouvelle escalade alarmante

Le 10 octobre, la Russie a lancé un déluge de frappes sur l’Ukraine. Pour la première fois la capitale, Kiev, a été touchée en plein cœur. Ces attaques auraient fait 11 morts et 89 blessés à travers le pays. Les jours suivant, les frappes ont continué, ciblant notamment des installations électriques vitales, et provoquant une panne d’électricité dans tout le pays. Une stratégie de la terreur illégale.

« Le moral de la population civile n’est pas un objectif légal, et mener ces attaques dans le seul but de terroriser les civils constitue un crime de guerre » dénonce Marie Struthers, notre directrice pour l’Europe de l’Est et l’Asie centrale.

Le 10 octobre, les forces russes ont mené des frappes massives contre Kiev et plusieurs villes ukrainiennes, dont Dniepr, Zaporijjia et Jytomyr. Selon les forces armées ukrainiennes, une quarantaine de missiles ont été tirés par les forces russes sur des zones résidentielles, des centres-villes, mais aussi des infrastructures énergétiques essentielles telles que des centrales électriques, à Kiev et dans huit régions d'Ukraine.

Kiev touchée en plein coeur

Si Kiev a été l'une des premières cibles au début de l'invasion totale menée par la Russie, son centre historique a été touché pour la première fois le 10 octobre. Quatre quartiers de la ville ont fait l'objet d'attaques qui ont endommagé, entre autres, l'un des bâtiments de l'Université nationale Chevtchenko, un pont piétonnier et une aire de jeux dans le parc Chevtchenko. Le cratère laissé par un missile russe au milieu de cette aire de jeux pour enfants en plein centre de Kiev, témoigne une nouvelle fois du mépris total des forces russes pour la vie humaine.

Mener ces attaques dans le seul but de terroriser les civils constitue un crime de guerre

Les jours suivant, les frappes russes ciblant des installations d’énergie en Ukraine ont continué : elles ont gravement endommagé environ 40 % des équipements énergétiques du pays.

Pour Marie Struthers, la stratégie est claire : « En bombardant des infrastructures civiles vitales en Ukraine, notamment des équipements permettant l’alimentation en électricité, l’armée russe a clairement l’intention de fragiliser la production industrielle, de perturber les transports, de semer la peur et le désespoir, et de priver les civils ukrainiens de chauffage, d’électricité et d’eau alors que l’hiver se rapproche. »

Alors que des efforts sont déployés afin de réparer les installations touchées, les autorités recourent à des coupures planifiées afin de garantir que le reste des infrastructures énergétiques ne soient pas trop sollicitées. Les autorités ukrainiennes ont également exhorté la population à travers le pays à limiter sa consommation d’électricité entre 7 heures du matin et 23 heures chaque jour, tandis que depuis le 20 octobre, l’utilisation de l’éclairage public doit également être restreint dans le pays.

Nous renouvelons notre appel à la Russie pour qu’elle mette immédiatement un terme à sa guerre d'agression. Et rappelons que tous les responsables de cette agression et de crimes de guerre, y compris les commandants et les dirigeants civils, tels que les ministres et les chefs d’État, doivent répondre pénalement de leurs actes.

 

Nos demandes

Nous avons demandé à plusieurs reprises que les membres des forces russes et les hauts responsables impliqués dans l'agression et des violations des droits humains soient tenus de rendre des comptes. A ce titre, nous saluons l'enquête menée par la Cour pénale internationale en Ukraine. L’établissement complet des responsabilités pour la situation actuelle en Ukraine requiert des efforts concertés de la part des Nations unies et de ses organes, ainsi que des initiatives au niveau national en application du principe de compétence universelle.

 

Toutes nos enquêtes en Ukraine

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, nous enquêtons sans relâche sur les crimes de guerre russes et autres violations du droit international humanitaire.

Guerre en Ukraine : une nouvelle escalade alarmante - Amnesty International France