Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Maldives. Condamnation motivée par des considérations politiques de l'ancien président et d'anciens juges de la Cour suprême

Réagissant à la condamnation de l'ancien président des Maldives Maumoon Abdul Gayoom, de l'ancien président de la Cour suprême Abdulla Saeed, et d'un autre juge de cette institution, Ali Hameed, à 18 mois de prison chacun pour « obstruction à la justice », Biraj Patnaik, directeur pour l’Asie du Sud à Amnesty International, a déclaré :

« Ces condamnations sont motivées par des considérations politiques et ont été prononcées à l'issue de procès qui n'ont pas respecté les normes internationales ; elles doivent être immédiatement annulées. 

« Le gouvernement des Maldives utilise apparemment les tribunaux pour se venger de la décision de justice du 1er février 2018 qui a ordonné que des représentants politiques de premier plan de l'opposition soient libérés et qu'ils bénéficient d'un nouveau procès.

« Au lieu d'appliquer cette décision de justice, le gouvernement a renforcé la répression politique en envoyant en prison le président de la Cour suprême, un autre juge, et l'ancien président du pays, en recourant à un simulacre de justice. »

Complément d’information

Le 1er février, la Cour suprême des Maldives a rendu une décision historique, ordonnant que des représentants politiques de premier plan de l'opposition, notamment l'ancien président Mohamed Nasheed, soient libérés et qu'ils bénéficient d'un nouveau procès, ayant estimé qu'ils avaient été soumis à des procès iniques ne respectant pas les normes internationales.

Le 5 février, le gouvernement des Maldives a imposé l'état d'urgence pour 45 jours, et arrêté le président de la Cour suprême Abdulla Saeed, ainsi que le juge Ali Hameed. Les autorités ont également arrêté l'ancien président Maumoon Abdul Gayoom.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Maldives. La fermeture d’une ONG montre que la répression n’est pas reléguée au passé

Publié le : 07.11.19

La décision du gouvernement des Maldives de fermer une ONG des plus respectées montre que le changement de gouvernement ne suffit pas à se débarrasser des veilles méthodes répressives, a déclaré Amnesty...

Maldives. Lahiru Madhushanka a été libéré

Publié le : 20.12.18

Réagissant aux informations indiquant que Lahiru Madhushanka, un chauffeur sri-lankais incarcéré depuis plus de trois ans à l'issue d'un procès inique et soumis à des conditions de détention très difficiles,...

Maldives. Le calvaire d'un prisonnier au «paradis»

Publié le : 20.12.18

Enfermé depuis trois ans dans une cellule aux Maldives, un chauffeur de bus sri-lankais accusé d'avoir participé à un complot visant à assassiner le président de l'archipel n'a pas bénéficié d'un procès...

Maldives. Un an après, justice n'a toujours pas été rendue à Yameen Rasheed

Publié le : 24.04.18

Un an après l'homicide du blogueur populaire Yameen Rasheed, figure des réseaux sociaux maldiviens, Amnesty International et CIVICUS demandent aux autorités des Maldives de traduire ses assassins en justice.

Maldives. Il faut libérer les manifestants pacifiques immédiatement et sans condition

Publié le : 28.02.18

Les autorités des Maldives doivent libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues de manière arbitraire en vertu de l'état d'urgence uniquement pour avoir exercé leurs droits fondamentaux...