Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Un homme marche dans un couloir d'un centre de détention, Saint Petersbourg / Credit : REUTERS/Alexander Demianchuk

Un homme marche dans un couloir d'un centre de détention, Saint Petersbourg / Credit : REUTERS/Alexander Demianchuk

Un homme marche dans un couloir d'un centre de détention, Saint Petersbourg / Credit : REUTERS/Alexander Demianchuk

Liberté d'expression
Actualité

En Russie, les détenus vulnérables face au Covid-19

519 000. C'est le nombre de détenus se trouvant en Russie. Cette surpopulation carcérale expose davantage ces personnes au risque de contracter le virus.

L’état actuel du système pénitentiaire russe, marqué par la surpopulation, une mauvaise ventilation et un manque d’installations sanitaires et de soins médicaux, expose les prisonniers à un risque accru de contracter des maladies infectieuses. Si les autorités ne mettent pas en place de toute urgence des mesures de protection, la pandémie de COVID-19 pourrait frapper les prisons russes de plein fouet.

Or, sur une population carcérale comptant 519 600 personnes en Russie, au moins 9 000 ont plus de 60 ans et beaucoup d’autres souffrent de problèmes de santé.

Lire aussi : Les défenseurs des droits humains en prison à l'heure du Covid-19

Lire aussi : Décryptage de l'état des droits humains au temps du coronavirus

97 000 personnes en détention provisoire

D’après les derniers chiffres disponibles, près de 97 000 détenus, soit 18,7 % de la population carcérale en Russie se trouve en détention provisoire, où la surpopulation est fréquente, ce qui accroît les risques face au COVID-19.

Ces personnes risquent de rester plus longtemps en détention, puisque tous les procès sont désormais suspendus. Il existe une présomption de libération dans l’attente du procès, la détention provisoire ne devant être utilisée qu’à titre de mesure exceptionnelle et en dernier recours. Or, en Russie, de très nombreux suspects de droit commun sont détenus dans l’attente de leur procès sans que le caractère nécessaire et proportionnel d’une telle mesure ne soit dûment examiné.

La nécessité de réduire le nombre de détenus

De nombreuses personnes incarcérées souffrent déjà de problèmes de santé et se trouvent dans des colonies pénitentiaires à des centaines de kilomètres de chez elles et bien loin des hôpitaux civils.

Il faut agir de toute urgence pour éviter une éventuelle catastrophe. C’est pourquoi, nous exigeons des autorités russes d’envisager la diminution de la population carcérale du pays. Elles doivent envisager des libérations – notamment pour les personnes placées en détention en attente de jugement et celles qui sont plus vulnérables au virus, parce qu’âgées ou en mauvaise santé – et prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé de tous les prisonniers.

En outre, la Russie pourrait réduire sa population carcérale en libérant tous les prisonniers d’opinion. Ces personnes, incarcérées uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits humains, n’auraient jamais dû être emprisonnées. Certains aspects du système pénitentiaire russe sont particulièrement dangereux en cette période d’épidémie de COVID-19, notamment les conditions de transport des prisonniers. Ils sont entassés dans des espaces exigus, dans des trains dépourvus de ventilation et de lumière naturelle, avec de l’eau en quantité insuffisante et peuvent rarement se rendre aux toilettes. Du fait des distances, lorsqu’ils sont transportés sur des centaines de kilomètres vers des colonies pénitentiaires reculées, certains voyagent pendant des semaines dans ces conditions déplorables.

Les prestations de soins de santé aux prisonniers relèvent de la responsabilité de l'État. Ils doivent recevoir des soins médicaux de même qualité que ceux disponibles dans la société, y compris lorsqu'il s'agit de tester, prévenir et traiter la COVID-19. Tous les centres de détention doivent être équipés de gels désinfectants ou de tout autre produit que les détenus et le personnel pénitentiaire peuvent utiliser. Il importe de garantir l’accès permanent à l’eau courante.

Agir

DEVENIR MEMBRE

C’est grâce au soutien de nos membres et donateurs que nous pouvons notamment enquêter en toute indépendance sur les violations des droits humains des gouvernements, dont celui de la France.

Pour poursuivre notre mission et continuer à construire un monde plus juste, nous avons absolument besoin du soutien du plus grand nombre.

Soutenez notre indépendance en devenant membre d’Amnesty International France.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres