Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Les familles des victimes continuent de demander justice © Amnesty International/Sergio Ortiz

Les familles des victimes continuent de demander justice © Amnesty International/Sergio Ortiz

Les familles des victimes continuent de demander justice © Amnesty International/Sergio Ortiz

Justice internationale et impunité
bonne nouvelle

Mexique : une avancée dans l’affaire Ayotzinapa 

Un tribunal fédéral a ordonné la création d'une commission d'enquête pour garantir la vérité et la justice dans l'affaire d'Ayotzinapa. Un premier pas pour faire toute la lumière sur les 43 étudiants disparus il y a 4 ans.

Dans la nuit du 26 septembre 2014, 43 étudiants disparaissaient au Mexique.

Un tribunal indépendant pour faire toute la lumière

Après quatre années de défaillances dans l'enquête sur cette affaire, un tribunal a donc jugé nécessaire la création d'une commission d'enquête spéciale.

Il s’agit d’un mécanisme parfois utilisé pour garantir une enquête adéquate sur des crimes de droit international quand des agents de l'État sont soupçonnés d'en être les auteurs, ou quand les services d'enquête traditionnels se sont révélés incapables de remplir correctement leurs fonctions.

Lire aussi : qu'est ce qu'une disparition forcée

Torture, aveux forcés...de graves dysfonctionnements

En ce qui concerne les dysfonctionnements du bureau du procureur fédéral, le tribunal a souligné que des allégations font notamment état d'actes de torture. De même, les accusations reposeraient presque exclusivement sur des aveux faits par les mis en cause.

Enfin, il est à noter l'absence d'investigations sur des faits et des autorités liés à cette affaire, notamment des membres de la police fédérale, de l'armée et de la marine.

Il a apparemment été prouvé que la théorie du bureau du procureur général, selon laquelle les étudiants auraient été tués et leurs corps brûlés dans une décharge à Cocula, est peu crédible.

La première réaction du bureau du procureur général a été de contester publiquement cette décision au lieu d'établir une feuille de route claire. Une contestation qui laisse à penser que le gouvernement mexicain n'a pas compris ses responsabilités en ce qui concerne l'enquête et les sanctions à infliger pour les graves violations des droits humains commises. Une enquête sera aussi menée sur ces différentes violations.

Cette décision juridique établit à juste titre que les victimes sont des acteurs essentiels du processus devant aboutir à la vérité, à la justice et à des réparations, et que leur participation continue étoffe et facilite l'enquête sur ces cas ainsi que l'accès à la justice.

Il est impératif que l'Etat mexicain se conforme de bonne foi à la décision du tribunal.

Abonnez-vous à l'hebdo

Chaque vendredi, recevez l'actualité des droits humains

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres