Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois

Raqqa

« guerre d'anéantissement »

Enfants à Raqqa au milieu des immeubles en ruine en février 2018 © Amnesty International

Il y a un an, une coalition menée par les États-Unis lançait une offensive pour chasser le groupe armé État Islamique (EI) de la ville de Raqqa. Des attaques aux conséquences catastrophiques pour les civils. Enquête.

L'opération menée par la coalition, sous la direction des États-Unis, du 6 juin au 12 octobre 2017, pour chasser l'EI de sa « capitale » autoproclamée, Raqqa, a fait des milliers de morts et de blessés parmi la population civile et a détruit la majeure partie de la ville. Des habitations, des bâtiments et des infrastructures ont été réduits à l'état de ruines ou trop endommagés pour pouvoir être réparés.

Les forces américaines, britanniques et françaises de la coalition ont conduit des dizaines de milliers de frappes aériennes, et les forces américaines ont reconnu avoir procédé à 30 000 tirs d'artillerie pendant l'offensive sur Raqqa. Plus de 90 % des frappes aériennes ont été menées par les forces américaines.

Les civils pris au piège

30 000 tirs d'artillerie pendant l'offensive sur Raqqa. Plus de 90 % des frappes aériennes ont été menées par les forces américaines.

À la veille de cette campagne militaire, le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, promettait une « guerre d'anéantissement » de l'EI.

Les affirmations de la coalition selon lesquelles sa campagne de bombardements aériens de précision lui a permis de « libérer » la ville de l'EI en faisant très peu de victimes civiles ne résistent pas à un examen approfondi.

En septembre 2017, au plus fort du conflit, le général de corps d'armée Stephen Townsend, commandant américain de la coalition, a écrit qu'il n'y avait « jamais eu une campagne aérienne plus précise dans toute l'histoire des conflits armés », ce qui est en forte contradiction avec les témoignages des habitants de Raqqa.

Les habitants se sont trouvés piégés tandis que les combats faisaient rage dans les rues de Raqqa entre les militants de l'EI et les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS) sous direction kurde, soutenus par les frappes aériennes et les tirs d'artillerie incessants de la coalition. L'EI a placé des mines sur les voies de sortie de la ville et a tiré sur les personnes qui essayaient de s'enfuir. Plusieurs centaines de civils ont été tués chez eux ou dans les lieux où ils s'abritaient, ou ont trouvé la mort alors qu'ils tentaient de fuir.

Lire aussi : « Libération » de Raqqa, un carnage pour les civils

Un haut responsable militaire américain a même déclaré que jamais autant d'obus n'avaient été tirés sur un même lieu depuis la guerre du Vietnam. Les tirs d'obus n'étant précis qu'à 100 mètres près, il n'est pas étonnant que les victimes civiles aient été si nombreuses. Cette tragédie est en outre aggravée par l'absence d'enquêtes, plusieurs mois après les faits. Les victimes méritent que justice leur soit rendue.

Un jeune homme et son bébé à Raqqa, février 2018 © Amnesty International

De possibles crimes de guerre

Les frappes de la coalition sur lesquelles nous avons pu enquêter ne sont que quelques exemples. Des preuves solides montrent que les frappes aériennes et les tirs d'artillerie de la coalition ont tué et blessé des milliers de civils, touchés notamment par des attaques disproportionnées ou aveugles qui sont contraires au droit international humanitaire et pourraient constituer des crimes de guerre.

Durant les quatre années où il a contrôlé la ville, l'EI a commis de nombreux crimes de guerre. Mais ces violations ne dégagent pas la coalition de son obligation de prendre toutes les précautions possibles pour limiter les dommages infligés aux civils.

Nous avons écrit aux autorités américaines, britanniques et françaises en charge de la défense pour leur demander des informations complémentaires sur les cas sur lesquels nous avons pu enquêter et sur d'autres attaques. Nous les avons interrogées sur les tactiques de la coalition, ses moyens et ses méthodes d'attaque, le choix de ses cibles et les précautions prises lors de la planification et de la mise en œuvre des opérations.

Nous demandons désormais aux membres de la coalition de mener des enquêtes impartiales et approfondies sur les allégations de violations et sur les victimes civiles, ainsi qu'à reconnaître publiquement l'ampleur et la gravité des pertes de vies civiles et des destructions de biens de caractère civil à Raqqa.

Nous leur demandons aussi de rendre publiques leurs conclusions de même que toutes les informations sur les frappes pour évaluer dans quelle mesure ils ont respecté le droit international humanitaire.

Demandez justice pour les civils tués à Raqqa

La France, membre de la coalition menée par les États-Unis, doit enquêter sur les centaines de morts causés par la coalition parmi la population civile à Raqqa, en Syrie.

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres