Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
© Getty Images/Cultura RF

© Getty Images/Cultura RF

© Getty Images/Cultura RF

Discriminations
Actualité

Islande : les oubliés de l'égalité des genres

L’Islande a la réputation de respecter l’égalité des genres, mais son système de santé traite les personnes intersexes d’une manière très préoccupante.

Les personnes nées avec des caractéristiques sexuelles qui diffèrent des « normes » féminine et masculine se heurtent à des obstacles les empêchant d’avoir accès à des soins de santé appropriés dans le pays.

Les enfants et les adultes intersexes sont alors considérés comme des erreurs qui doivent être corrigées.

En raison de l’absence de protocoles de soins de santé fondés sur les droits, des personnes nées avec des variations des caractéristiques sexuelles – et qui se qualifient parfois de personnes « intersexes » – doivent affronter la stigmatisation et la discrimination, et subissent souvent des actes chirurgicaux préjudiciables.

Ce manque d’accès aux soins de santé axés sur leurs droits humains peut alors leur causer des souffrances physiques et psychologiques pour leur vie entière.

L’Islande en retard sur cette question

L’Islande figure en tête de classement du Rapport mondial sur la parité entre hommes et femmes du Forum économique mondial.

Pourtant les autorités islandaises n’ont toujours pas mis en place des protocoles de soins fondés sur les droits ni fait le nécessaire pour que les personnes présentant des variations des caractéristiques sexuelles puissent recevoir les soins de santé adaptés à leurs besoins.

Lire aussi : La "normalisation" des enfants intersexués pratiquée aussi en Allemagne et au Danemark

On estime qu'en Islande, il y a près de 6 000 personnes avec des caractéristiques sexuelles (appareil génital, gonades, hormones, chromosomes ou organes de reproduction) qui ne correspondent pas aux normes admises permettant d’établir si l’individu est de sexe « masculin » ou « féminin ».

Nous avons réuni des éléments prouvant qu’en Islande, les personnes nées avec des variations des caractéristiques sexuelles ont beaucoup de mal à obtenir des soins de santé appropriés et fondés sur leurs droits humains, ce qui dans certains cas occasionne pour elles des préjudices durables.

Des personnes intersexes indiquent que le manque de soins appropriés a des effets préjudiciables sur leur qualité de vie.

Dans certains cas, cette situation est encore aggravée par l’impossibilité d’avoir accès à leur dossier médical, les personnes concernées ne pouvant pas obtenir l’ensemble des informations sur les actes pratiqués sur leur corps.

Il est très difficile d’obtenir de bons soins de santé, car nous sommes considérés comme des « problèmes » qu’il faut régler […] Un grand nombre des problèmes de santé qui surgissent sont dus aux traitements qu’on nous a donnés quand nous étions enfants.

Kitty, une militante intersexe de l’organisation Intersex Iceland.

Elle ajoute :

« Nous n’aurions pas tous ces problèmes d’ostéopénie et d’ostéoporose si nous n’avions pas subi, enfants, des gonadectomies, et pendant notre adolescence, des traitements hormonaux inadaptés. »

Kitty Anderson, militante pour les droits des intersexes. © Amnesty International

Je voudrais que ces variations soient considérées comme quelque chose de normal. Je ne veux pas que des personnes soient obligées de se cacher, d’avoir honte. Je voudrais que les gens comprennent et acceptent qu’il existe une diversité, et que c’est bien comme cela.

Un projet de loi incomplet

Un projet de loi pourrait permettre de mettre fin à ces abus : le projet de loi sur l’autonomie en matière de sexualité et de genre, qui doit être soumis au Parlement islandais à la fin du mois de février, mais ce texte ne comprend pas de mesures de protection essentielles pour les enfants.

Il n’inclut en particulier aucune disposition visant à mettre fin, en l’absence de toute urgence médicale, aux actes chirurgicaux de « normalisation » invasifs et irréversibles pratiqués sur les enfants nés avec des variations des caractéristiques sexuelles.

Un long travail pour faire changer les mentalités

Les personnes avec qui nous avons parlé ont déclaré avoir l’impression que les médecins n’écoutaient pas ce qu’elles disaient vouloir pour elles-mêmes ou leurs enfants, et préféraient « normaliser » le corps des personnes intersexes au moyen d’actes chirurgicaux invasifs ou de traitements hormonaux.

Comprendre : 5 fausses idées sur les personnes intersexes

Certains changements d’attitude ont été observés récemment, en grande partie grâce au travail inlassable de militants intersexes, mais en raison d’un climat marqué par des informations erronées et la stigmatisation, les personnes intersexes continuent de subir des préjudices.

Les personnes intersexes ont des droits

Ensemble, interpellons le gouvernement islandais pour qu'il protège les droits des personnes intersexes.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres