Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Tunisie. L’adoption de la nouvelle Constitution représente un revers pour les droits humains

Réagissant aux informations indiquant qu’à la suite du référendum constitutionnel du 25 juillet, la Tunisie a adopté une nouvelle Constitution qui démantèle ou menace des garanties institutionnelles essentielles pour les droits humains, Heba Morayef, directrice régionale pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient à Amnesty International, a déclaré :

« Il est extrêmement préoccupant de constater que la Tunisie a adopté une nouvelle Constitution qui sape les droits humains et met en péril les avancées réalisées depuis la révolution de 2011. La nouvelle Constitution démantèle un grand nombre des garanties relatives à l’indépendance du pouvoir judiciaire, supprime les protections empêchant que des personnes civiles ne soient jugées par des tribunaux militaires, et accorde aux autorités le pouvoir de restreindre les droits humains ou de revenir sur des engagements internationaux relatifs aux droits humains au nom de la religion.

« Cette nouvelle Constitution, qui remplace celle de 2014, a été rédigée à huis clos dans le cadre d’un processus entièrement contrôlé par le président Kaïs Saïed. Le peuple tunisien a été confronté à un manque total de transparence quant aux raisons qui ont motivé le choix d’un tel processus et la décision de remplacer la Constitution de 2014.

« Cela intervient un an exactement après le coup de force du président Kaïs Saïed, lors duquel les autorités ont ciblé des voix dissidentes et des opposants politiques de premier plan avec des enquêtes pénales et des poursuites judiciaires, érodant à un rythme très inquiétant la protection des droits humains. La nouvelle Constitution ne doit en aucun cas être utilisée comme prétexte pour revenir sur les engagements de la Tunisie au titre du droit international relatif aux droits humains. Les dispositions de toute constitution doivent être pleinement conformes aux obligations souscrites par la Tunisie au titre du droit international relatif aux droits humains. »

Complément d’information

Le 25 juillet 2021, le président Kaïs Saïed a annoncé des mesures exceptionnelles, invoquant l’article 80 de la Constitution de 2014, et il a suspendu le Parlement et limogé le gouvernement. Il s’est ensuite arrogé le droit de légiférer par décret, il a suspendu la majeure partie des dispositions de la Constitution tunisienne de 2014, et a dissous le Parlement avant de s’octroyer le pouvoir de modifier la Constitution. 

Un référendum sur le projet de nouvelle constitution a eu lieu en Tunisie le 25 juillet 2022. La nouvelle Constitution a été acceptée, avec un faible taux de participation s’établissant à 30,5 %, et elle doit entrer en vigueur le 27 août 2022 ; elle remplacera celle qui a été adoptée par l’Assemblée nationale constituante tunisienne en janvier 2014 à l’issue d’un processus inclusif et transparent mené sur deux ans, et qui contenait de solides garanties pour la protection des droits humains.

The post Tunisie. L’adoption de la nouvelle Constitution représente un revers pour les droits humains appeared first on Amnesty International.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Tunisie. Les accusations sans fondement pesant sur Myriam Bribri doivent être abandonnées

Publié le : 28.09.22

À l’approche de l’audience en appel qui se tiendra le 28 septembre 2022 concernant le procès de la militante anti-impunité et défenseure des droits humains Myriam Bribri, qui a été condamnée le 20 décembre...

Tunisie. Il faut abandonner toutes les charges retenues contre le journaliste Salah Attia

Publié le : 15.08.22

Les autorités tunisiennes doivent immédiatement abandonner toutes les charges retenues contre Salah Attia, un journaliste incarcéré, actuellement jugé par un tribunal militaire pour des propos qu’il a...

Tunisie. Il est urgent d’inverser l’inquiétante régression des droits humains

Publié le : 21.07.22

Les autorités tunisiennes doivent se saisir de toute urgence de la situation du pays en matière de droits humains, qui a considérablement régressé depuis que le président Kaïs Saïed s’est octroyé les pleins...

Tunisie. Le nouveau projet de Constitution sape l’indépendance de la justice et affaiblit les garanties relatives aux droits humains

Publié le : 05.07.22

Le nouveau projet de Constitution présenté par les autorités tunisiennes le 30 juin, à l’issue d’un processus de rédaction obscur et accéléré, compromet les garanties institutionnelles relatives aux droits...

Tunisie : Les révocations arbitraires de magistrats, un coup dur contre l’indépendance de la justice

Publié le : 10.06.22

Le président tunisien, Kais Saied, a porté gravement atteinte à l’indépendance judiciaire le 1er juin 2022, en s’arrogeant par décret le pouvoir absolu de révoquer sommairement des magistrats, et en congédiant...

Tunisie. L’adoption de la nouvelle Constitution représente un revers pour les droits humains - Amnesty International France