Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 34 €
Agir

Soutenez-nous

Actions urgentes pour des personnes en danger, révélations de l’affaire Pegasus, enquête sur la situation des Ouïghours en Chine… c’est grâce à votre soutien que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Togo. Les nouvelles arrestations d’opposants s’inscrivent dans une répression croissante des voix dissidentes

Les arrestations arbitraires d’opposants survenues le week-end dernier s’inscrivent dans une répression croissante des voix dissidentes par les autorités togolaises depuis la réélection du président Faure Gnassingbé pour un quatrième mandat en février, a déclaré Amnesty International aujourd’hui.

La garde à vue de Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, nouvelle coordinatrice de la Dynamique Monseigneur Kpodrzo (DMK), un regroupement de partis d’opposition et d’organisations de la société civile au Togo, et de Gérard Yaovi Djossou, chargé des affaires sociales et des droits de l’homme, a été prolongée hier. Ils ont été arrêtés respectivement les 28 et 27 novembre alors que la DMK avait appelé à une grande manifestation à Lomé pour dénoncer les résultats de l’élection présidentielle et le harcèlement judiciaire contre des opposants. Ils sont accusés de regroupement de malfaiteurs et atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

« L’arrestation des deux opposants semble être strictement liée à l’appel à manifestation et apparait comme une nouvelle illustration des autorités de vouloir réduire au silence l’opposition et les voix dissidentes, » a déclaré Marceau Sivieude, directeur régional adjoint d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.

« Les autorités togolaises doivent libérer immédiatement et de façon inconditionnelle Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson et Gérard Yaovi Djossou, et respecter la liberté d’expression et de manifestation pacifique de toutes les personnes, y compris les opposants politiques. »

Le ministre de l’administration du territoire a évoqué des raisons liées à la pandémie de COVID-19 pour interdire la manifestation de l’opposition. Les deux opposants ont été arrêtés et leurs domiciles perquisitionnés.

« La lutte contre la pandémie de COVID-19 ne doit pas servir de prétexte pour justifier la pratique illégale de l’interdiction systématique des manifestations de l’opposition politique au Togo, » a déclaré Marceau Sivieude.   

Selon les informations recueillies par Amnesty International, Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson était partie rendre visite à Gérard Yaovi Djossou arrêté le 27 novembre. Dans les locaux du Service central de recherches et d'investigations criminelles (SCRIC), elle se verra remettre une convocation.

Elle est revenue à son domicile accompagnée par des éléments du SCRIC, venus faire une perquisition avec un photographe. Ils ont fouillé la chambre à coucher de Brigitte et celle de son enfant, ont pris deux cartables contenant des documents personnels de sa famille, une dizaine de carnets de notes, des feuilles de présence, un ordinateur et deux disques durs. Les accusations contre elle lui ont été notifiées après six heures d’audition dans les locaux du SCRIC.

Gérard Yaovi Djossou a été entendu pendant 10 heures, menotté et sans la présence de son avocat, selon les informations obtenues par Amnesty International. Il a été arrêté à Lomé dans la circulation par des gendarmes en civil. Un des agents en civil lui aurait asséné trois coups de poing.

16 personnes, militants de la DMK, ont été arrêtées le 21 avril dernier, inculpées pour fragrant délit de rébellion, jugées puis condamnées à 12 mois de prison dont huit mois avec sursis. Elles voulaient s’opposer à l’arrestation de l’opposant Agbéyomé Kodjo le même jour. Elles ont été libérées le 25 août dernier.

En outre, le harcèlement contre les journalistes se poursuit. Au cours de cette année, plusieurs médias togolais ont été sanctionnés par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC), notamment ordonnant la suspension des journaux tels que ‘Alternative, ‘Fraternité ’ et ‘ Liberté’.

 

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Togo: un militant togolais ciblé par un logiciel espion fabriqué en Inde et lié à un groupe de hackers

Publié le : 07.10.21

Un militant togolais pris pour cible au moyen d’un logiciel espion par le groupe de hackers Donot Team. Amnesty International dévoile les liens entre les attaques de Donot Team et Innefu Labs, une entreprise...

Togo. La décision de la Cour de justice de la CEDEAO envoie un message clair que les coupures volontaires d’Internet violent la liberté d’expression

Publié le : 25.06.20

La décision du tribunal régional qui reconnaît que les autorités ont violé le droit à la liberté d’expression en coupant Internet lors des manifestations de l’opposition en 2017 est une victoire pour toutes...

Togo. La suspension d’un journal met la liberté d’expression à rude épreuve

Publié le : 31.03.20

En réaction à la décision prise hier par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) du Togo de suspendre le journal ‘’Fraternité’’ pour deux mois, Marceau Sivieude, directeur régional...

Togo : Trois activistes ressortissants de la CEDEAO interdits d’entrer dans le territoire

Publié le : 15.10.19

Réagissant à l’interdiction faite à trois activistes africains ressortissants de la Communauté économique des états d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) d’entrer au Togo pour participer au lancement des activités...

Togo. Escalade de la violence et adoption de la loi sur la cybersécurité à l’approche d’élections législatives contestées

Publié le : 20.12.18