Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Thaïlande. Le gouvernement doit revenir sur le chemin qui mène à l'abolition de la peine de mort

Les autorités thaïlandaises doivent reconnaître que la peine de mort n'a pas sa place dans un système de justice pénale et bloquer tout projet d’exécution, a déclaré Amnesty International un mois après que l'État a procédé à sa première exécution en presque neuf ans.

Dans une lettre ouverte au ministre thaïlandais de la Justice, l'organisation mondiale de défense des droits humains a appelé le gouvernement à abolir la peine de mort, après qu'un homme de 26 ans a été exécuté par injection létale pour meurtre avec circonstances aggravantes le 18 juin. La précédente exécution dans le pays remontait à 2009.

« Indépendamment du crime, du prisonnier et de la méthode d'exécution, rien ne saurait justifier le recours à la peine de mort. C'est un châtiment odieux qui n'a pas sa place dans un système de justice pénale, a déclaré Katherine Gerson, chargée de campagne sur la Thaïlande à Amnesty International.

« Le gouvernement thaïlandais doit réaffirmer son engagement envers les droits humains et instaurer immédiatement un moratoire sur l'application de la peine de mort, à titre de premier pas sur la voie de l’abolition. À vrai dire, la peine capitale n'exerce pas d'effet dissuasif particulier sur les criminels. Elle ne permet pas aux familles des victimes de tourner la page. Ce n'est jamais la solution. »

Complément d’information

Le 18 juin 2018, la Thaïlande a exécuté un homme de 26 ans pour meurtre avec circonstances aggravantes : il s’agissait de la première exécution dans le pays depuis août 2009, après une période de répit depuis 2003. Selon les chiffres fournis par le ministère de la Justice en mars 2018, 510 personnes, dont 94 femmes, se trouvent dans le quartier des condamnés à mort, dont 193 ont épuisé tous leurs recours. Près de la moitié de ces 193 prisonniers auraient été condamnés pour des infractions liées à la législation sur les stupéfiants.

L'application obligatoire de la peine de mort est prohibée par le droit international, mais ce châtiment en Thaïlande demeure obligatoire pour diverses infractions, dont le meurtre avec circonstances aggravantes. La plupart des infractions pour lesquelles la peine de mort est maintenue n'appartiennent pas à la catégorie des « crimes les plus graves » auxquels l’utilisation de la peine de mort devrait être restreinte dans les pays qui ne l’ont pas encore abolie, au titre du droit international.

Amnesty International est opposée à la peine de mort sans exception, dans tous les cas et en toutes circonstances.

À l'heure actuelle, 106 pays ont aboli la peine capitale pour toutes les infractions, et au total 142 sont abolitionnistes en droit ou en pratique.

Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres