Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

3 ans de prison pour 30 minutes de retard ? L'acharnement contre Kamel Daoudi doit cesser

Amnesty International est préoccupée par le placement en détention provisoire de Kamel Daoudi, en vue de son jugement en comparution différée demain 6 octobre à Aurillac.

 Kamel Daoudi a été arrêté le vendredi 25 septembre à 21h30, alors qu’il aidait bénévolement dans un café associatif d’Aurillac, soit 30 minutes après le couvre-feu auquel il est astreint par les autorités françaises depuis plus de 12 ans maintenant. S’il est reconnu coupable, il risque jusqu’à trois ans d’emprisonnement.

« La seule raison pour laquelle Kamel Daoudi risque aujourd’hui une nouvelle condamnation, réside dans l’acharnement des autorités françaises à son encontre, qui le privent arbitrairement de sa liberté depuis de nombreuses années. Exercer une activité bénévole, en l’occurrence préparer des falafels lors d’une soirée Karaoke organisée dans un café associatif, au vu et au su de tous, ne peut être considéré comme un délit » remarque Nicolas Krameyer, responsable du programme Libertés à Amnesty International France

Assigné à résidence depuis plus de 12 ans, sans qu’aucune raison légitime n’ait été invoquée par les autorités depuis de nombreuses années, Kamel Daoudi est obligé de pointer plusieurs fois par jour au commissariat et de respecter un couvre-feu absurde qui l’empêche de pouvoir reprendre une vie normale : il ne peut quitter les limites de la ville, ni travailler, et est éloigné depuis plusieurs années de sa compagne et de ses enfants.

Cela fait des années que les autorités françaises ne sont plus en mesure de justifier l’assignation à résidence dont Kamel Daoudi est l’objet. Kamel Daoudi a déjà été contraint à 13000 pointages et couvre-feux quotidiens depuis 2008. Le fait d’avoir enfreint une obligation de couvre-feu, qui lui est imposée arbitrairement depuis des années, ne devrait pas faire l’objet de poursuites.

La seule solution, c’est de lever définitivement son assignation à résidence. Il est temps, une fois pour toutes, de laisser Kamel Daoudi, sa femme et ses enfants, reprendre une vie normale. 

Complément d’information

Kamel Daoudi a été libéré en 2008 à l’issue de sa peine pour association de malfaiteurs en relation avec un projet d’attentat terroriste. Il a été assigné à résidence dès sa sortie de prison, en vue de son expulsion vers l’Algérie.

La Cour européenne des Droits de l’homme a interdit son expulsion au vu des risques de torture qu’il y encourt. Depuis 2008, Kamel Daoudi est assigné sur le périmètre de sa commune de résidence, soumis à des mesures de pointage et à un couvre-feu quotidiens. Depuis 2016, les autorités françaises l’ont transféré dans plusieurs lieux d’assignation à résidence, loin de sa femme et de ses enfants.

Le 20 décembre 2018, Kamel Daoudi était jugé à Saintes pour deux retards mineurs à ses obligations de pointage et de couvre-feu. Le 16 mai 2019, le tribunal l’a relaxé, au motif notamment que les mesures de l’assignation n’avaient pas été justifiées ni étayées par le Ministère de l’intérieur et le ministère public.

https://www.amnesty.fr/actualites/kamel-daoudi-ou-les-derives-de-la-lutte-contre-le-terrorisme

Amnesty International France a réalisé un documentaire montrant l’absurdité et la cruauté des mesures d’assignation à résidence qui lui sont infligées.

https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/les-autorites-sacharnent-sur-lui-depuis-12-ans

Amnesty International France - Service presse - 01 53 38 66 00 / 06 76 94 37 05 – spresse@amnesty.fr

Créée en 1961, Amnesty International est un mouvement mondial et indépendant de plus de 7 millions de membres et sympathisants qui œuvrent pour le respect, la défense et la promotion de tous les droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Amnesty International a reçu le prix Nobel de la paix en 1977. La section française (AIF) a été créée en 1971. Son financement repose sur la générosité du public (200 000 donateurs), sur les ventes de produits de soutien et les cotisations de plus de 90 000 membres. AIF est agréée par le Comité de la charte du don en confiance. www.amnesty.fr - @amnestypresse - Agir - Faire un don

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Évacuation place de la République : Nos associations demandent une politique alternative pour rompre ce cycle infernal de violences

Publié le : 24.11.20

Suite à l’évacuation violente des personnes exilées à la rue et de leurs soutiens installés Place de la République hier soir, nos organisations demandent de toute urgence, une politique alternative pour...

Armes / Rapport sur les exportations d'armes de la France. Réaction d'Amnesty International

Publié le : 18.11.20

Après deux ans de travaux, la mission d’information parlementaire sur les exportations d’armes de la France vient de rendre public son rapport ce mercredi 18 novembre 2020. Le document présente plusieurs...

ARMES. Une occasion unique de mettre fin à l’exception française : appel pour la mise en place d’un contrôle parlementaire des ventes d’armes françaises

Publié le : 16.11.20

Alors que la mission d’information parlementaire sur le contrôle des exportations d’armement va enfin rendre ses préconisations le mercredi 18 novembre 2020, il est urgent que le cri d’alarme lancé par...

Loi sur la "Sécurité globale" : une proposition dangereuse pour les libertés fondamentales

Publié le : 10.11.20

Du 17 au 20 novembre, l’Assemblée nationale est appelée à examiner la proposition de loi dite de « Sécurité Globale », soutenue par les députés de la majorité. Pour Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty...

Arabie saoudite / L'envers du décor. La France doit exiger la libération des défenseures des droits humains lors du G20

Publié le : 09.11.20

En amont du G20, qui se tiendra les 21 et 22 novembre, présidé cette année par l’Arabie saoudite, Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France ainsi que Katia Roux, chargée de plaidoyer Libertés,...

FRANCE / Lutte contre le terrorisme. Malgré les atteintes sérieuses aux droits fondamentaux qu’elles représentent, le Sénat veut pérenniser les mesures exceptionnelles de la loi SILT

Publié le : 14.10.20

Ce mercredi 14 octobre, le Sénat examinera le projet de loi relatif à la prorogation des principales mesures de la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (SILT). Adoptée...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres