Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Portrait

Zhang Zhan

Pour avoir dénoncé la mauvaise gestion de la crise du Covid-19 par les autorités chinoises, Zhang Zhan a été torturée et condamnée à quatre ans de prison.

janvier 2020

Par le biais d'une Action Urgente 1 514 personnes ont déjà agi pour exiger la libération de Zhang Zhan.

29 décembre 2020

 L'Union européenne demande à la Chine la libération immédiate de Zhang Zhan.

Ancienne avocate, Zhang Zhan est une journaliste citoyenne qui s’exprime activement sur la politique et les questions liées aux droits humains en Chine. En février 2020, elle s’est rendue à Wuhan, qui était alors le centre de l’épidémie de Covid-19. Elle a utilisé des plateformes en ligne, notamment WeChat, Twitter et YouTube, pour rendre compte de l’arrestation d’autres journalistes indépendants et du harcèlement à l’égard de familles de victimes.

Zhang Zhan a été portée disparue le 15 mai 2020 à Wuhan. Par la suite, nous avons appris qu’elle était détenue par la police de Shanghai, à plus de 640 km de Wuhan.

Liberté pour Zhang Zhan !

Selon des informations communiquées par l’avocat chargé de la défendre, Zhang Zhan aurait entamé une grève de la faim en septembre 2020 pour dénoncer sa détention et clamer son innocence. Malgré sa volonté de poursuivre cette action de protestation, les autorités du centre de détention l’auraient nourri contre son gré au moyen d’une sonde.

L’avocat de Zhang Zhan a indiqué qu’elle était très faible physiquement et qu’elle souffrait de douleurs à l’estomac, de vertiges et de faiblesse quand elle marchait. Toujours selon son avocat, Zhang Zhan a été forcée de porter des entraves aux pieds et a eu les poings liés 24 heures sur 24 pendant plus de trois mois .

Le 28 décembre 2020, le tribunal populaire du nouveau district de Pudong a condamné Zhang Zhan à quatre ans de prison. Elle était accusée d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public », accusation découlant de ses reportages sur la Covid-19 depuis Wuhan à partir de février 2020. Zhang Zhan a suspendu sa grève de la faim afin d'éviter d'avoir les pieds entravés et les mains liées par les autorités pénitentiaires. Cependant, les craintes sont vives qu'elle ne subisse d'autres actes de torture.

Agir

Liberté pour Zhang Zhan !

Pour avoir fait son travail, elle se retrouve emprisonnée et torturée. Exigez sa libération !

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres