Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Manifestation de protestation suite à la mort du blogueur Niloy Chakrabart à Dacca le 8 août 2015. © MUNIR UZ ZAMAN/AFP/Getty Images

Manifestation de protestation suite à la mort du blogueur Niloy Chakrabart à Dacca le 8 août 2015. © MUNIR UZ ZAMAN/AFP/Getty Images

Manifestation de protestation suite à la mort du blogueur Niloy Chakrabart à Dacca le 8 août 2015. © MUNIR UZ ZAMAN/AFP/Getty Images

Bangladesh

Les droits humains au Bangladesh en 2017

Plus de 655 000 réfugiés rohingyas forcés de fuir l’État d’Arakan, au Myanmar, ont cherché refuge au Bangladesh. Des membres du parti d’opposition Jamaat-e- Islami ont été arrêtés arbitrairement. Des défenseurs des droits humains ont été la cible de manœuvres de harcèlement et d’intimidation. Les droits à la liberté d’association et de réunion pacifique ont cette année encore fait l’objet de restrictions. Des disparitions forcées ont continué d’être constatées. La stratégie de lutte contre les violences commises par des groupes armés entraînait toujours des violations des droits humains. Des personnes LGBTI ont cette année encore été harcelées et arrêtées. Dans les Chittagong Hill Tracts, les forces de sécurité n’ont pas protégé les populations autochtones des violences. Fait positif, la croissance économique constante depuis 10 ans a contribué à réduire l’extrême pauvreté.

Lire notre DOSSIER : Le sort des Rohingyas au Myanmar

En savoir plus : Le Bangladesh dans le Rapport annuel d'Amnesty International 2017-2018

Peine de mort : non abolitionniste

La peine de mort est inscrite dans la législation du pays ou territoire.

Actualités
Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres