Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
Bota Kussaiyn, son père a été envoyé dans un "camp de rééducation" © Amnesty International

Bota Kussaiyn, son père a été envoyé dans un "camp de rééducation" © Amnesty International

Bota Kussaiyn, son père a été envoyé dans un "camp de rééducation" © Amnesty International

Discriminations
Actualité

Les camps d’internement qualifiés de « formations professionnelles »

Environ un million de personnes, musulmanes pour la plupart, seraient détenues dans des camps d’internement au Xinjiang. Le gouverneur de la région a décrit ces camps comme des centres de « formations professionnelles gratuites ».

Les commentaires du gouverneur contredisent tous les éléments de preuve disponibles et sont une insulte à ceux qui souffrent dans les camps et aux familles des personnes internées.

Aucun effet de langage ne saurait dissimuler le fait que les autorités chinoises mènent une campagne de répression systématique dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, jusqu'à un million de personnes étant détenues de manière arbitraire.

Les camps d'internement en masse sont avant tout des lieux de sanction et de torture, pas d'apprentissage.

Des informations persistantes font état de coups, de privation de nourriture et de détention à l'isolement, ce qui a des effets dévastateurs sur la vie d’environ un million de personnes. Il est temps que les autorités reconnaissent ce qui se passe vraiment dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang.

Lire aussi : Des musulmans dans des camps de "rééducation"

Une lutte contre « l’extrémisme »

La politique d’internement des membres de minorités ethniques majoritairement musulmanes dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang s’est intensifiée depuis mars 2017 et l’adoption d’un « règlement relatif à la lutte contre l’extrémisme » par le gouvernement régional.

Aux termes de ce texte, les démonstrations publiques ou même privées d’appartenance religieuse et culturelle, parmi lesquelles les barbes « anormales », le port d’un voile ou d’un foulard, les prières régulières, le jeûne, le fait de s’abstenir de boire de l’alcool, ou encore la possession de livres ou d’articles relatifs à l’islam ou à la culture ouïghoure, peuvent être considérées comme « extrémistes ».

Les voyages à l’étranger pour le travail ou les études, en particulier dans des pays à majorité musulmane, ainsi que les contacts avec des personnes situées en dehors de la Chine, constituent également des motifs de suspicion.

Rester informé

Recevez nos emails d'information et d'action sur les discriminations

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres