Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Le pouvoir de nos enquêtes

pourquoi notre travail dérange

Donatella Rovera, chercheuse spécialisée sur les crises et conflits depuis plus de vingt cinq ans pour Amnesty International.

Nous avons été attaqués par le passé, nous le sommes aujourd’hui et nous continuerons à l'être. Pourquoi ? Parce que nos enquêtes dérangent. D'ailleurs, c'est précisément leur rôle.

Le combat pour défendre les droits humains ne s'est jamais fait sans déranger ceux qui les bafouent partout dans le monde.​ C'est une mission qui ne nous rend pas toujours populaires. Aujourd’hui, plus que jamais, la polarisation des débats tend à rendre inaudible un discours mesuré, basé sur des faits.  Certains nous accusent d’appartenir à un camp, d’être partial, de trahir notre vocation.

Nous faisons l’objet de :

MENACES,  

ATTAQUES,  

PRESSIONS,  

CRITIQUES,  

provenant de tous bords.

Les affiches de notre campagne de communication - avril 2024 © DDB Paris

Mai 2005. Malgré des rapports accablants, la Maison-Blanche conteste nos enquêtes sur Guantanamo.

Juin 2007. Le Vatican appelle ses fidèles à ne plus financer Amnesty International en raison de ses rapports demandant la dépénalisation de l'avortement.

Juillet 2020. Le président d'Amnesty International Turquie est condamné à six ans de prison suite à nos enquêtes sur les droits des personnes réfugiées.

Avril 2022. Victime de harcèlement de la part des autorités, nous sommes contraints de fermer nos bureaux en Inde. Dans le même temps, le département de Justice russe nous expulse du pays à la suite d'une série d'enquêtes sur la guerre en Ukraine et sur la répression qui sévit en Russie.

Mai 2023. Les locaux d'Amnesty sont vandalisés à Nice, en France, par un groupuscule violent.

La Maison-Blanche, les autorités turques, indiennes, russes ou iraniennes, le Vatican, des groupuscules violents ou encore le Parti communiste chinois : toutes et tous ont critiqué notre travail.

Si l'on se fait autant attaquer, c'est forcément que l'on doit déranger.

Nos enquêtes dans 155 pays du monde

Chaque jour, nos équipes de recherche enquêtent à travers le monde entier sur les violations des droits humains.

Toutes nos enquêtes portent sur des problématiques actuelles qui nous concernent toutes et tous : liberté d’expression et de manifestation, discriminations, violences sexistes et sexuelles, protection des populations civiles dans les conflits, etc. 

Chaque jour, nous rendons publiques ces enquêtes qui dérangent, parce qu'elles révèlent au grand jour ce que certains voudraient cacher.

Chaque année, la somme de nos enquêtes est publiée sous la forme d'un rapport mondial, qui dresse un bilan de la situation des droits humains, pays par pays.

La carte mondiale des droits humains

Cette carte mondiale s’inscrit dans le cadre de la publication de notre rapport annuel qui dresse le bilan de la situation des droits humains dans 155 pays. Retrouvez notre analyse, pays par pays, en une carte.

Nos enquêtes sont notre force : nous établissons des faits 

Dans une époque de "post-vérité", où les fake-news pullulent, nous avons besoin de sources fiables. C’est pourquoi nos enquêtes sont notre force : nous établissons des faits. 

Toutes nos enquêtes sont le fruit d’un travail extrêmement rigoureux et pointu, mené par des chercheurs et chercheuses indépendants et impartiaux, qui travaillent aussi bien sur le terrain qu’à distance. 

+ de 80 chercheur·sesdéployé·es aux quatre coins du monde dans des bureaux régionaux (Afrique, Asie, Amériques, Europe, Moyen-Orient)

Leur rôle :

👉 recueillir la parole des témoins, des personnes survivantes et des victimes* ;

👉 vérifier les témoignages et les confronter aux preuves visuelles et à tous les autres éléments dont ils disposent ;

👉 analyser les images satellites des attaques, examiner les rapports médicaux, les déclarations officielles et tout autre document utile afin de déterminer si une violation du droit international a été commise ; 

👉 répertorier et conserver tous les éléments de preuves récoltés afin de pouvoir les mettre à disposition pour servir la justice.  

*En fonction de l’accessibilité de la zone, le recueil de témoignages peut se faire sur le terrain et/ou à distance, avec l’aide d’un collaborateur présent sur place. 

Toutes nos informations sont ainsi soigneusement analysées, recoupées, vérifiées, avant d'être publiées.

Nos enquêtes ont du pouvoir

Si nos enquêtes dérangent autant, c'est aussi parce qu'elles ont un impact.

Grâce à notre travail d’enquête rigoureux, notre mouvement, fort de plus de 10 millions de membres et de sections dans plus de 50 pays, peut alerter et mobiliser la société civile pour faire pression sur les décideurs afin de mettre fin aux violations de droits humains. Avec des résultats concrets à la clé.

Lire aussi : Chaque année, nous remportons des victoires

1977. Nous recevons le prix Nobel de la paix pour notre campagne visant à mettre fin à la torture dans le monde. 

1984. Nous obtenons une convention mondiale contre la torture.

2002. Nous assistons à la création de la Cour pénale internationale.

2013. Nous célébrons l'adoption du Traité international sur le commerce des armes.

Voici trois exemples de l'impact qu'ont eu nos enquêtes en 2023 👇 

Grâce à nos enquêtes, nous avons le pouvoir de changer des vies, de changer des lois.

Nous pensons que notre impact a plus de valeur que les critiques.

Notre seul camp, celui des droits humains 

Pour garantir l'indépendance et l'impartialité de nos enquêtes, notre organisation est indépendante de toute institution, idéologie, intérêt économique et religion.

Aller plus loin : L’impartialité au cœur de notre combat pour les droits humains 

Pour garantir notre indépendance, nous avons besoin d'assurer notre indépendance financière. Toutes nos actions sont financées grâce au soutien indispensable de nos membres et de nos donateurs.  

Nos valeurs fondamentales : l'indépendance, l'impartialité et l'exactitude.

Notre force : nos enquêtes et un mouvement de 10 millions de personnes.

Notre unique boussole : le droit international.  

Notre seul intérêt : le respect les droits humains. 

*Les droits humains ne sont ni une idéologie, ni une valeur morale. C'est un cadre légal (le droit international relatif aux droits humains) qui définit des droits universels que les États sont tenus de respecter et de faire respecter.

Agir

Ensemble, nous pouvons remporter de nouvelles victoires !

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons mener nos combats, enquêter en toute indépendance et faire respecter les droits de toutes et tous à travers le monde.