Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Viêt-Nam. L’opération policière contre un grand rassemblement d’ONG marque une inquiétante montée de la répression

À Hanoï, la capitale du Viêt-Nam, ce matin, la police a mis fin à un important rassemblement annuel d’associations et d’organisations non gouvernementales (ONG), ce qui marque une inquiétante montée de la répression exercée par les autorités contre la société civile, a déclaré Amnesty International.

« Il s’agit d’une opération de répression absurde et choquante menée contre un événement pacifique bien établi. Le recours à un obscur décret qui date de la guerre relatif à la tenue d’événements dans les lieux publics pour mettre fin à un rassemblement privé organisé dans un hôtel est de toute évidence cynique et injustifié, a déclaré Minar Pimple, directeur général des opérations mondiales à Amnesty International.

Un regroupement d’organisations locales avait organisé aujourd’hui son troisième atelier annuel au Hanoi Club Hotel. Comme les années précédentes, ce rassemblement avait été organisé pour discuter des approches relatives aux problèmes sociaux, notamment en ce qui concerne l’accès aux services publics, la santé et l’égalité des genres.

Cet atelier avait débuté quand la police a fait irruption et a ordonné aux organisateurs d’y mettre fin. La police a accusé les organisateurs d’avoir violé les dispositions d’un texte adopté pendant la guerre, en 1957 – le décret 257-TTg –, qui prévoit que les autorités doivent être informées de la tenue d’un événement au moins 24 heures à l’avance.

« La Constitution vietnamienne garantit le droit à la liberté de réunion et d’association, que le pays doit également respecter et protéger au titre des traités internationaux. En mettant fin à cet événement, les autorités ont donc violé à la fois le droit international et la Constitution vietnamienne. Les autorités doivent permettre la tenue de ce rassemblement crucial d’associations respectées et mettre fin à cette répression grandissante exercée contre les organisations de la société civile, a déclaré Minar Pimple.

Complément d’information

Cet événement prévu pour durer deux jours a été organisé par les organisations suivantes : People's Participation Working Group (PPWG), Partnership for Action in Health Equity (PAHE), Group of Public Administration Reform, Human Rights Space, Gender and Community Network (Gencomnet), Ethnic Minority Working Group (EMWG), Evidence-Based Health Policy Development Advocacy Group (EBPHD) et Vietnam Non-Communicable Disease Prevention Alliance (NCDs-VN).

Ce rassemblement annuel permet à des organisations vietnamiennes de la société civile de discuter de la façon de coopérer avec le gouvernement et de lui donner des conseils au sujet des solutions à apporter à des problèmes sociaux.

Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres