Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Turquie. La marche des fiertés interdite doit être autorisée

Réagissant aux informations signalant que la marche des fiertés organisée par des étudiant·e·s de l’Université technique du Moyen-Orient (ODTÜ) n’est pas autorisée par le rectorat de l’université, Fotis Filippou, directeur des campagnes pour l’Europe à Amnesty International, a déclaré :

« Depuis huit ans, les étudiant·e·s de cette université mènent des manifestations sur le campus pour célébrer les fiertés et réclamer l’égalité et la dignité pour les lesbiennes, les gays et les personnes bisexuelles et transgenres (LGBTI). Il s’agit d’une célébration de l’amour qui adresse un message d’espoir à toutes les personnes qui se battent pour défendre les droits fondamentaux en Turquie et dans le reste du monde.

« Au lieu d’interdire les événements célébrant les fiertés, l’université devrait soutenir et protéger ces marches et combattre l’homophobie et la transphobie. Le rectorat doit revenir sur sa décision et permettre à ces étudiant·e·s de mener cette marche sans avoir à craindre des manœuvres d’intimidation ou des violences. »

Complément d’information

Cette marche était prévue pour le 10 mai.

Les autorités turques doivent veiller à ce que les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) ainsi que celles et ceux qui les soutiennent puissent exercer leur droit à la liberté d'expression et de réunion sans craindre d’être intimidés ou de subir des actes de violence.

Selon la réponse du ministère de l’Intérieur en date du 14 mars 2019 faisant suite à une demande d’information adressée officiellement par l’avocat de KAOS-GL, une organisation de défense des droits des personnes LGBTI, il n’existe pas d’interdiction générale des événements LGBTI à Ankara, et chaque demande est examinée de façon individuelle. L’interdiction générale décidée par le gouverneur d’Ankara au titre de l’état d'urgence a été levée à la suite d’une décision de justice en date du 21 février 2019.

 

Pour agir, rendez-vous sur la page https://www.amnesty.org/fr/get-involved/take-action/bring-back-the-rainbow-to-ankara/

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Turquie. La demande de libération du dirigeant de la société civile Osman Kavala prend de l’ampleur

Publié le : 04.09.20

Le Conseil de l'Europe demande qu’Osman Kavala soit libéré immédiatement

Turquie. La convention sur la lutte contre les violences à l’égard des femmes doit être appliquée, et non abandonnée

Publié le : 05.08.20

Les autorités turques doivent appliquer pleinement la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes (Convention d’Istanbul) au lieu d’en sortir,...

Turquie. La loi draconienne sur les réseaux sociaux représente une grave menace pour la liberté d’expression

Publié le : 28.07.20

Alors que les députés de Turquie s’apprêtent à se prononcer sur une vaste loi qui imposerait aux plateformes de réseaux sociaux telles que Twitter, Facebook et YouTube de se conformer à des exigences draconiennes,...

Turquie. Une campagne mondiale pour marquer le 1 000e jour d’Osman Kavala derrière les barreaux

Publié le : 26.07.20

Des militant·e·s du monde entier participeront à une série extraordinaire d’actions créatives pour marquer les 1 000 jours d’emprisonnement du défenseur des droits humains Osman Kavala en Turquie.

Turquie. Le tribunal inflige un coup brutal aux droits humains et à la justice en condamnant quatre militant·e·s

Publié le : 03.07.20

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres