Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Togo. Le retrait des fréquences de deux médias est une attaque contre la liberté d’expression

En réaction au retrait des fréquences radioélectriques de deux médias, ordonné cet après-midi par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) du Togo, François Patuel, chercheur d'Amnesty International sur l'Afrique de l'Ouest francophone a déclaré :

« Ce retrait unilatéral des fréquences radioélectriques constitue une sanction disproportionnellement lourde au vu des faits reprochés et marque une nouvelle attaque contre la liberté d’expression au Togo».

« Le retrait des fréquences est une mesure exceptionnelle qui ne devrait être prise qu’en cas de manquement grave à la loi.»

« Les autorités doivent veiller à ce que les médias puissent faire leur travail sans crainte et sans subir de manœuvres d’intimidation ni de harcèlement. »

Complément d’information
Lundi 6 février, la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) a ordonné le retrait des fréquences radioélectriques de La Chaine du Futur (LCF) une station de télévision privée et celles de la radio City FM appartenant au Groupe Sud Média.

Selon la HAAC, ces deux médias n’auraient pas accompli les formalités préalables d’autorisation et d’installation. Pourtant, le directeur général du Groupe Sud Média a déclaré à Amnesty International que le dossier d’autorisation a déjà été soumis à plusieurs reprises.

Le 16 décembre dernier, la HAAC a publié un communiqué invitant neuf stations de radios à renouveler leurs dossiers sous peine de retrait de leurs fréquences.

Lors du dernier Examen périodique universel (EPU) en octobre 2016, le Togo a rejeté la plupart des recommandations visant à protéger et à promouvoir la liberté d’expression, en particulier celles demandant la dépénalisation de la diffamation et de l’outrage au chef de l’Etat et aux personnalités publiques.

En 2013, la HAAC a fermé plusieurs médias, dont la radio Légende FM, au motif qu’elle diffusait de fausses informations dans le contexte des élections législatives.

 

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Togo : La détention arbitraire de deux journalistes confirme la volonté de faire taire les voix dissidentes

Publié le : 13.12.21

A la suite de la détention le week-end dernier de deux journalistes togolais accusés d’outrage à l’autorité pour des propos tenus dans une émission diffusée sur YouTube, Fabien Offner, chercheur sur l’Afrique...

Togo: un militant togolais ciblé par un logiciel espion fabriqué en Inde et lié à un groupe de hackers

Publié le : 07.10.21

Un militant togolais pris pour cible au moyen d’un logiciel espion par le groupe de hackers Donot Team. Amnesty International dévoile les liens entre les attaques de Donot Team et Innefu Labs, une entreprise...

Togo. Les nouvelles arrestations d’opposants s’inscrivent dans une répression croissante des voix dissidentes

Publié le : 01.12.20

Les arrestations arbitraires d’opposants survenues le week-end dernier s’inscrivent dans une répression croissante des voix dissidentes par les autorités togolaises depuis la réélection du président Faure...

Togo. La décision de la Cour de justice de la CEDEAO envoie un message clair que les coupures volontaires d’Internet violent la liberté d’expression

Publié le : 25.06.20

La décision du tribunal régional qui reconnaît que les autorités ont violé le droit à la liberté d’expression en coupant Internet lors des manifestations de l’opposition en 2017 est une victoire pour toutes...

Togo. La suspension d’un journal met la liberté d’expression à rude épreuve

Publié le : 31.03.20

En réaction à la décision prise hier par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) du Togo de suspendre le journal ‘’Fraternité’’ pour deux mois, Marceau Sivieude, directeur régional...

Togo. Le retrait des fréquences de deux médias est une attaque contre la liberté d’expression - Amnesty International France