Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Russie. Le transfert d'Alexeï Navalny est une sanction sous couvert de prise en charge médicale

Réagissant aux informations selon lesquelles Alexeï Navalny a été transféré de la colonie pénitentiaire où il est illégalement emprisonné vers l’unité médicale d'un autre établissement pénitentiaire, Marie Struthers, directrice pour l'Europe de l'Est et l'Asie centrale à Amnesty International, a déclaré :

« La santé d’Alexeï Navalny s’est rapidement dégradée pendant sa détention. Il observe actuellement une grève de la faim, les autorités russes refusant qu’il soit examiné par des médecins indépendants choisis par lui-même. Le transfert d’Alexeï Navalny dans une autre colonie pénitentiaire et les dernières déclarations officielles laissent à penser que les autorités ont l'intention de commencer à l’alimenter contre son gré pour briser sa grève de la faim et le punir davantage encore. »

« Nous appelons à nouveau à la libération immédiate d’Alexeï Navalny. Pendant sa détention, Alexeï Navalny doit être autorisé à être examiné et soigné par des médecins spécialistes qualifiés et indépendants choisis par lui-même. Les autorités doivent veiller à ce que toute décision relative à une alimentation forcée ne soit prise qu’après une évaluation de son état de santé réalisée par des experts médicaux indépendants, sans coercition ni ingérence indue, en tenant compte des capacités mentales et des souhaits d’Alexeï Navalny.

À défaut, la décision de l’alimenter contre son gré pourrait s’apparenter à une forme de torture ou autres mauvais traitements.

« Les autorités russes ne peuvent échapper à l’attention mondiale suscitée par le traitement consternant qu’elles ont réservé à Alexeï Navalny. Amnesty International demande à tous ses sympathisants et sympathisantes, aux gouvernements nationaux et aux organismes internationaux de se joindre à l’appel qu’elle a lancé pour qu’Alexeï Navalny soit libéré dans les plus brefs délais et bénéficie de toute urgence de soins de santé dispensés par des médecins indépendants choisis par lui-même afin de lui sauver la vie. »

Complément d’information

Le 19 avril, le Service fédéral d'application des peines (FSIN) a déclaré qu'Alexeï Navalny, qui est emprisonné illégalement dans la colonie pénitentiaire n° 2 de Pokrov, dans la région de Vladimir, avait été transféré au service médical de la colonie pénitentiaire n° 3 de la capitale régionale, Vladimir. Alexeï Navalny a annoncé entamer une grève de la faim le 31 mars, les autorités pénitentiaires refusant qu’un médecin l’examine alors que sa santé se dégradait et qu’il présentait notamment des douleurs dorsales et un engourdissement des jambes.

Dans un communiqué de presse publié ce lundi 19 avril, les autorités pénales russes ont qualifié l’état de santé d’Alexeï Navalny de « satisfaisant » et ont affirmé qu’avec l’accord du patient, il lui avait été prescrit une « thérapie vitaminée ». En revanche, les médecins traitants de d’Alexeï Navalny ont fait état le 16 avril d’une évolution « fortement négative » des analyses sanguines d’Alexeï Navalny, qui, à leur avis, pouvait « à tout moment » [1] aboutir à une défaillance rénale ou à un arrêt cardiaque.[2]

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr