Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Russie. Une militante féministe condamnée à une amende pour «propagande gay» et visée par des poursuites pénales pour «pornographie»

En réaction à la condamnation le 11 décembre 2019 de la militante féministe et défenseure des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres ou intersexuées (LGBTI) Ioulia Tsvetkova à une lourde amende en vertu de la loi homophobe sur la « propagande gay », au motif qu’elle gère sur les réseaux sociaux des groupes axés sur les thèmes LGBTI, Natalia Zviagina, directrice d’Amnesty International Russie, a déclaré :

« Une nouvelle fois, une militante des droits humains paie le prix fort, dans tous les sens du terme, simplement pour avoir diffusé les idéaux de non-exclusion, de tolérance et d’autonomisation des femmes.

« Ioulia Tsvetkova est la dernière cible d’une campagne discriminatoire aux forts relents d’homophobie, menée depuis longtemps déjà. Elle subit une kyrielle d’atteintes : elle a été détenue de manière arbitraire, interrogée et intimidée à de multiples reprises. Ses initiatives théâtrales et créatives sont muselées par les responsables de l’application des lois et ses dessins sont désormais jugés à caractère pornographique.

« Actuellement placée en résidence surveillée, elle fait l’objet de poursuites pénales pour " pornographie ", une infraction passible d’une peine allant jusqu’à six ans de prison. Les autorités doivent abandonner toutes les charges retenues contre elle et annuler l’amende et l’assignation à résidence dont elle fait l’objet. Elle n’a rien fait d’autre que de se mobiliser en faveur des droits humains. »

Complément d’information

Ioulia Tsvetkova, originaire de Komsomolsk-sur-l’Amour, dans l'Extrême-Orient russe, a été déclarée coupable de « propagande en faveur de relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs », une infraction administrative, et condamnée à une amende de 50 000 roubles (environ 710 euros) parce qu’elle gère deux communautés en ligne sur les thèmes LGBTI. Ces deux communautés sont signalées « + de 18 ans », comme l’exige le droit russe, et l’amende qui lui a été infligée au titre de la loi russe contre la propagande homosexuelle n’a donc aucun fondement.

La militante fait toujours l’objet d’inculpations pénales pour « pornographie ». Elle a été placée en résidence surveillée le 23 novembre après avoir été inculpée de « production et diffusion de matériaux pornographiques », en raison de dessins de vagins qu’elle a publiés sur les réseaux sociaux.

En mars, Ioulia Tsvetkova a dû abandonner son travail au sein de la compagnie de théâtre amateur Merak, la police ayant ouvert une enquête pour « propagande homosexuelle » liée à sa pièce Bleu et rose, qui dénonce le harcèlement et la discrimination. La compagnie a été contrainte de cesser ses activités.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Russie. L’audience en vue d'une éventuelle libération conditionnelle doit déboucher sur la libération d’un jeune prisonnier d’opinion

Publié le : 21.10.20

À la veille de l’audience en vue d'une éventuelle libération conditionnelle du militant des droits humains Ian Sidorov, Amnesty International demande aux autorités russes de mettre fin à cette injustice...

Russie. Le Kremlin doit expliquer l’utilisation d’un agent neurotoxique pour empoisonner Alexeï Navalny

Publié le : 03.09.20

L’absence d’enquête menée par les autorités russes sur l’empoisonnement du dirigeant de l’opposition Alexeï Navalny constituerait une violation flagrante de son droit à la vie, a déclaré Amnesty International...

Russie. Deux jeunes prisonniers d'opinion déboutés en appel dans un nouveau simulacre de procès

Publié le : 28.08.20

Réaction d'Amnesty à la décision de la troisième cour d'appel de Russie, mardi 10 décembre 2019, de confirmer la condamnation des deux jeunes militants Ian Sidorov et Vladislav Mordassov

Russie. Une enquête approfondie doit être ouverte sur l’empoisonnement présumé d’Alexeï Navalny

Publié le : 20.08.20

Amnesty International demande aux autorités russes de mener une enquête exhaustive sur les circonstances de la dégradation grave et surprenante de l’état de santé de l’opposant Alexeï Navalny, et de permettre...

Russie. Une militante de premier plan risque d’être emprisonnée et soumise à de sévères restrictions pour avoir participé à des manifestations pacifiques

Publié le : 31.07.20

Réagissant aux informations signalant que Yulia Galiamina, éminente militante politique de l’opposition en Russie, a été inculpée en raison de sa participation à des manifestations pacifiques et risque...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres