Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Russie. Une enquête approfondie doit être ouverte sur l’empoisonnement présumé d’Alexeï Navalny

Amnesty International demande aux autorités russes de mener une enquête exhaustive sur les circonstances de la dégradation grave et surprenante de l’état de santé de l’opposant Alexeï Navalny, et de permettre à cet homme d’être examiné pour un diagnostic et soigné par des médecins en qui sa famille a toute confiance. Ce dirigeant de l’opposition a été hospitalisé et placé en soins intensifs à Omsk (en Sibérie) alors qu’il se rendait à Moscou depuis Tomsk.

« L’administration de l’hôpital doit permettre à sa famille, ainsi qu’aux médecins que cet homme et ses proches auront choisis, d’avoir pleinement accès aux informations sur son traitement. Il a d’ores et déjà été signalé que le médecin de son choix n’a pas été autorisé à voir les résultats des examens et n’a pas été informé du traitement qu’il reçoit. Compte tenu de l’hypothèse d’un empoisonnement, cela ne fait que renforcer les soupçons dans cette affaire, a déclaré Natalia Zviagina, directrice du bureau d’Amnesty International à Moscou.

« Au vu des graves allégations quant à la cause possible de la maladie d’Alexeï Navalny, les autorités doivent mener sans délai une enquête indépendante sur les circonstances qui ont conduit à son hospitalisation. Si l’intention criminelle est prouvée, les personnes qui ont ordonné et commis le crime doivent être déférées à la justice.

« Ce qui est arrivé à Alexeï Navalny ressemble indéniablement à ce qui s’est produit dans des affaires concernant d’autres critiques intransigeants des autorités russes, notamment le représentant politique Vladimir Kara-Murza Jr. et Piotr Verzilov, le producteur du groupe punk Pussy Riot. Alexeï Navalny est lui-même tombé gravement malade pendant sa détention administrative, il y a un an. Aucun de ces faits n’a donné lieu à une enquête.

Complément d’information

Vladimir Kara-Murza Jr., journaliste et homme politique russe qui a mené un travail de pression auprès des États-Unis et de l’Union européenne (UE) pour que des sanctions personnelles soient prises contre l’entourage du président Vladimir Poutine, a été hospitalisé deux fois – en mai 2015 et en février 2017 –, car il présentait les symptômes d’un grave empoisonnement. Les médecins ont indiqué que l’empoisonnement était dû aux « effets toxiques d’une substance non identifiée ».

Les médecins qui ont soigné Piotr Verzilov à hôpital de la Charité à Berlin, où le militant a été conduit pour des soins en raison d’un empoissonnement présumé en septembre 2018, sont parvenus à la conclusion que l’état de ce patient pouvait résulter d’une substance introduite dans son organisme. Ils n’ont pas été en mesure d’établir la nature de cette substance.

Le 28 juillet 2019, Alexeï Navalny a été hospitalisé alors qu’il était incarcéré dans un centre de détention où il purgeait une peine dite de détention administrative, pour avoir organisé des manifestations pacifiques. Les autorités ont alors affirmé que la dégradation de son état de santé était dû à une réaction allergique, mais cet homme politique était quant à lui convaincu qu’il avait été empoisonné. À la connaissance d’Amnesty International, aucune enquête n’a été ouverte sur ces faits.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Russie. L’audience en vue d'une éventuelle libération conditionnelle doit déboucher sur la libération d’un jeune prisonnier d’opinion

Publié le : 21.10.20

À la veille de l’audience en vue d'une éventuelle libération conditionnelle du militant des droits humains Ian Sidorov, Amnesty International demande aux autorités russes de mettre fin à cette injustice...

Russie. Le Kremlin doit expliquer l’utilisation d’un agent neurotoxique pour empoisonner Alexeï Navalny

Publié le : 03.09.20

L’absence d’enquête menée par les autorités russes sur l’empoisonnement du dirigeant de l’opposition Alexeï Navalny constituerait une violation flagrante de son droit à la vie, a déclaré Amnesty International...

Russie. Une militante féministe condamnée à une amende pour «propagande gay» et visée par des poursuites pénales pour «pornographie»

Publié le : 28.08.20

Réaction d'Amnesty à la condamnation le 11 décembre 2019 de la militante féministe et défenseure des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres ou intersexuées (LGBTI) Ioulia Tsvetkova...

Russie. Deux jeunes prisonniers d'opinion déboutés en appel dans un nouveau simulacre de procès

Publié le : 28.08.20

Réaction d'Amnesty à la décision de la troisième cour d'appel de Russie, mardi 10 décembre 2019, de confirmer la condamnation des deux jeunes militants Ian Sidorov et Vladislav Mordassov

Russie. Une militante de premier plan risque d’être emprisonnée et soumise à de sévères restrictions pour avoir participé à des manifestations pacifiques

Publié le : 31.07.20

Réagissant aux informations signalant que Yulia Galiamina, éminente militante politique de l’opposition en Russie, a été inculpée en raison de sa participation à des manifestations pacifiques et risque...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres