Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Russie. Le Kremlin doit expliquer l’utilisation d’un agent neurotoxique pour empoisonner Alexeï Navalny

L’absence d’enquête menée par les autorités russes sur l’empoisonnement du dirigeant de l’opposition Alexeï Navalny constituerait une violation flagrante de son droit à la vie, a déclaré Amnesty International à la suite des conclusions rendues publiques par les autorités allemandes, selon lesquelles il a été empoisonné par un agent neurotoxique de type Novitchok. Marie Struthers, directrice du programme Europe de l’Est et Asie centrale à Amnesty International, a déclaré :

« Les autorités russes doivent ouvrir immédiatement une enquête sur la vraisemblable utilisation d’une arme chimique interdite pour empoisonner un dirigeant de l’opposition. Si elles ne le font pas, les soupçons d’implication de hauts responsables russes dans ce crime ou dans sa dissimulation vont s’intensifier.

« Les autorités russes nient leur rôle dans la tentative de meurtre d’Alexeï Navalny, opposant de renom, mais elles n’ont jusqu’à présent pas tenu compte de ce qu’impliquent les conclusions indiquant qu’il a été empoisonné au moyen d’une arme chimique. En 2017, les autorités russes ont déclaré avoir détruit tout leur stock d’armes chimiques. Dans ce cas, on doit se demander si le gouvernement a perdu le contrôle au point que des armes chimiques puissent être produites et distribuées librement sur son propre sol.

« La seule autre conclusion à tirer est que les autorités russes ont trompé la communauté internationale et possèdent en réalité toujours des armes chimiques - et les utilisent pour éliminer des rivaux politiques. Ces deux possibilités sont effroyables, et le Kremlin doit apporter des réponses. Le monde doit connaître la vérité sur cet attentat éhonté à la vie d’un dirigeant de l’opposition russe. »

Complément d’information

Le 2 septembre, le gouvernement allemand a annoncé que les tests effectués par un laboratoire de l’armée allemande montraient que le dirigeant de l’opposition russe Alexeï Navalny avait été empoisonné à l’aide d’un agent neurotoxique de type Novitchok. Le 22 août, celui-ci avait été transporté à l’hôpital de la Charité à Berlin, sur l’insistance de ses proches.

Alexeï Navalny s’est évanoui lors d’un vol entre Tomsk (Sibérie) et Moscou le 20 août. Inconscient depuis cette date, il est toujours dans le coma. Les médecins qui l’ont pris en charge en Russie ont affirmé qu’il n’y avait aucune trace de poison dans son organisme, ce que les autorités russes continuent de prétendre.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Russie. L’audience en vue d'une éventuelle libération conditionnelle doit déboucher sur la libération d’un jeune prisonnier d’opinion

Publié le : 21.10.20

À la veille de l’audience en vue d'une éventuelle libération conditionnelle du militant des droits humains Ian Sidorov, Amnesty International demande aux autorités russes de mettre fin à cette injustice...

Russie. Une militante féministe condamnée à une amende pour «propagande gay» et visée par des poursuites pénales pour «pornographie»

Publié le : 28.08.20

Réaction d'Amnesty à la condamnation le 11 décembre 2019 de la militante féministe et défenseure des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres ou intersexuées (LGBTI) Ioulia Tsvetkova...

Russie. Deux jeunes prisonniers d'opinion déboutés en appel dans un nouveau simulacre de procès

Publié le : 28.08.20

Réaction d'Amnesty à la décision de la troisième cour d'appel de Russie, mardi 10 décembre 2019, de confirmer la condamnation des deux jeunes militants Ian Sidorov et Vladislav Mordassov

Russie. Une enquête approfondie doit être ouverte sur l’empoisonnement présumé d’Alexeï Navalny

Publié le : 20.08.20

Amnesty International demande aux autorités russes de mener une enquête exhaustive sur les circonstances de la dégradation grave et surprenante de l’état de santé de l’opposant Alexeï Navalny, et de permettre...

Russie. Une militante de premier plan risque d’être emprisonnée et soumise à de sévères restrictions pour avoir participé à des manifestations pacifiques

Publié le : 31.07.20

Réagissant aux informations signalant que Yulia Galiamina, éminente militante politique de l’opposition en Russie, a été inculpée en raison de sa participation à des manifestations pacifiques et risque...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres