Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

[REACTION] France / Contrôles faciès. Le gouvernement doit impérativement engager des réformes d'envergure en dépassant une approche purement individuelle

Réaction d'Amnesty International France, Human Rights Watch, MCDS, Open Society Justice Initiative, Pazapas-Belleville et REAJI  au lancement de la « plate-forme anti-discriminations » par le président de la République 

(Paris, le 12-02-2021). Le 4 décembre 2020, Emmanuel Macron a reconnu l'existence des contrôles d'identité discriminatoires par la police en France lors d'une interview accordée au média en ligne Brut. Le président de la République avait alors affirmé, « C'est vrai qu'aujourd'hui, quand on a une couleur de peau qui n'est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé (...). On est identifié comme un facteur de problème et c'est insoutenable", et annoncé la création d'une « plate-forme commune » pour remédier à ces discriminations. Cette « plateforme anti-discriminations » a été présentée aujourd'hui par Emmanuel Macron au siège de la LICRA.

Amnesty International France, Human Rights Watch, MCDS, Open Society Justice Initiative, Pazapas et REAJI, qui ont initié, le 27 janvier, une action de groupe pour faire cesser les contrôles au faciès en France réagissent à ce lancement en ces termes :

Comme les travaux menés depuis des années par nos organisations le démontrent, les contrôles d'identité discriminatoires constituent une discrimination systémique nécessitant une réponse complète et systémique qui passe par une évolution de la loi, des règlements et des politiques dans lesquelles s'ancrent ces pratiques. L'enregistrement et la traçabilité des contrôles, ainsi qu'un mécanisme de plainte indépendant, efficace et accessible sont aussi indispensables. Une plate-forme de signalement destinée à être utilisée une fois le contrôle discriminatoire subi ne répond pas, à elle seule, aux causes multiples du problème des contrôles au faciès.

Le gouvernement doit impérativement engager des réformes d'envergure en dépassant une approche purement individuelle pour mettre fin aux contrôles au faciès, profondément préjudiciables aux personnes qui les subissent et aux relations police/population.

Dans leur mise en demeure adressée le 27 janvier au Premier Ministre, au ministre de l'Intérieur et au ministre de la Justice, les 6 ONG engagées dans l'action de groupe décrivent l'ensemble de réformes et mesures qu'il est nécessaire que le gouvernement mette en œuvre pour en finir avec les contrôles au faciès. Cela comprend notamment :

 La modification du Code de procédure pénale pour interdire explicitement la discrimination dans les contrôles d'identité, exclure les contrôles d'identité administratifs et circonscrire les pouvoirs de la police afin que les contrôles ne puissent être fondés que sur un soupçon objectif et individualisé ;

L'adoption de règlements et d'instructions spécifiques pour les contrôles ciblant les mineurs ;

 La création d'un système d'enregistrement et d'évaluation des données relatives aux contrôles d'identité, et de mise à disposition de toute personne contrôlée d'une preuve de contrôle ;

 La création d'un mécanisme de plainte efficace et indépendant ;

 La ratification du protocole 12 de la Convention européenne des droits de l'homme sur la non-discrimination ;

 Des modifications des objectifs de la police, des instructions et de la formation de la police, notamment en ce qui concerne les interactions avec le public.

Vous pouvez retrouver cette prise de position sur le site ressource qui présente l'action de groupe des six organisations : www.maruemesdroits.org

Pour plus d'informations, vous pouvez contacter :

Amnesty International France : à Paris, Véronique Tardivel (français, anglais), +33 (0) 6- 76-94-37-05, +33 (0)1-53-38-65-41, vtardivel@amnesty.fr.

Human Rights Watch : à Paris, Bénédicte Jeannerod (français, anglais), +33 (0) 6-74-32-88- 94, bjeannerod@hrw.org ; à Milan, Judith Sunderland (anglais, espagnol, italien, français),

+39-338-699-0933, sunderj@hrw.org.

Maison Communautaire pour un Développement Solidaire (MCDS) : à Paris, Omer Mas Capitolin (français, créole) ; +33 (0) 6-61-90-61-35, omer.mc9@gmail.com.

Open Society Justice Initiative : à New-York, Laurin Liu (anglais, français), laurin.liu@opensocietyfoundations.org ; à Paris, Lanna Hollo (français, anglais), +33 (0) 6- 64-71-61-85, lanna.hollo@opensocietyfoundations.org.

Pazapas : Issa Coulibaly (français, anglais), +33 (0) 6-66-96-21-39, pazapas@gmail.com.

REAJI – via la coordination relations médias.

Coordination Relations Médias :

VoxPublic : à Paris, Erika Campelo: +33 (0) 6-10-29-52-50, erika.campelo@voxpublic.org.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

IMPUNITÉ / GUANTANAMO. Une décision de la Cour de cassation envoie un signal préoccupant aux victimes de torture

Publié le : 10.02.21

Amnesty International France est vivement préoccupée par la décision de la Cour de cassation du 13 janvier 2021, actant que la France ne pouvait rendre justice à Nizar Sassi et Mourad Benchellali, deux...

[ENQUÊTE] France/ Droit de manifester. Amnesty International France publie un nouveau rapport qui alerte sur les arrestations et détentions arbitraires lors de la marche du 12 décembre 2020

Publié le : 08.02.21

Alors que le lundi 8 février 2021, s’ouvre à l’hôtel de Beauvau, la table ronde sur le lien entre la police et la population, Amnesty International France (AIF) publie une enquête sur les arrestations...

Libération provisoire de Kamel Daoudi : une première victoire

Publié le : 03.02.21

La cour d’appel de Riom a ordonné la remise en liberté immédiate de Kamel Daoudi, ainsi qu’une nouvelle audience le 24 février prochain. Elle justifie sa décision par le fait que les allégations du Ministère...

FRANCE. Mettre fin aux contrôles d’identité discriminatoires nécessite des réformes profondes

Publié le : 27.01.21

De longue date, la police en France se livre à une pratique généralisée de contrôles d’identité dits « au faciès ». Six ONG (Amnesty International France, Human Rights Watch, Maison Communautaire pour...

[INVITATION PRESSE] France / Contrôles au faciès. Six ONG lancent une action inédite

Publié le : 25.01.21

Et vous convient à une conférence de presse Le 27 janvier 2021 à 9h30 (heure de Paris), à suivre en ligne* pour faire cesser les contrôles d’identité discriminatoires, une pratique stigmatisante, humiliante...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres