Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Action Urgente

Frédéric Vuillaume risque la prison pour avoir manifesté pacifiquement en France

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

[REACTION] France / Contrôles faciès. Le gouvernement doit impérativement engager des réformes d'envergure en dépassant une approche purement individuelle

Réaction d'Amnesty International France, Human Rights Watch, MCDS, Open Society Justice Initiative, Pazapas-Belleville et REAJI  au lancement de la « plate-forme anti-discriminations » par le président de la République 

(Paris, le 12-02-2021). Le 4 décembre 2020, Emmanuel Macron a reconnu l'existence des contrôles d'identité discriminatoires par la police en France lors d'une interview accordée au média en ligne Brut. Le président de la République avait alors affirmé, « C'est vrai qu'aujourd'hui, quand on a une couleur de peau qui n'est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé (...). On est identifié comme un facteur de problème et c'est insoutenable", et annoncé la création d'une « plate-forme commune » pour remédier à ces discriminations. Cette « plateforme anti-discriminations » a été présentée aujourd'hui par Emmanuel Macron au siège de la LICRA.

Amnesty International France, Human Rights Watch, MCDS, Open Society Justice Initiative, Pazapas et REAJI, qui ont initié, le 27 janvier, une action de groupe pour faire cesser les contrôles au faciès en France réagissent à ce lancement en ces termes :

Comme les travaux menés depuis des années par nos organisations le démontrent, les contrôles d'identité discriminatoires constituent une discrimination systémique nécessitant une réponse complète et systémique qui passe par une évolution de la loi, des règlements et des politiques dans lesquelles s'ancrent ces pratiques. L'enregistrement et la traçabilité des contrôles, ainsi qu'un mécanisme de plainte indépendant, efficace et accessible sont aussi indispensables. Une plate-forme de signalement destinée à être utilisée une fois le contrôle discriminatoire subi ne répond pas, à elle seule, aux causes multiples du problème des contrôles au faciès.

Le gouvernement doit impérativement engager des réformes d'envergure en dépassant une approche purement individuelle pour mettre fin aux contrôles au faciès, profondément préjudiciables aux personnes qui les subissent et aux relations police/population.

Dans leur mise en demeure adressée le 27 janvier au Premier Ministre, au ministre de l'Intérieur et au ministre de la Justice, les 6 ONG engagées dans l'action de groupe décrivent l'ensemble de réformes et mesures qu'il est nécessaire que le gouvernement mette en œuvre pour en finir avec les contrôles au faciès. Cela comprend notamment :

 La modification du Code de procédure pénale pour interdire explicitement la discrimination dans les contrôles d'identité, exclure les contrôles d'identité administratifs et circonscrire les pouvoirs de la police afin que les contrôles ne puissent être fondés que sur un soupçon objectif et individualisé ;

L'adoption de règlements et d'instructions spécifiques pour les contrôles ciblant les mineurs ;

 La création d'un système d'enregistrement et d'évaluation des données relatives aux contrôles d'identité, et de mise à disposition de toute personne contrôlée d'une preuve de contrôle ;

 La création d'un mécanisme de plainte efficace et indépendant ;

 La ratification du protocole 12 de la Convention européenne des droits de l'homme sur la non-discrimination ;

 Des modifications des objectifs de la police, des instructions et de la formation de la police, notamment en ce qui concerne les interactions avec le public.

Vous pouvez retrouver cette prise de position sur le site ressource qui présente l'action de groupe des six organisations : www.maruemesdroits.org

Pour plus d'informations, vous pouvez contacter :

Amnesty International France : à Paris, Véronique Tardivel (français, anglais), +33 (0) 6- 76-94-37-05, +33 (0)1-53-38-65-41, vtardivel@amnesty.fr.

Human Rights Watch : à Paris, Bénédicte Jeannerod (français, anglais), +33 (0) 6-74-32-88- 94, bjeannerod@hrw.org ; à Milan, Judith Sunderland (anglais, espagnol, italien, français),

+39-338-699-0933, sunderj@hrw.org.

Maison Communautaire pour un Développement Solidaire (MCDS) : à Paris, Omer Mas Capitolin (français, créole) ; +33 (0) 6-61-90-61-35, omer.mc9@gmail.com.

Open Society Justice Initiative : à New-York, Laurin Liu (anglais, français), laurin.liu@opensocietyfoundations.org ; à Paris, Lanna Hollo (français, anglais), +33 (0) 6- 64-71-61-85, lanna.hollo@opensocietyfoundations.org.

Pazapas : Issa Coulibaly (français, anglais), +33 (0) 6-66-96-21-39, pazapas@gmail.com.

REAJI – via la coordination relations médias.

Coordination Relations Médias :

VoxPublic : à Paris, Erika Campelo: +33 (0) 6-10-29-52-50, erika.campelo@voxpublic.org.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Calais/Étude Harris : 30 ans après le début d’une crise perçue comme insoluble, des Calaisiens toujours sensibles à la détresse des migrants

Publié le : 07.05.21

Calais, le 7 mai 2021. Les associations qui agissent à Calais auprès des personnes exilées, avec le soutien d’Amnesty International France, ont mandaté l'Institut Harris Interactive pour comprendre...

[FRANCE / LIBAN] La France ne doit plus livrer d’équipements de maintien de l’ordre au Liban

Publié le : 06.05.21

« La solidarité exprimée par la France envers le peuple libanais doit se manifester dans les actes de façon cohérente et sans double discours. Lors de la violente répression des manifestations pacifiques...

[Conférence de presse jeudi 6 mai 2021 à 10h30 - en ligne & sous embargo] Calais/Étude Harris. Après 30 ans de crise humanitaire, ce que ressentent les Calaisien.ne.s ?

Publié le : 05.05.21

Ce jeudi 6 mai à 10h30 en ligne via Zoom, les associations qui agissent à Calais auprès des personnes exilées, avec le soutien d’Amnesty International France, vous convient à la présentation des conclusions...

EXPULSION DEPUIS LA FRANCE. La vie de M. Gadaev est en grave danger en Russie, où il risque d'être torturé et soumis à d'autres mauvais traitements

Publié le : 11.04.21

Amnesty International est extrêmement préoccupée par les dangers qui menacent désormais la sécurité et la vie de M. Gadaev. Réfugié tchétchène, il a été expulsé depuis la France vers Moscou ce vendredi...

[France / Renvoi d'un réfugié tchétchène] La France viole ses obligations internationales et met en danger la vie d’un réfugié tchétchène en le renvoyant en Russie

Publié le : 09.04.21

Le Comité Tchétchénie et Amnesty International France dénoncent avec fermeté l’expulsion illégale, par la France, d’un réfugié tchétchène en Russie mettant sa vie et sa sécurité en danger sur place. Arrêté...

LANCEMENT PRESSE SOUS EMBARGO* DU RAPPORT ANNUEL 2020/21 > le 6 avril à 14h en ligne

Publié le : 29.03.21

« Une époque exceptionnelle appelle une réponse exceptionnelle et exige un leadership exceptionnel. Mais sommes-nous à la hauteur du défi qui se présente à nous ? » (Préface du rapport à paraître le *7...