Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Pérou. Une délégation ayant à sa tête la secrétaire générale d’Amnesty doit présenter un rapport sur la répression d’État

Une délégation d’Amnesty International, avec à sa tête la secrétaire générale de l’organisation, Agnès Callamard, est arrivée au Pérou afin de présenter toutes les conclusions d’une enquête menée sur les manifestations de grande ampleur ayant démarré dans un contexte de crise politique en décembre dernier.

L’organisation a demandé à rencontrer la présidente Dina Boluarte afin de discuter des conclusions de ce rapport, intitulé Lethal racism: Extrajudicial executions and unlawful use of force by Peru’s security forces. Lors de cette rencontre, Amnesty International remettra une pétition ayant recueilli 200 000 signatures demandant au gouvernement de garantir le droit de manifester pacifiquement.

« Nous sommes ici dans le but d’accompagner les victimes de graves violations des droits humains dans leur quête de justice, et d’exercer des pressions afin d’amener les autorités péruviennes à rendre des comptes. Nous espérons que la présidente Boluarte écoutera nos recommandations finales l’engageant à combattre le recours excessif, voire meurtrier, à la force et le racisme structurel contre les manifestant·e·s », a déclaré Agnès Callamard.

Nous sommes ici dans le but d’accompagner les victimes de graves violations des droits humains dans leur quête de justice, et d’exercer des pressions afin d’amener les autorités péruviennes à rendre des comptes

Agnès Callamard, secrétaire générale, Amnesty International

Erika Guevara-Rosas, directrice régionale pour les Amériques à Amnesty International, et Marina Navarro, directrice exécutive d’Amnesty International Pérou, qui ont rencontré la présidente Boluarte afin d’évoquer les résultats préliminaires de l’enquête en février, feront également partie de cette délégation. Les déléguées rencontreront des victimes de graves violations des droits fondamentaux dans différentes zones du pays cette semaine, avant de retourner à Lima pour des réunions avec des représentant·e·s du gouvernement.

Jeudi 25 mai, Amnesty International présentera les conclusions de ce rapport lors d’une conférence de presse à Lima. Ce document analyse le recours à la force par la police et l’armée péruviennes en réponse aux manifestations, qui a donné lieu à de graves violations des droits humains et à des crimes au regard du droit international. Après avoir mené les investigations initiales à Lima, Ayacucho, Andahuaylas et Chincheros en janvier et février, l’organisation a effectué de nouvelles recherches à Juliaca, une autre des régions ayant compté le plus de manifestations et de décès.

The post Pérou. Une délégation ayant à sa tête la secrétaire générale d’Amnesty doit présenter un rapport sur la répression d’État appeared first on Amnesty International.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Pérou. La présidente Dina Boluarte doit ordonner aux forces de sécurité de respecter le droit de manifester

Publié le : 18.07.23

Réagissant à l’annonce faite par des organisations sociales de tout le Pérou de nouvelles manifestations à Lima, Erika Guevara-Rosas, directrice pour la région Amériques à Amnesty International, a déclaré...

Pérou. De hauts représentants de l’État doivent rendre des comptes pour les attaques meurtrières menées par les forces de sécurité

Publié le : 25.05.23

Le parquet général du Pérou doit enquêter sur toutes les personnes, jusqu’au plus haut niveau, qui ont ordonné ou toléré le recours illégitime à la force meurtrière par les forces de sécurité, qui a fait...

Pérou. Cent jours après le début des manifestations, la répression raciste se poursuit et les enquêtes peinent à avancer

Publié le : 17.03.23

Cent jours après le début des manifestations sociales au Pérou, Erika Guevara-Rosas, directrice pour les Amériques à Amnesty International, a déclaré : « Bien que toute la communauté internationale ait...

Pérou. La répression meurtrière de l’État est une nouvelle preuve de mépris envers les populations autochtones et paysannes

Publié le : 16.02.23

Depuis le début des manifestations de masse dans les différentes régions du pays en décembre 2022, l’armée et la police nationale péruviennes (PNP) ont utilisé illégalement et sans discernement des armes...

Pérou. Amnesty International charge une équipe de réaction aux crises d’enquêter sur des violations graves des droits humains

Publié le : 30.01.23

Après avoir suivi de près la situation au Pérou, Amnesty International a dépêché une équipe spécialisée dans la réaction aux crises, afin qu’elle enquête sur les graves violations des droits humains et...

Pérou. Une délégation ayant à sa tête la secrétaire générale d’Amnesty doit présenter un rapport sur la répression d’État - Amnesty International France