Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Nicaragua. Des organisations internationales appellent le président Daniel Ortega à cesser le harcèlement et le licenciement arbitraire de professionnels de la santé

En réaction au licenciement d’au moins 16 professionnel·le·s de la santé ces dernières semaines, après qu’ils ont dénoncé la réponse du gouvernement nicaraguayen à la pandémie de COVID-19, Amnesty International, le Center for Justice and International Law, la Mesoamerican Initiative on Women Human Rights Defenders, Just Associates Mesoamerica, et la Fédération internationale des Ligues des droits de l'homme ont publié une lettre ouverte au président Daniel Ortega mercredi 17 juin pour lui faire part de leurs préoccupations concernant les actions de son gouvernement.

« Les actions du gouvernement du Nicaragua contre les professionnel·le·s de la santé ont compromis la possibilité de sauver davantage de vies. Aujourd’hui, nous appelons collectivement le président Daniel Ortega à veiller à ce que son gouvernement écoute les voix des personnes qui travaillent dans le secteur de la santé car elles sont vitales pour guider la réponse des autorités face à cette pandémie. Le gouvernement doit immédiatement arrêter de réduire les professionnel·le·s de la santé au silence en les licenciant lorsqu’ils et elles expriment leurs préoccupations », a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice pour les Amériques à Amnesty International.

« Le gouvernement du Nicaragua a l’obligation de prouver qu’il a employé toutes les ressources disponibles pour protéger le droit à la santé de la population et les droits des professionnel·le·s de la santé à des conditions de travail justes et favorables, notamment en s’assurant que ces derniers ont à disposition des équipements de protection individuels et en protégeant leur droit de s’exprimer librement. Les courageux professionnel·le·s de santé qui ont appelé la population nicaraguayenne à rester chez elle ne doivent pas subir de représailles pour avoir exprimé leurs inquiétudes légitimes pour la santé de leur communauté. »

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Nicaragua. Le gouvernement de Daniel Ortega semble se préparer à une nouvelle phase de la répression

Publié le : 30.09.20

À la suite de la récente présentation de la Loi sur la réglementation des agents de l’étranger et de la Loi spéciale relative à la cybercriminalité devant l’Assemblée nationale du Nicaragua, Erika Guevara...

Nicaragua. Une dizaine de personnes privées de liberté pour avoir participé aux manifestations qui ont débuté en 2018 présentent des symptômes correspondant au COVID-19

Publié le : 08.05.20

Compte tenu du fait qu’au Nicaragua, des organisations locales et des proches de personnes qui ont été privées de liberté uniquement pour avoir exercé leur droit de manifester pacifiquement ont signalé...

Nicaragua. Le gouvernement accroît le risque de propagation du COVID-19 dans un pays déjà laminé par deux années de crise

Publié le : 16.04.20

Alors que la planète se trouve confrontée à un défi historique, le gouvernement du président Daniel Ortega ne tient manifestement aucun compte des recommandations des organismes internationaux de défense...

Nicaragua. Un an et demi après le début de la crise, Amnesty International lance une campagne et demande au gouvernement de cesser la répression

Publié le : 19.10.19

Le gouvernement du Nicaragua doit mettre fin à la stratégie répressive qu’il mène depuis le 18 avril 2018 et qui comprend actuellement des mesures pour fermer, maîtriser ou réduire au silence les organisations...

Nicaragua. Les États membres de l’OEA doivent continuer d’œuvrer activement contre la répression

Publié le : 03.10.19

Dans le contexte de la 173e période ordinaire de sessions de la Commission interaméricaine des droits de l’homme, Amnesty International a organisé des rencontres avec des représentants diplomatiques d’États...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres