Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

NATIONS UNIES / Défenseurs des droits humains. Un Plan d’action mondial exhorte les États à garantir la protection des défenseurs

Dans la lignée d’un sommet international de grande envergure qui s’est tenu à la fin du mois d’octobre, un plan d’action visant à protéger et à promouvoir le travail des défenseur.e.s des droits humains sera présenté lors de l’Assemblée générale des Nations unies. Ces efforts visant à mobiliser les plus hautes sphères de la communauté internationale autour du besoin de protection et de sécurité réelles des défenseur.e.s des droits humains à travers le monde arrivent à un moment où le rôle de ces personnes est sans cesse remis en cause et compromis, et ce en contradiction totale avec les engagements et les obligations que doivent respecter les États au niveau international.

La réunion aura lieu le 18 décembre 2018, vingt ans après l’adoption de la première Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l'homme. Il est prévu qu’une représentante du Sommet mondial des défenseur.e.s des droits humains en présente les résultats devant l’Assemblée générale, mettant ainsi en lumière les dangers toujours plus importants auxquels sont confronté.e.s les militant.e.s à travers le monde.

« Nous ne pouvons parvenir à la paix, à la sécurité, à la dignité et au développement durable qu’en faisant progresser la justice, la liberté et l’égalité pour toutes et pour tous conformément aux objectifs établis par la Déclaration universelle des droits de l’homme », a déclaré Alice Mogwe, directrice de Ditshwanelo, le Centre botswanais pour les droits humains (Botswana Centre for Human Rights), au nom de toutes les personnes ayant participé au Sommet mondial des défenseur.e.s des droits humains.

Les États sont les principaux responsables des violations commises contre les défenseur.e.s des droits humains, que leur implication soit directe ou qu’elle s’établisse par complicité avec d’autres puissants acteurs non gouvernementaux. Ils doivent prendre des mesures de toute urgence afin de reconnaître le rôle essentiel que jouent les défenseur.e.s, de protéger ceux et celles qui parmi ces personnes sont en danger, et prendre des dispositions concrètes pour garantir un environnement sûr et favorable à la défense des droits humains, exempt de toute forme de discrimination.

« Les gouvernements, les entreprises, ainsi que d’autres entités qui détiennent le pouvoir harcèlent, espionnent, emprisonnent, torturent et en viennent même à tuer des défenseur.e.s des droits humains seulement parce que ces dernier.ère.s tentent de protéger les droits essentiels de leurs communautés. Les défenseur.e.s doivent au contraire être respecté.e.s et protégé.e.s. Ils et elles doivent également être en mesure de vivre et de travailler dans un environnement dans lequel il est possible de revendiquer ses droits humains en toute sécurité. »

Dans le cadre du 20e anniversaire de la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l'homme et du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, plus de 150 défenseur.e.s des droits humains du monde entier se sont réuni.e.s à Paris plus tôt cette année dans le but de préparer les 20 prochaines années afin de faire progresser les droits humains.

Le Sommet s’est tenu à un moment particulier de l’histoire. En effet, presque tous les jours, un nouvel assassinat de défenseur.e.s des droits humains est à déplorer. Ces défenseur.e.s font l’objet de diffamation et leurs actes sont érigés en infraction de manière banale. Les restrictions abusives et illégitimes de la liberté d’expression, d’association, et de réunion pacifique sont inscrites de manière ordinaire dans les textes de lois. Enfin, les gouvernements n’honorent pas les engagements qu’ils avaient pris en 1998 pour respecter et protéger les défenseur.e.s des droits humains.

Lors du Sommet, les participants ont adopté un Plan d’action qui doit être mis en œuvre de toute urgence par les États, les entreprises, les institutions financières, les donateur.rice.s et les organisations intergouvernementales.

Ce Plan d’action souligne qu’il incombe à nous toutes et tous de créer un environnement sûr dans lequel il est réellement possible de revendiquer nos droits humains. Cependant, il rappelle que ce sont ceux et celles qui détiennent le pouvoir, les acteurs étatiques et privés, qui doivent mener le mouvement en établissant un environnement sûr pour les défenseur.e.s des droits humains.

Depuis le Sommet, des milliers de personnes à travers le monde ont signé la pétition qui exhorte les détenteur.rice.s du pouvoir à protéger les défenseur.e.s des droits humains partout dans le monde.

NOTE AUX RÉDACTEURS

Le Sommet mondial des défenseur.e.s des droits humains 2018 a rassemblé un groupe varié de 150 défenseur.e.s des droits humains venus du monde entier pour trois jours de réunions, de tables rondes, de mise en réseau et d’ateliers de travail. Ces militants et militantes, qui sont à l’avant-garde des luttes pour les changements sociaux, politiques et environnementaux dans leur pays, ont eu l’opportunité d’entrer en relation et d’échanger avec des organisations de défense des droits humains régionales et internationales, des dirigeants mondiaux, des représentants des Nations unies, des donateur.rice.s et avec le secteur privé. Le tout premier Sommet mondial des défenseur.e.s des droits humains s’est tenu il y a 20 ans, en 1998, au Palais de Chaillot à Paris, et c’est dans ce même lieu que la cérémonie de clôture de ce second Sommet s’est tenue cette année.

Amnesty International

Amnesty International est un mouvement mondial regroupant plus de 7 millions de personnes qui prennent chaque injustice comme une attaque personnelle. Nous militons pour un monde où les droits fondamentaux de chaque individu sont respectés. Nous sommes financés par des membres et des personnes comme vous. Nous sommes indépendants de toute idéologie politique, de tout intérêt économique et de toute religion.

Association pour les droits de la femme et le développement (AWID)

AWID est une organisation féministe mondiale qui compte plus de 5 000 membres individuels et institutionnels dans 164 pays. Sa mission est d’aider les mouvements féministes, en faveur des droits des femmes et de la justice de genre à s’épanouir, à être un élément moteur de l’opposition aux systèmes d’oppression et à co-créer des réalités féministes.

FIDH

La FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’homme) est une ONG internationale de défense des droits humains qui regroupe 184 organisations nationales dans 112 pays. Depuis 1922, la FIDH est engagée dans la défense de tous les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels tels que définis dans la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Front Line Defenders

Front Line Defenders travaille à la protection, à la sécurité et au bien-être des défenseur.e.s des droits humains en danger à travers le monde, en fournissant des subventions, des formations et du renforcement des capacités sur les thèmes de la protection physique et numérique, du plaidoyer et du travail de campagne / de la visibilité pour les défenseur.e.s des droits humains.

Service international pour les droits de l’homme

Le Service international pour les droits de l'homme est une organisation non gouvernementale indépendante qui œuvre à la promotion et à la protection des droits humains, en protégeant les défenseur.e.s des droits humains, en renforçant les systèmes de protection de ces droits et en menant ou en participant à des coalitions visant à amener des changements dans le domaine des droits fondamentaux.

OMCT

L’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) est la plus grande coalition d’organisations non gouvernementales du monde luttant contre la détention arbitraire, la torture, les exécutions extrajudiciaires et sommaires, les disparitions forcées et d’autres formes de violence, et qui apporte un système de soutien et de protection complet pour les défenseur.e.s des droits humains.

ProtectDefenders.eu

ProtectDefenders.eu est le mécanisme de l’Union européenne en faveur des défenseur.e.s des droits humains, qui a été créé dans le but de protéger les défenseur.e.s en grand danger et confrontés aux situations les plus périlleuses à travers le monde. Il est dirigé par un consortium de 12 ONG qui travaillent dans le domaine des droits humains.

Reporters sans frontières

Reporters sans frontières est une organisation non gouvernementale (ONG) internationale à but non lucratif basée à Paris, en France, qui mène des actions de plaidoyer sur des questions liées à la liberté d’information et à la liberté de la presse.

Espace presse

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres