Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Malaisie. Le jugement annulant la peine de bastonnade doit être un premier pas vers la protection des réfugié·e·s rohingyas

En réaction aux informations selon lesquelles un tribunal malaisien a ordonné le 22 juillet 2020 d’annuler la sentence de trois coups de bâton prononcée contre 27 hommes rohingyas, Rachel Chhoa-Howard, chercheuse sur la Malaisie à Amnesty International, a déclaré :

« La décision rendue ce jour revient sur une sentence cruelle et inhumaine qui n’aurait jamais dû être prononcée. Nous saluons cette bonne nouvelle, même si les 27 hommes concernés sont toujours derrière les barreaux, tout comme des dizaines de réfugié·e·s rohingyas, dont des femmes et des enfants, uniquement pour avoir tenté d’échapper aux persécutions dont ils sont la cible au Myanmar.

« Le gouvernement de Malaisie doit libérer tous les réfugié·e·s rohingyas incarcérés. Ils sont illégalement pris pour cibles et déclarés coupables d’« infractions à la législation sur l’immigration », ce qui va à l’encontre du droit international. Les centaines d’autres Rohingyas enfermés dans des centres de détention en Malaise doivent aussi être relâchés et remis aux bons soins du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

« Déjà avant la pandémie, la détention pour des motifs liés uniquement à l’immigration n’était autorisée que dans des circonstances très exceptionnelles. Dans le contexte de la crise sanitaire mondiale que nous traversons, le placement en détention pour raisons liées à la migration n’est pas justifiable. »

Complément d’information

Le 22 juillet 2020, la Haute cour d’Alor Setar a annulé la condamnation à une peine de bastonnade visant 27 Rohingyas qui avaient atteint les côtes du pays en avril 2020. La Haute cour a noté que ces Rohingyas sont des réfugiés ayant besoin d’une protection internationale, étant donné la situation qu’ils ont fuie dans l’État d’Arakan, au Myanmar. Elle a également statué qu’ils ne peuvent pas être renvoyés au Myanmar, conformément au principe international de non-refoulement.

Pour en savoir plus, veuillez cliquer ici.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Malaisie. Le prochain gouvernement doit faire progresser les droits humains

Publié le : 17.11.22

Alors que la Malaisie a été secouée par de fortes turbulences politiques et un déclin de la situation des droits humains, le prochain gouvernement doit faire du respect et de la protection des droits une...

Malaisie. L’initiative en vue d’abolir l’application obligatoire de la peine de mort est un « pas dans la bonne direction »

Publié le : 10.06.22

En réaction à l’annonce de la décision du gouvernement malaisien d’œuvrer en faveur de l’abolition de l’application obligatoire de la peine de mort, la directrice d’Amnesty International Malaisie, Katrina...

Malaisie/Thaïlande. Les autorités doivent mener de toute urgence des opérations de recherche et de sauvetage pour les Rohingyas toujours bloqués en mer

Publié le : 27.07.20

Réagissant aux informations signalant que 26 réfugié·e·s rohingyas que l’on pensait morts en mer au large de l’île malaisienne de Langkawi, très touristique, ont été retrouvés vivants hier sur l’île de...

Malaisie. Il faut renoncer à infliger la peine de bastonnade à des réfugiés rohingyas et libérer celles et ceux qui sont déjà incarcérés

Publié le : 20.07.20

Les autorités malaisiennes doivent immédiatement renoncer à infliger une peine de bastonnade à une vingtaine d’hommes rohingyas, punis uniquement pour avoir tenté de se mettre en lieu sûr. Le gouvernement...

Malaisie. Le nouveau gouvernement doit enfin créer la commission d’enquête sur les abus de la police et engager des réformes majeures sur le terrain des droits humains

Publié le : 06.07.20

Les changements au niveau du gouvernement malaisien doivent favoriser et non ralentir les réformes relatives aux droits humains, notamment les initiatives visant à établir une commission indépendante chargée...

Malaisie. Le jugement annulant la peine de bastonnade doit être un premier pas vers la protection des réfugié·e·s rohingyas - Amnesty International France