Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Irak. Des témoignages font état d’attaques coordonnées qui ont fait au moins 20 morts parmi les manifestants

Amnesty International a recueilli des témoignages détaillés de l’attaque coordonnée menée par des hommes armés non identifiés à Bagdad vendredi 6 décembre au soir, qui a fait au moins 20 morts et plus de 130 blessés.

L’organisation a également authentifié des vidéos filmées sur place qui corroborent les témoignages décrivant l’arrivée de ces hommes en grand nombre.

Selon des témoins, des « hommes armés innombrables » seraient arrivés à bord de pick-up et de SUV tandis que d’autres, mêlés à la foule, auraient tiré sur des manifestants, en auraient poignardé certains et auraient pris d’assaut et incendié des parties du parking d’Al Sinak.

« Les témoignages que nous avons recueillis laissent peu de place au doute quant au fait qu’il s’agissait d’un assaut bien coordonné et portent à s’interroger sérieusement sur les raisons qui ont permis à des hommes lourdement armés circulant à bord d’un convoi de véhicules de passer les points de contrôle de Bagdad et de mener une attaque aussi sanglante, a déclaré Lynn Maalouf, directrice des recherches sur le Moyen-Orient à Amnesty International.

« L’attaque de vendredi soir est de loin l’une des plus sanglantes menées dans le cadre de la campagne d’intimidation et de violence à l’encontre des manifestants. Les autorités irakiennes doivent de toute urgence enquêter sur ces attaques, traduire les auteurs présumés en justice et agir immédiatement pour assurer la protection des manifestants. Si elles ne le font pas, elles laisseront penser que ces violations des droits humains sont tolérées. »

Un témoin a raconté à Amnesty International : « Ils sont venus pour tuer. Ils ont ouvert le feu immédiatement. Ils ont visé des personnes en tirant directement sur elles, et non en l’air. Ils n’étaient pas masqués. Je ne pense pas qu’ils s’inquiétaient que quelqu’un les voie. »

Un autre a indiqué à l’organisation : « Des hommes armés sont arrivés à bord de pick-up et de SUV. Ils étaient innombrables. Nous ignorons comment ils ont pu traverser Bagdad sans être arrêtés avec tous les points de contrôle que compte la ville. »

Un troisième témoin a déclaré : « C’était terrifiant, d’autant plus que la situation était si calme depuis quelques jours. Les manifestants étaient pleins d’espoir et mettaient un tel point d’honneur à être organisés et pacifiques. Tout le monde se sentait fort après la démission du Premier ministre. »

Témoignage 1. Un manifestant/journaliste

C’était terrifiant, d’autant plus que la situation était si calme depuis quelques jours. Les manifestants étaient pleins d’espoir et mettaient un tel point d’honneur à être organisés et pacifiques. Tout le monde se sentait fort après la démission du Premier ministre et la manière dont les tribus avaient protégé les manifestants dans le sud. Ceux qui ont fait cela hier soir ne voulaient pas que cette paix dure. Ils veulent que les gens aient trop peur pour aller dans la rue ou contester le statu quo. À présent, les manifestants pensent que ce n’est pas fini. Nous pensons tous qu’ils reviendront pour s’en prendre à nous.

Des hommes armés sont arrivés à bord de pick-up et de SUV. Ils étaient innombrables. Nous ignorons comment ils ont pu traverser Bagdad sans être arrêtés avec tous les points de contrôle que compte la ville... Quels que soient ces hommes, ils sont venus pour tuer. Ils ont ouvert le feu immédiatement. Ils ont visé des personnes en tirant directement sur elles, et non en l’air. Ils n’étaient pas masqués. Je ne pense pas qu’ils s’inquiétaient que quelqu’un les voie. Ils avaient des kalachnikovs. Je n’ai pas vu de blessures par arme blanche ni d’autres types d’armes. Les lumières se sont éteintes dans certaines rues d’Al Sinak et de Khilani.

C’est peut-être parce qu’Internet ne peut plus être coupé que maintenant ils veulent nous éteindre les lumières, mais nous avons tout vu.

Témoignage 2. Un manifestant

Hier soir, je n’étais pas loin du parking (d’Al Sinak) quand une vague de panique est survenue. Les gens ont commencé à dire qu’il y avait des hommes armés. Nous nous sommes mis à courir. C’est à ce moment que nous avons vu les pick-up et les SUV transportant les hommes armés qui arrivaient. Ils ont tiré dans tous les sens sur les manifestants. Tout cela semblait avoir été planifié.

Témoignage 3. Un manifestant

J’étais sur place hier soir. J’ai vu des kalashnikovs.

Nous avons entendu et vu des mitrailleuses. J’ai vu une boîte vide de munitions pour mitrailleuse. Au moins sept mitrailleuses étaient montées sur des pick-up qui sont entrés dans le quartier du pont Al Sinak et du parking d’Al Sinak. Mon ami a vu certains des hommes armés porter des mitrailleuses.

On ne sait pas vraiment comment ça a commencé. Ce qui est apparu clairement, c’est qu’ils avaient déjà placé des hommes parmi la foule, car lorsqu’ils sont entrés, ils sont arrivés de deux côtés : d’une part de Bab al Adhem et d’autre part de la place Al Khilani. Ils ont commencé à tirer immédiatement quand ils ont approché le parking. Ils sont entrés dans le bâtiment et le feu a été provoqué par les affrontements à l’intérieur. Un groupe a également rejoint le pont Al Sinak et commencé à tirer sur les manifestants.

Ils contrôlaient totalement la zone allant du tombeau d’Abd el Qader al Jilany à la place Al Khilani – toute la route parcourant Al Sinak jusqu’au pont. Des hommes armés en civil tiraient sur les manifestants. Ils sont restés jusqu’à 6 heures du matin. Ce n’est pas vrai qu’ils se sont retirés pendant la nuit. Personne ne vous donnera l’heure exacte car c’était le chaos complet. C’étaient nos pires craintes qui se réalisaient.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres