Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Etats-Unis. Le verdict de culpabilité concernant Derek Chauvin va dans le sens de l’obligation de rendre des comptes, mais une réforme de la police est nécessaire

Après que Derek Chauvin a été reconnu coupable de meurtre dans l’affaire de la mort de George Floyd, Amnesty International États-Unis a publié la déclaration suivante :

« Aujourd’hui, un jury a amené Derek Chauvin à rendre des comptes pour des actions qui illustrent un système de maintien de l’ordre défaillant. Nul ne devrait s’attendre à ce qu’une interaction avec les forces de l’ordre se termine par la mort. Pourtant, c’est exactement ce qui s’est passé pour George Floyd, et pour bien trop d’autres personnes. Les agents qui ont recours à une force excessive, quel qu’en soit le résultat, doivent rendre des comptes devant la justice. C’est ce qui s’est passé au tribunal de Minneapolis aujourd’hui », a déclaré Paul O’Brien, directeur exécutif d’Amnesty International États-Unis.

« Outre nos droits fondamentaux à une protection égale devant la loi, à la sécurité et à la vie, nous avons le droit de ne pas subir de discrimination lorsque nous avons affaire aux forces de l’ordre. Cette issue ne suffit pas, car la mort tragique de George Floyd n’a rendu que trop évidentes les défaillances systémiques du maintien de l’ordre aux États-Unis, et les personnes noires sont les premières victimes des violences policières. En réalité, le fait que Derek Chauvin soit amené à rendre des comptes pour avoir tué George Floyd constitue une exception — sûrement pas la règle. »

« Bien sûr, pour que George Floyd obtienne véritablement justice, il aurait fallu qu’il soit encore vivant. Nous avons vu l’ex-agent Chauvin exercer froidement une force meurtrière même une fois que George Floyd était mort, en faisant fi des personnes qui lui demandaient de s’arrêter. Nous ne pouvons plus tolérer l’absence d’obligation de rendre des comptes lorsque des personnes noires sont tuées », a déclaré Kristina Roth, responsable du programme Justice pénale au sein d’Amnesty International États-Unis. « Non seulement Derek Chauvin a bafoué les droits humains de George Floyd, mais il a également montré un profond mépris pour son humanité. »

« Nous devons reconnaître que le racisme est profondément ancré au sein des forces de l’ordre dans ce pays si nous voulons remédier aux défaillances systémiques du maintien de l’ordre et apporter une véritable sécurité publique aux personnes qui sont depuis longtemps trop surveillées par la police. Pour y parvenir, il faut notamment réduire la présence et le périmètre d’action des responsables de l’application des lois dans la vie quotidienne, supprimer l’immunité qualifiée qui empêche les victimes de pratiques policières illégales d’obtenir réparation, démilitariser les forces de l’ordre et appliquer des limites strictes à toute utilisation de la force. »

 

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr