Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Côte d’Ivoire. Les autorités doivent garantir le droit à un procès équitable de membres de l’opposition et de leurs proches

  • Cinq parlementaires figurent parmi les 17 personnes arrêtées
  • Rigobert Soro, le frère du candidat à l’élection présidentielle Guillaume Soro, a été soumis à une disparition forcée
  • Les forces de sécurité ont perquisitionné sans mandat le domicile de certaines des personnes détenues

Les autorités de Côte d’Ivoire doivent garantir le droit à un procès équitable aux membres de l’opposition et leurs proches qui ont été arrêtés ces deux dernières semaines et veiller à ce que ces personnes puissent consulter leurs avocats et bénéficier de soins médicaux, a déclaré Amnesty International le 10 janvier 2020.

Rigobert Soro, policier et frère du candidat à l’élection présidentielle Guillaume Soro, est soumis à une disparition forcée depuis le 30 décembre 2019. Dahafolo Koné, assistant de l’avocat de Guillaume Soro, est détenu sans chef d’inculpation et sans possibilité de consulter un avocat depuis le 27 décembre 2019. Il recevait un traitement pour une pathologie grave et a besoin de soins médicaux.

Ils font partie des 17 personnes liées à l’opposition placées en détention à l’issue d’une vague d’arrestations menée entre le 23 et le 31 décembre 2019 à Abidjan. Treize personnes ont été inculpées de « diffusion et publication de nouvelles fausses (…), de trouble à l’ordre public ; et, d’atteinte à l’autorité de l’Etat ». Pendant qu’ils étaient en détention, les forces de sécurité ont perquisitionné le domicile de plusieurs des détenus, sans mandat.

« Les autorités doivent immédiatement révéler ce qu’il est advenu de Rigobert Soro. Elles doivent veiller à ce que les détenus puissent consulter un avocat, bénéficier de soins médicaux et recevoir la visite de leurs proches. Le fait de soumettre des personnes à une disparition forcée et d’empêcher des détenus de consulter leurs avocats constitue une grave violation des droits humains et une tentative éhontée d’intimider les voix de l’opposition », a déclaré François Patuel, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« Le moment choisi pour lancer une procédure judiciaire contre Guillaume Soro et les arrestations de ses sympathisants et proches sont suspects. Compte tenu des irrégularités des procédures, il ne serait pas surprenant que ces poursuites soient motivées par des considérations politiques. »

Rigobert Soro aurait été arrêté à l’École Nationale de Police, où il avait été convoqué, le 30 décembre, et serait en détention à la Direction de la Surveillance du Territoire (DST), mais les autorités ont refusé de confirmer sa détention. Dahafolo Koné a été arrêté le 27 décembre et est détenu au camp de gendarmerie d’Agban.

Guillaume Soro, ancien allié du président Alassane Ouattara, est le dirigeant du parti Générations et peuples solidaires (GPS). Il avait annoncé sa candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2020 et rentrait à Abidjan le 23 décembre lorsque le procureur a annoncé qu’un mandat d’arrêt contre lui avait été émis.

Il a été inculpé « présomptions graves de tentative d’atteinte contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national ». Il est également poursuivi dans le cadre d’une autre affaire pour complicité de détournement de deniers publics, recel et blanchiment de capitaux.

Lorsque le vol de Guillaume Soro a été redirigé le 23 décembre 2019, ses sympathisants ont décidé d’organiser une conférence de presse au siège de Générations et peuples solidaires. Les forces de sécurité ont fait irruption au siège et les ont arrêtés et conduits à la DST, un centre de détention non officiel, où ils ont été interrogés en l’absence de leurs avocats.

Parmi les personnes arrêtées et toujours maintenues en détention figurent cinq parlementaires et dirigeants de Générations et peuples solidaires : Alain Lobognon, Soro Kanigui, Kando Soumahoro, Yao Soumaïla et Camara Loukimane.

Les domiciles de plusieurs détenus, dont celui de Rigobert Soro, ont été perquisitionnés sans mandat par les forces de sécurité entre le 26 et le 31 décembre 2019. Le domicile d’Affoussiata Bamba Lamine, avocate et sympathisante de Guillaume Soro, a également été perquisitionné en son absence, sans qu’un mandat soit produit et alors qu’aucune poursuite n’a été engagée contre elle.

 

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Côte d’Ivoire. Les attaques se multiplient contre les militants et les opposants à l’approche des élections

Publié le : 06.08.19

Les autorités en Côte d’Ivoire doivent mettre un terme aux attaques persistantes contre les militants de la société civile et les membres de l’opposition, a déclaré Amnesty International à la veille de...

Côte d’Ivoire : Non à l’amnistie pour les crimes les plus graves de la crise de 2010-11 !

Publié le : 07.08.18

Aucune amnistie ne devrait s’appliquer aux crimes de guerre, crimes contre l’humanité et autres graves violations des droits humains commis en Côte d’Ivoire pendant la crise post-électorale de 2010-2011,...

Côte d’Ivoire. 18 opposants toujours en détention pour avoir exercé leur droit de manifester pacifiquement

Publié le : 23.03.18

Les autorités ivoiriennes doivent immédiatement libérer 18 personnes arrêtées hier, 22 mars, pour avoir simplement participé à une manifestation pacifique

Côte d’Ivoire. Après la publication du rapport de l’ONU, les habitants touchés par le déversement de déchets toxiques ont besoin de réponses

Publié le : 31.01.18

Onze ans après le déversement de 540 000 litres de déchets toxiques autour d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, les victimes demeurent dans le flou quant aux éventuelles conséquences...

Côte d’Ivoire: Les autorités doivent lever la suspension de trois journaux de l’opposition à l’approche des législatives

Publié le : 09.12.16

A la suite de la suspension de trois journaux proches de l’opposition en Côte d’Ivoire par les autorités, Gaëtan Mootoo, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International a déclaré :

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres