Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Portrait

Idris Khattak

Idris Khattak a passé des années à enquêter sur les disparitions forcées au Pakistan. Avant d’en être victime à son tour.

Talia a dû remuer ciel et terre pour savoir si son père était vivant : elle n’a aucun contact avec Idris Khattak depuis qu’il a été enlevé sur la route, au nord du Pakistan, en novembre 2019. Ce n’est que sept mois plus tard que le renseignement militaire a daigné admettre que ce défenseur des droits humains de 57 ans se trouvait entre ses mains.

Cruel retournement de situation pour lui qui a consacré de nombreuses années à documenter les disparitions forcées dans le pays, notamment pour Amnesty International et d’autres organisations de défense des droits humains. Où est-il détenu ? Que lui reproche-t-on ? Comment se porte-t-il, lui qui est diabétique et particulièrement vulnérable à la Covid-19 ? Autant de questions qui restent sans réponse. Tout ce que savent ses proches, c’est qu’Idris Khattak est soupçonné d’avoir enfreint la loi sur les secrets d’État. S’il est jugé, ce sera par un tribunal militaire, dans le plus grand secret. Il risque une longue réclusion, voire la peine de mort.

Les enlèvements de ce genre se multiplient au Pakistan depuis la fin des années 1990, dans l’impunité la plus totale. Une façon de réduire au silence de nombreux opposants, journalistes, défenseurs des droits humains et autres voix critiques. D’après les chiffres officiels, des milliers de personnes sont actuellement portées disparues. Autant de familles pour qui la vie s’arrête, parfois pendant des années.

Quant à Talia, malgré les mises en garde, elle n’a pas l’intention de baisser les bras : « Nous méritons des réponses, et papa mérite d’être protégé par la loi. »

Les 10 situations
Germain Rukuki
Popi Qwabe et Bongeka Phungula
Paing Phyo Min
Gustavo Gatica
Nassima al Sada
Khaled Drareni
Les trois jeunes du El Hiblu 1
Le groupe Solidarité LGBTI+ de l’Université ODTÜ
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres