Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 34 €
Agir

Soutenez-nous

Actions urgentes pour des personnes en danger, révélations de l’affaire Pegasus, enquête sur la situation des Ouïghours en Chine… c’est grâce à votre soutien que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance.

La Chronique - novembre 2021

Magazine d'enquêtes et de reportages

Chaque mois, des journalistes racontent l'histoire de celles et ceux qui se battent pour les droits humains.

Au sommaire de novembre 2021

DOSSIER RECONNAISSANCE FACIALE

Face à face avec la surveillance

"Il faut retenir le monstre technologique"

Un regard biaisé

Des millions de visages codés à Singapour

L'INVITÉ

Manon Loizeau

Portfolio Irak

Ce qui reste de l'Eden

Le mot de la rédaction :

Fini l'anonymat

On le savait déjà, l’anonymat n’existe plus à l’ère du numérique. Les cartes bleues, les téléphones, les ordinateurs, le cloud, les GPS et autres traceurs permettent de nous suivre à la trace. La collecte des empreintes digitales, puis celles de l’ADN étaient décriées en leurs temps, celle de nos visages l’est aujourd’hui. Sans chercher à dénoncer coûte que coûte le virage orwellien de nos sociétés, l’utilisation tous azimuts de la reconnaissance faciale soulève de nouveaux enjeux. Celui du droit à l’anonymat en est un. Est-ce que si la reconnaissance faciale est utilisée dans nos rues certains vont hésiter à manifester ? Est-ce que sous un régime autoritaire, ou d’extrême droite, ces installations ne vont pas donner une ampleur inédite à la répression, comme c’est déjà le cas en Russie ou en Chine ? Ces questions, nous nous les sommes posées en allant là où cette technologie fait déjà partie du quotidien, comme au Japon, par exemple. En Europe, si les débats font rage, les conditions de son utilisation flottent encore dans un flou juridique, sorte de permissivité que certains qualifient de dangereuse. Toute révolution peut être une évolution quand elle est encadrée. Comme le disait Paul Valery, deux choses menacent le monde, l’ordre et le désordre !

 

Virginie Roels - Rédactrice en chef de La Chronique, le magazine d’Amnesty International France

ABONNEZ-VOUS À LA CHRONIQUE

Recevez chaque mois le magazine d’Amnesty International France offrant une information fiable, des actions concrètes, des outils de réflexion.

3
/mois
Tarif adhérent
3
.60
/mois
Tarif non-adhérent

DOSSIER : RECONNAISSANCE FACIALE

De plus en plus de gouvernements et d’entreprises privées, dans de nombreux pays et au nom de la sécurité, ont recours à la reconnaissance faciale. Notre dossier propose d’explorer les avantages, abus et dérives de cette technologie, quand elle impacte notre vie privée tout comme nos libertés publiques.

L'INVITE Manon Loizeau

Grand reporter, Manon Loizeau a choisi le temps long du documentaire pour parler des guerres oubliées et des oubliés de la guerre. Elle nous parle ici des rencontres qui ont ponctué son itinéraire de réalisatrice.

PORTFOLIO : Irak, ce qui reste de l'Eden

Dans le sud irakien, le mode de vie et l’existence même des Arabes des marais ou Ma’dan, se trouvent doublement menacés. Par le réchauffement climatique et par la gestion de l’eau des voisins syriens et turcs qui ont établi des barrages sur le Tigre et l’Euphrate.

 

 

 

 

 

Appels mondiaux
Chaque mois, Amnesty International vous propose d'envoyer trois lettres, par courrier postal, aux autorités compétentes, pour faire valoir les droits de personnes victimes d'injustice aux quatre coins du globe.
OFFRE DÉCOUVERTE

En donnant votre adresse postale vous recevrez un numéro gratuitement chez vous