Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 51 €
Agissez à nos côtés

Votre don peut sauver des vies 

Actions urgentes pour des personnes en danger, défense des droits des travailleurs exploités au Qatar, enquête sur les crimes de guerre… C’est grâce à vous que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance ! 

Aidez-nous à maintenir les droits humains en vie. 

Keren Happuch Akpagher
Droits sexuels et reproductifs

Keren-Happuch Akpagher

Justice pour Keren-Happuch Akpagher

Keren-Happuch Akpagher avait 14 ans. Elle était élève dans un pensionnat d’Abuja. Avec sa mère, elle avait prévu de faire les magasins avant les vacances. Le 22 juin 2021, elle est morte des conséquences d’un viol qui se serait produit dans son école. Le rapport d’autopsie demandé par la police confirme que Keren a été violée et sodomisée. Elle est morte des suites d’une infection causée par le préservatif que des individus, non encore identifiés, avaient laissé dans son utérus. À ce jour, l’enquête piétine. Pour l’instant, personne n’a eu à répondre de ces actes. La mère de Keren, Vivian Akpagher, ainsi que le reste de sa famille, se heurtent à des obstacles dans leur quête de justice. Les autorités de police ont notamment réclamé à la mère de Keren de payer l’autopsie, ce qu’elle a fait, avant de se voir interdire l’accès au rapport.

Monsieur l’Inspecteur général,

Keren-Happuch Akpagher avait 14 ans. Elle était élève dans un pensionnat d’Abuja. Avec sa mère, elle avait prévu de faire les magasins avant les vacances. Le 22 juin 2021, elle est morte des conséquences d’un viol qui se serait produit dans son école. Le rapport d’autopsie demandé par la police confirme que Keren a été violée et sodomisée. Elle est morte des suites d’une infection causée par le préservatif que des individus, non encore identifiés, avaient laissé dans son utérus. À ce jour, l’enquête piétine. Pour l’instant, personne n’a eu à répondre de ces actes. La mère de Keren, Vivian Akpagher, ainsi que le reste de sa famille, se heurtent à des obstacles dans leur quête de justice. Les autorités de police ont notamment réclamé à la mère de Keren de payer l’autopsie, ce qu’elle a fait, avant de se voir interdire l’accès au rapport.

En tant que membre/sympathisant(e) d’Amnesty International, je vous demande de mener sans délai une enquête efficace, impartiale, exhaustive et transparente sur le viol et la mort de Keren-Happuch Akpagher. Je demande également que les responsables présumés soient traduits en justice dans le cadre de procédures équitables, conformes aux normes internationales et sans recours à la peine de mort. Je vous prie d’agréer, Monsieur l’Inspecteur général, l’expression de ma haute considération.

AGIR

ENVOYER A :

Inspecteur général de la police nigériane

Usman Alkali Baba

Police Force Headquarters Louis Edet House Abuja, Nigeria

Way Maitama

P.M.B 192 Garki - Abuja, Nigeria

Twitter : @Police_NG

Copie à envoyer à

Ambassade du Nigeria

173, avenue Victor-Hugo, 75116 Paris

E-mail : ambassade@nigeriafrance.org

Keren Happuch Akpagher - Amnesty International France