Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Plus que jamais, nous avons besoin de vous

Amnesty International est l’une des rares associations à être financée quasi exclusivement par la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Liberté d'expression
Action de mobilisation

3 actions simples pour Elena Milachina

Le 13 avril, le président de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov a publié sur Instagram une vidéo dans laquelle il menaçait de mort la journaliste russe Elena Milachina. Cette menace faisait suite à la publication d’un article de la journaliste à propos de la pandémie de COVID-19 en Tchétchénie.

Ce n’est pas la première fois qu’Elena Milachina est menacée en raison de son travail en Tchétchénie.  Le 6 février 2020, l’avocate Marina Doubrovina et Elena ont été agressées et rouées de coups par un groupe de personnes dans un hôtel de Grozny, la capitale tchétchène. L’enquête sur cette attaque est actuellement à l’arrêt.

Elena Milachina est en grand danger et les autorités russes doivent de toute urgence prendre des mesures pour veiller à sa sécurité.

Le 12 avril,  le journal indépendant russe, Novaïa Gazeta, a publié un article d’Elena Milachina à propos de la pandémie de COVID-19 en Tchétchénie, intitulé « Mourir du coronavirus - un moindre mal. Quand, en Tchétchénie, les personnes infectées sont assimilées à des terroristes, les gens commencent à cacher qu’ils sont malades et meurent chez eux ». Cet article a provoqué une réaction sans précédent de la part du président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov. Il a publié sur Instagram une vidéo dans laquelle il appelait directement le gouvernement russe et le Service fédéral de sécurité (FSB) à « arrêter ces non-humains qui écrivent et provoquent [son] peuple ». Il annonce également que si les autorités russes n’agissent pas, quelqu’un en Tchétchénie devra commettre un crime pour réduire la journaliste au silence.

3 actions simples :

1. Signer la pétition

2. Agir sur Twitter

3. Envoyer un mail au Président Russe

1. Signer la pétition

Signez la pétition La journaliste Elena Milachina est en danger et partagez la auprès de vos collègues, amis et famille !

Agir

2. Agir sur Twitter

Adressez vos tweets au Président Vladimir Poutine  :

Exemple 1 : La Russie doit condamner publiquement les menaces de mort à l’encontre d’Elena Milachina et la protéger. En se taisant, la Russie permet aux auteurs de ces menaces et de ces attaques de rester impunis. @KremlinRussia

ou

Exemple 2 : La Russie a l’obligation de faire respecter le droit des journalistes d’enquêter et de publier leurs investigations. M. Poutine doit condamner publiquement les menaces à l’encontre d’Elena Milachina. @KremlinRussia

3. Envoyer un mail au Président russe

Pour les plus têtus d’entre vous, on vous propose de tenter l’expérience d’écrire directement au Président Poutine. Mais on vous prévient, le système mis en place par l’administration russe pour s’adresser au Président peut sembler  « dissuasif » et vous décourager de le faire !  Nous allons vous montrer pas à pas comment déjouer ces obstacles !

Lire la méthodo pour écrire au Président Poutine

Télécharger la lettre d’interpellation en soutien à Elena Milachina

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres