Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 51 €
Agissez à nos côtés

Votre don peut sauver des vies 

Actions urgentes pour des personnes en danger, défense des droits des travailleurs exploités au Qatar, enquête sur les crimes de guerre… C’est grâce à vous que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance ! 

Aidez-nous à maintenir les droits humains en vie. 

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Zimbabwe. Condamnation de l’auteure Tsitsi Dangarembga et de Julie Barnes pour avoir manifesté contre les problèmes économiques : une parodie de justice

En réaction aux informations selon lesquelles l’auteure et militante zimbabwéenne Tsitsi Dangarembga et sa coaccusée Julie Barnes ont été déclarées coupables d’« incitation à la violence » et condamnées à six mois de prison avec sursis assortis d’une amende pour avoir participé à une manifestation contre les difficultés économiques le 31 juillet 2020, Lucia Masuka, directrice d’Amnesty International Zimbabwe, a déclaré :

La condamnation de Tsitsi Dangarembga et Julie Barnes pour avoir réclamé des réformes politiques et une amélioration de la situation pour elles-mêmes et leurs concitoyens zimbabwéens est une parodie de justice

Lucia Masuka, directrice d'Amnesty International Zimbabwe

« La condamnation de Tsitsi Dangarembga et Julie Barnes pour avoir réclamé des réformes politiques et une amélioration de la situation pour elles-mêmes et leurs concitoyens zimbabwéens est une parodie de justice. Cette déclaration de culpabilité et cette peine adressent un message clair et effrayant : il n’y a pas de place pour les opinions dissidentes au Zimbabwe et quiconque ose s’exprimer librement sera persécuté.

Les autorités doivent cesser de cibler les opposant·e·s et les détracteurs à coups de poursuites judiciaires et de longues détentions provisoires

Lucia Masuka

« Les autorités zimbabwéennes doivent faire respecter l’état de droit et créer un environnement où des personnes comme Tsitsi Dangarembga et Julie Barnes peuvent exercer librement leur liberté d’expression sans aucune crainte. Elles doivent cesser de cibler les opposant·e·s et les détracteurs à coups de poursuites judiciaires et de longues détentions provisoires. Elles doivent cesser de harceler et d’intimider sans relâche les défenseur·e·s des droits humains et les militant·e·s qui n’ont commis d’autre crime que de demander au gouvernement de fournir de meilleurs services à la population.

« Ce n’est pas un crime d’exercer son droit de manifester pacifiquement, et Tsitsi Dangarembga et Julie Barnes ne sont pas des criminelles. Les autorités doivent cesser d’ériger en infraction le fait de manifester. »

Complément d’information

Tsitsi Dangarembga et Julie Barnes ont toutes deux été arrêtées en juillet 2020 après avoir défilé dans les rues de Harare, munies de pancartes réclamant des réformes des institutions du pays. Elles ont ensuite été libérées sous caution et leur procès s’est poursuivi pendant plus de deux ans jusqu’à leur condamnation le 29 septembre.

Le droit de manifester est menacé dans toutes les régions du monde. La nouvelle campagne mondiale d’Amnesty International Protégeons les manifs a pour objectif de dénoncer les attaques contre les manifestations pacifiques, de défendre les personnes visées et de soutenir les causes portées par les mouvements sociaux en faveur de changements dans le domaine des droits humains.

The post Zimbabwe. Condamnation de l’auteure Tsitsi Dangarembga et de Julie Barnes pour avoir manifesté contre les problèmes économiques : une parodie de justice appeared first on Amnesty International.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Zimbabwe. Les autorités doivent libérer deux députés de l’opposition injustement incarcérés depuis 100 jours

Publié le : 21.09.22

Le maintien en détention arbitraire du leader de l’opposition et député Job Sikhala et du député Godfrey Sithole en dit long sur la politisation du système judiciaire au Zimbabwe, a déclaré Amnesty International...

Zimbabwe. La répression s’abat sur les étudiant·e·s manifestant contre la hausse des frais de scolarité à l’Université du Zimbabwe : cinq autres ont été arrêtés le 14 septembre

Publié le : 15.09.22

Les autorités doivent abandonner les sinistres accusations portées contre des étudiant·e·s de l’Université du Zimbabwe qui protestent pacifiquement contre la hausse des frais de scolarité et doivent respecter...

Zimbabwe. Il faut autoriser les avocats à s’entretenir avec des opposant·e·s politiques en détention

Publié le : 05.07.22

Amnesty International Zimbabwe suit de près l’affaire concernant Job Sikhala, président de la Coalition des Citoyens pour le Changement (CCC), et Godfrey Sithole, député de Chitungwiza-Nord, tous deux...

Zimbabwe. Les autorités doivent agir davantage pour faire cesser la culture des enlèvements et des homicides

Publié le : 13.06.22

En réaction à la découverte du corps démembré de Moreblessing Ali, Lucia Masuka, directrice exécutive d’Amnesty International Zimbabwe, a déclaré : « Les autorités ne doivent négliger aucun détail dans...

Zimbabwe. Il faut enquêter sur les violences visant des partisans de l’opposition politique

Publié le : 28.02.22

En réaction à l’assassinat d’un partisan de l’opposition politique et aux violences qui ont fait plus d’une dizaine de blessés lors d’un rassemblement de la Coalition des Citoyens pour le Changement (CCC),...

Zimbabwe. Condamnation de l’auteure Tsitsi Dangarembga et de Julie Barnes pour avoir manifesté contre les problèmes économiques : une parodie de justice - Amnesty International France