Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
A picture taken on October 18, 2016 from the east Jerusalem Arab neighbourhood of Issawiya shows a Palestinian youth looking on as the Palestinian Shuafat refugee camp (R) is seen behind the controversial Israeli separation wall. (Photo by AHMAD GHARABLI / AFP)

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Monsieur Macron, vous devez demander à Benyamin Netanyahou de protéger les populations civiles palestiniennes et israéliennes

La visite du Premier ministre Benyamin Netanyahou s’inscrit dans un contexte de très haute tension en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés. Nous appelons le président Macron à saisir cette opportunité pour rappeler à son invité l'impérieuse nécessité de respecter le droit international et de protéger les populations civiles.  

En 24 heures, deux événements sont survenus dans les territoires palestiniens occupés puis dans une colonie israélienne, provoquant de nombreuses victimes civiles, qui font craindre une nouvelle escalade de violence dans cette région du monde. Le premier, à Jénine, étant le fait de l’intervention de l’armée israélienne pourtant soumise à des règles nationales et internationales, et l’autre, une attaque contre des civils par un Palestinien à Jérusalem-Est.  

En représailles, le Premier ministre israélien a pris des mesures contre l’entourage des auteurs palestiniens d’attaques contre des Israéliens, mesures qui vont frontalement à l’encontre du droit international des droits humains et s’apparentent, pour certaines, à des punitions collectives ce qui est illégal : privation de droits sociaux, démolition de maisons, arrestations massives…  

Une année meurtrière

Nous demandons au président français de s’engager davantage en faveur de la protection des populations civiles, tant israéliennes que palestiniennes, en soulignant auprès de son hôte l'importance du respect du droit international et de la lutte contre l'impunité, étapes nécessaires dans la construction d'une solution respectueuse des populations. 

Ces événements font suite à une année extrêmement meurtrière. En 2022, les forces israéliennes ont en effet tué plus de 200 Palestiniens et Palestiniennes (selon un décompte de l’AFP), dont de nombreux mineurs et mineures. 26 Israéliens et Israéliennes ont également trouvé la mort l’année dernière.  

Benyamin Netanyahou n’a pas toujours été en responsabilité, lorsque ces exactions ont été commises, mais depuis la mise en place de son nouveau gouvernement, cette violence d’Etat a été démultipliée. Rien que pour le mois de janvier 2023, au moins 29 Palestiniens et Palestiniennes ont été tuées en Cisjordanie par les forces israéliennes.  

Sur le même sujet :

Notre enquête sur l’apartheid à l’encontre des Palestiniens

Quelles sont les conséquences de l'occupation israélienne de la Cisjordanie ?

Salah Hamouri, un avocat franco-palestinien expulsé illégalement vers la France

Discours de haine

Ces drames font partie d'un contexte plus large de tensions exacerbées par des discours de haine, notamment par des membres du nouveau gouvernement israélien. Le ministre Itamar Ben Gvir, en charge de la sécurité nationale (dont le portefeuille ministériel inclut d’importantes responsabilités concernant les territoires palestiniens occupés), en est un exemple particulièrement emblématique et alarmant.  

Le nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahou s’est en outre engagé à étendre massivement les colonies à travers les territoires palestiniens occupés, exposant de très nombreux Palestiniens et Palestiniennes au déplacement forcé, qui sont des éléments constitutifs de crime de guerre et de crimes contre l’humanité au regard du droit international humanitaire.  

Cette politique de discriminations multiples, d’humiliation et de domination, que nous avons qualifiée, toujours en nous basant sur le droit international, comme un système d’apartheid, est à la source de cette exacerbation des violences. Nous appelons le président Macron à prendre la parole avec force à l’occasion de la visite de Benyamin Netanyahou, pour demander le respect du droit international, la protection des populations civiles, la levée des mesures s’apparentant à des punitions collectives, la lutte contre l’impunité et le démantèlement du système d’apartheid.  

Agir

Stop à l'apartheid contre les Palestiniens !

Demandez au Premier ministre Naftali Bennett de mettre fin immédiatement aux démolitions et aux expulsions forcées en signant notre pétition. 

Qui sommes-nous ?

Créée en 1961, Amnesty International est un mouvement mondial et indépendant de plus de 10 millions de membres et sympathisants qui œuvrent pour le respect, la défense et la promotion de tous les droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Amnesty International a reçu le prix Nobel de la paix en 1977. La section française (AIF) a été créée en 1971. Son financement repose sur la générosité du public (200 000 donateurs), sur les ventes de produits de soutien et les cotisations de près de 120 000 membres. AIF est agréée par le Comité de la charte du don en confiance. 

www.amnesty.fr - @amnestypresse - Agir - Faire un don

Service presse - 01 53 38 66 00 / 06 76 94 37 05 – spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

JO : Amnesty International lance une campagne pour interdire la reconnaissance faciale en France

Publié le : 12.05.24

Les Jeux olympiques et paralympiques ont fourni à la France l'occasion de légaliser la vidéosurveillance algorithmique (VSA). Pour que l’héritage de cet événement exceptionnel ne soit pas le déploiement...

Amnesty International se mobilise sur le parcours de la flamme olympique pour interdire la reconnaissance faciale en France

Publié le : 06.05.24

A partir de l'arrivée de la flamme olympique à Marseille le 8 mai, Amnesty International déploie dans plusieurs villes étapes de la flamme une campagne de sensibilisation et de mobilisation sur les enjeux...

[RÉACTION] France. L’inscription de l’avortement dans la Constitution est « un rempart contre les mouvements anti-droits »

Publié le : 04.03.24

 Ce vote historique fait de la France le premier pays à inscrire l’avortement dans sa Constitution et revêt une importance considérable compte tenu du recul de ce droit essentiel à travers le monde. La...

[ALERTE] France / IVG dans la Constitution. Pourquoi le vote au Sénat est-il décisif ?

Publié le : 27.02.24

France / Droit à l'IVG dans la Constitution. Ce mercredi 28 février 2024, Amnesty International France (AIF) et le Planning familial appellent les sénatrices et sénateurs à voter en faveur de l’inscription...

UE. La décision du Bloc de ne pas interdire la surveillance publique de masse dans la loi sur l’IA crée un précédent mondial désastreux

Publié le : 13.12.23

En réaction à l’issue du débat tendu entre les États membres de l’Union européenne, la Commission européenne et le Parlement européen sur la loi historique sur l’Intelligence artificielle (IA), Mher Hakobyan,...

Le « délit de groupement », une entrave au droit de manifester qui doit être abrogé

Publié le : 23.11.23

Nous appelons les parlementaires à abroger le délit de « groupement en vue de la préparation de violences », l’une des dispositions pénales floues qui, récemment encore, à l’occasion des manifestations...