Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

États-Unis. La reconnaissance de Jérusalem unifiée est «irresponsable» et met en péril les droits humains des Palestiniens

Condamnant l’annonce faite mercredi 6 décembre par le président des États-Unis, Donald Trump, qui a affirmé que son pays reconnaissait Jérusalem comme capitale unifiée d’Israël et y déménagerait son ambassade, Raed Jarrar, directeur des activités de plaidoyer pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International États-Unis, a déclaré :

« Cette décision irresponsable et provocatrice du gouvernement Trump met encore plus en péril les droits humains du peuple palestinien et risque d’attiser les tensions dans la région.

« En reconnaissant Jérusalem comme capitale unifiée d’Israël et en annonçant le déménagement de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, le président Trump montre une nouvelle fois son mépris éhonté pour le droit international.

« Il existe un consensus international, notamment plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, sur l’illégalité de l’annexion de Jérusalem-Est par Israël. Avec cette initiative, les États-Unis manquent à leurs propres obligations légales internationales de ne pas reconnaître ni favoriser une situation illégale et de veiller au respect des Conventions de Genève.

« Aucun pays au monde ne reconnaît l’annexion de Jérusalem-Est par Israël, ce qui rend la décision d’accorder la reconnaissance des États-Unis extrêmement inquiétante. Non seulement elle contribue à mettre en péril l’état de droit international, mais elle traduit également une profonde indifférence à l’égard des violations massives des droits humains que subissent les Palestiniens à cause de la politique d’annexion d’Israël. »

Complément d’information

Les zones constituant la Cisjordanie, dont Jérusalem-Est, qui est passée sous contrôle israélien en 1967 et a été intégrée dans les frontières municipales de Jérusalem par Israël, sont universellement reconnues comme un territoire occupé, où le droit international humanitaire s’applique.

L’annexion illégale de Jérusalem-Est par Israël a été entérinée dans la législation nationale en 1980. Elle a été condamnée à plusieurs reprises par la communauté internationale dans une série de résolutions du Conseil de sécurité.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

États-Unis. La décision de la Cour suprême annulant l’arrêt Roe c. Wade constitue un cap sinistre dans l’histoire des États-Unis

Publié le : 25.06.22

En réaction à la décision rendue par la Cour suprême 24 juin, qui annule l’arrêt Roe c. Wade, Tarah Demant, directrice nationale par intérim des programmes, du plaidoyer et des affaires gouvernementales...

États-Unis. Le maintien d’une politique migratoire dangereuse aura des conséquences humaines négatives sur tout le continent américain

Publié le : 23.05.22

La décision rendue le 20 mai par un juge fédéral qui a empêché la levée du Titre 42 constitue un affront aux droits humains des personnes en quête de sécurité dans toute la région des Amériques, a déclaré...

États-Unis. Si elle est confirmée, la décision de la Cour suprême fragilisera le droit à l’avortement dans le monde entier

Publié le : 04.05.22

En réaction aux informations selon lesquelles la Cour suprême s’apprête à annuler le droit à l’avortement aux États-Unis, Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International, a déclaré : « Annuler...

États-Unis. La libération de Steven Donziger, qui a passé près de 1 000 jours en détention arbitraire, met en lumière la nécessité d’agir contre les poursuites-bâillons

Publié le : 25.04.22

En réaction aux informations selon lesquelles la condamnation inique à six mois de détention prononcée contre Steven Donziger, défenseur des droits humains et de l’environnement, a pris fin le 25 avril...

États-Unis. Plus de 100 organisations de défense des droits humains et de l’environnement s’associent à l’appel d’Amnesty International demandant à Joe Biden de gracier Steven Donziger

Publié le : 15.03.22

Washington, D.C. – L’avocat défenseur des droits humains Steven Donziger est privé arbitrairement de liberté depuis plus de deux ans, en représailles semble-t-il de son travail visant à demander des comptes...