Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Russie. Une militante de premier plan risque d’être emprisonnée et soumise à de sévères restrictions pour avoir participé à des manifestations pacifiques

Réagissant aux informations signalant que Yulia Galiamina, éminente militante politique de l’opposition en Russie, a été inculpée en raison de sa participation à des manifestations pacifiques et risque d’être emprisonnée et soumise à une interdiction de participer à des élections pour une durée de cinq ans, Oleg Kozlovsky, chercheur sur la Russie à Amnesty International, a déclaré :

« Les charges retenues contre Yulia Galiamina constituent une parodie de justice et cette inculpation revient à utiliser le système judiciaire pour réprimer pénalement les manifestations pacifiques. Elle est inculpée au titre d’une loi draconienne qui va explicitement à l’encontre des obligations internationales de la Russie en matière de droits humains, et cette mesure vise à l’empêcher de participer à des élections.

« La persécution dont fait l’objet cette éminente représentante de l’opposition uniquement parce qu’elle a exercé ses droits fondamentaux est consternante et condamnable. En réduisant au silence une importante voix de l’opposition et en menaçant de lui interdire d’exercer ses activités politiques, les autorités russes révèlent les véritables raisons pour lesquelles elles répriment les mouvements de protestation.

« En mai 2020, le Parlement russe a, de façon inattendue et discrètement, alourdi les peines prévues par l’article 212.1 pour la violation répétée de la loi relative aux rassemblements. Il s’agit d’un instrument utilisé pour réprimer l’opposition et les critiques, et Yulia Galiamina risque d’être emprisonnée durant plusieurs années si elle est déclarée coupable.

« Nous demandons aux autorités russes de supprimer l’article 212.1 et de cesser d’utiliser des lois répressives pour étouffer la dissidence et intimider les opposant·e·s politiques. Toutes les charges retenues contre Yulia Galiamina doivent être immédiatement abandonnées. Toute personne soumise à des poursuites judiciaires uniquement pour avoir participé à des rassemblements pacifiques doit avoir accès à la justice et à des recours utiles, notamment à une indemnisation adéquate. »

« Les autorités doivent permettre à toute personne d’exercer librement ses droits fondamentaux, y compris ses droits à la liberté d'expression et de réunion pacifique. »

Complément d’information

Le 31 juillet, la Commission d’enquête de la Fédération de Russie a retenu des charges contre Yulia Galiamina, éminente représentante de l’opposition et conseillère municipale de la ville de Moscou, au titre de l’article 212.1 du Code pénal (« violation répétée de la procédure établie pour l’organisation ou la tenue de rassemblements publics »). Yulia Galiamina est accusée d’avoir participé à plusieurs manifestations, notamment à une marche contre de récentes modifications de la Constitution russe le 15 juillet, et à des mouvements de protestation contre des irrégularités électorales à Moscou pendant l’été de 2019. Tous ces rassemblements ont été pacifiques, mais ils ont été dispersés par la police, souvent avec une force excessive.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Russie. Les ONG d’Alexeï Navalny interdites car désignées comme «extrémistes», ce qui prive des milliers de personnes de leurs droits

Publié le : 10.06.21

En réaction aux informations selon lesquelles un tribunal russe a désigné trois organisations fondées par Alexeï Navalny comme « extrémistes », Natalia Zviagina, directrice du bureau d'Amnesty International...

Russie. Le directeur de Russie ouverte, arrêté après avoir été débarqué d’un avion, doit être libéré immédiatement

Publié le : 01.06.21

Réagissant aux informations selon lesquelles Andreï Pivovarov, directeur exécutif de Russie ouverte (un mouvement russe, récemment dissous, de défense de la démocratie et des droits humains), a été débarqué...

Russie. Le mouvement Russie ouverte est poussé à la dissolution tandis que ses membres sont visés par des représailles sévères

Publié le : 27.05.21

Réagissant à l’information selon laquelle Russie ouverte a pris la décision de cesser complètement ses activités et de dissoudre sa structure, Natalia Zviaguina, directrice du bureau de Moscou d’Amnesty...

Russie/Ukraine. Confirmation de la peine d’un défenseur des droits humains tatar de Crimée au mépris du droit international

Publié le : 26.05.21

En réaction aux informations selon lesquelles la Cour suprême de la Fédération de Russie a rejeté l’appel d’Emir-Ousseïn Koukou, un défenseur des droits humains tatar de Crimée emprisonné et reconnu comme...

Russie. La condamnation du prisonnier d’opinion Nikolaï Platochkine doit être annulée

Publié le : 19.05.21

En réaction à la condamnation de l’ancien diplomate, militant renommé de l’opposition et prisonnier d’opinion Nikolaï Platochkine pour des accusations absurdes d’« incitation à commettre des troubles de...