Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Russie. La condamnation du prisonnier d’opinion Nikolaï Platochkine doit être annulée

En réaction à la condamnation de l’ancien diplomate, militant renommé de l’opposition et prisonnier d’opinion Nikolaï Platochkine pour des accusations absurdes d’« incitation à commettre des troubles de grande ampleur » et de « diffusion de fausses informations », la directrice du bureau d’Amnesty International à Moscou, Natalia Zviagina, qui a assisté à son procès, a déclaré :

« La condamnation de Nikolaï Platochkine à cinq ans de prison avec sursis est un nouveau coup porté au droit à la liberté d’expression, de réunion pacifique et d’association en Russie. Les accusations à son encontre ont clairement été inventées de toutes pièces pour l’empêcher de participer à la vie publique et le punir d’avoir osé critiquer la mainmise de Vladimir Poutine sur le pouvoir. Sa condamnation doit être annulée.

« L’absurdité des accusations visant Nikolaï Platochkine, la brièveté de ses audiences et le mépris flagrant pour certaines garanties essentielles d’équité des procès atteignent un niveau exceptionnel, même pour la justice kafkaïenne qui prévaut en Russie. La logique ridicule du ministère public, approuvée les yeux fermés par le juge, est simple : l’expression d’opinions critiques à l’égard de la politique gouvernementale équivaut à inciter à des émeutes et constitue un délit.

« Alors que les élections parlementaires de septembre approchent, nous assistons à un durcissement des représailles contre toute personne qui critique le gouvernement ou mène des activités d’opposition. Le régime de Vladimir Poutine emprisonne et fait taire effrontément ses opposants de tous bords politiques, qu’ils soient “libéraux” comme Alexeï Navalny ou “socialistes” comme Nikolaï Platochkine.

« Les poursuites visant des militant·e·s pacifiques doivent cesser immédiatement. Les autorités doivent respecter, protéger, promouvoir et concrétiser tous les droits humains, conformément aux obligations internationales de la Russie, y compris le droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. »

Complément d’information

Le 19 mai, le tribunal du district moscovite de Gagarinsky a déclaré le prisonnier d’opinion Nikolaï Platochkine, ancien diplomate, président du département de Relations internationales et de Diplomatie de l’Université de lettres et de sciences humaines de Moscou et créateur du mouvement « Pour un nouveau socialisme », coupable des charges retenues contre lui. Il l’a condamné à une peine de cinq ans d’emprisonnement avec sursis et à une amende de 700 000 roubles (9 500 dollars des États-Unis). Sa condamnation entraîne son inéligibilité.

En juin 2020, Nikolaï Platochkine a été inculpé au titre de l’article 212-1.1 (« incitation ou autre rôle d’une personne dans la commission de troubles de grande ampleur ») et de l’article 207.1 (« diffusion publique de fausses informations en connaissance de cause au sujet de circonstances menaçant la vie et la sécurité des citoyens ») du Code pénal russe. Selon le ministère public, Nikolaï Platochkine avait l’intention « de prendre le pouvoir illégalement » et a pour cela « commencé à inciter ses sympathisants et d’autres internautes, par le biais de supports audiovisuels, à commettre des troubles de grande ampleur et à y participer sous couvert de rassemblements de protestation ». Ces accusations sont sans fondement et motivées par des considérations politiques.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Russie. Deux descentes de police visent clairement à intimider un journaliste d’investigation

Publié le : 28.07.21

Après la perquisition de l’appartement moscovite du journaliste et rédacteur en chef Roman Dobrokhotov et celle du domicile de ses parents, Marie Struthers, directrice du programme Europe de l’Est et Asie...

Russie. La CEDH estime que l’interdiction des unions entre personnes de même sexe est une violation des droits fondamentaux

Publié le : 13.07.21

Réagissant au jugement rendu par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), qui considère que la Russie enfreint la Convention européenne des droits de l’homme en ne prévoyant pas la possibilité...

Russie. Les perquisitions chez des journalistes de Proekt.Media constituent une atteinte éhontée à la liberté de la presse

Publié le : 29.06.21

En réaction aux perquisitions effectuées mardi 29 juin chez trois journalistes du média d’investigation indépendant Proekt.Media, notamment chez son rédacteur en chef Roman Badanine, Natalia Zviagina,...

Russie. Les ONG d’Alexeï Navalny interdites car désignées comme «extrémistes», ce qui prive des milliers de personnes de leurs droits

Publié le : 10.06.21

En réaction aux informations selon lesquelles un tribunal russe a désigné trois organisations fondées par Alexeï Navalny comme « extrémistes », Natalia Zviagina, directrice du bureau d'Amnesty International...

Russie. Le directeur de Russie ouverte, arrêté après avoir été débarqué d’un avion, doit être libéré immédiatement

Publié le : 01.06.21

Réagissant aux informations selon lesquelles Andreï Pivovarov, directeur exécutif de Russie ouverte (un mouvement russe, récemment dissous, de défense de la démocratie et des droits humains), a été débarqué...