Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Pérou. La militarisation des frontières représente une menace pour les droits humains

À la lumière de la militarisation croissante des frontières péruviennes, destinée à les protéger et à limiter le flux migratoire vers le pays, Erika Guevara Rosas, directrice régionale pour les Amériques à Amnesty International, a déclaré le 27 janvier 2021 :

« Le recours au personnel militaire pour des activités de contrôle migratoire entraîne un grave risque pour les droits humains des personnes migrantes et réfugiées, car ce personnel ne dispose pas de la formation et des instruments adaptés pour remplir ces fonctions. Les événements récents de Tumbes, à la frontière avec l’Équateur, en sont la preuve, puisque des membres de l’armée péruvienne ont tiré des coups de feu en l’air pour disperser des personnes non armées, parmi lesquelles des enfants. »

« Non seulement ces actions bafouent les normes internationales et péruviennes relatives au recours à la force, mais elles créent de plus un grave précédent de recours à des armes à feu pour intimider des personnes qui ont le droit de solliciter une protection internationale. Les autorités péruviennes doivent mener une enquête sur ces agissements et traduire en justice les responsables pour que ces événements ne se reproduisent pas. Elles doivent en outre limiter le recours aux forces armées pour les activités de gestion migratoire, afin d’éviter un drame, et se conformer aux normes internationales en accordant une protection aux personnes qui en ont besoin. »

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Pérou. De nouveaux éléments confirment que des métaux toxiques sont à l’origine d’une crise sanitaire dans la province d’Espinar

Publié le : 18.05.21

Une présence élevée de métaux et de substances toxiques a été détectée dans l’organisme d’habitant·e·s des communautés autochtones issues du peuple K’ana dans la province d’Espinar, et l’État péruvien...

Pérou. Amnesty International réunit des informations sur les cas de recours excessif à la force par la police nationale

Publié le : 13.11.20

En vérifiant immédiatement des preuves audiovisuelles, Amnesty International a pu confirmer la véracité des documents montrant la police nationale utiliser une force excessive et inutile lors des manifestations...

Pérou. Les autorités doivent régulariser le statut migratoire des Vénézuélien·ne·s dans le contexte de la crise du COVID-19

Publié le : 19.06.20

Compte tenu du fait que le Pérou ne protège pas de façon adéquate les droits humains des personnes réfugiées venant du Venezuela, et au vu de la situation d’urgence résultant de la pandémie de COVID-19...

Pérou. L’État doit abroger immédiatement la loi envoyant un message d’impunité pour les possibles violences policières commises dans le cadre de l’urgence du COVID-19

Publié le : 31.03.20

L’État péruvien doit abroger la Loi de protection policière (n° 31102) adoptée par le Congrès et promulguée le 28 mars 2020, car elle bafoue le droit international relatif aux droits humains et ouvre la...

Pérou. Le pays renvoie illégalement les Vénézuéliens en quête de protection

Publié le : 04.02.20

Le Pérou tourne le dos à sa tradition de solidarité envers les Vénézuéliens et Vénézuéliennes en quête de protection et refoule maintenant délibérément ces personnes à la frontière, a révélé Amnesty International...