Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Nigeria. #TalkYourTruth : une campagne pour obtenir le droit à la liberté d’expression

Amnesty International Nigeria lance lundi 31 mai 2021 #TalkYourTruth (« dit ta vérité »), une campagne qui vise à protéger la liberté d’expression au Nigeria, alors que les voix critiques, les journalistes et les personnes qui expriment des opinions dissidentes sont confrontés à des actes d’intimidation, des menaces et sont parfois même arrêtés par les forces de sécurité.

À de nombreuses reprises, les autorités nigérianes ont continué de répondre par la violence et les menaces aux personnes et aux groupes qui exprimaient des opinions dissidentes. Bien souvent, les agences d’application des lois ne protègent pas le droit à la liberté d’expression, mettant ainsi en danger les vies des personnes qui osent critiquer les autorités, les personnes au pouvoir ou les institutions.

« La campagne #TalkYourTruth vise à protéger le droit à la liberté d’expression et à recueillir des informations sur les cas d’intimidation, d’arrestation ou de menaces à l’encontre des personnes qui expriment des opinions que le gouvernement, des personnes ou des groupes de personnes peuvent trouver offensantes. Le gouvernement doit tolérer les opinions défavorables et considérer les voix critiques comme celles de bons citoyens exerçant leurs droits humains », a déclaré Osai Ojigho

Yahaya Shariff Aminu, 21 ans, est toujours maintenu en détention après avoir initialement été condamné à mort pour avoir partagé sur WhatsApp un message audio considéré comme « blasphématoire ». Salihu Tanko Yakassai, plus connu sous le nom de Dawisu, a été arrêté illégalement par la police secrète du Nigeria, la Direction de la sûreté de l’État, pour un tweet dans lequel il se plaignait de l’insécurité grandissante, en condamnant l’enlèvement de plus de 300 écolières. Jaafar Jaafar, un journaliste d’investigation, a fui le Nigeria après avoir reçu des menaces contre sa vie pour avoir révélé des actes de corruption présumés au sein du gouvernement. Abubakar Idris (Dadiyata), critique à l’égard du gouvernement nigérian, a été enlevé par des hommes armés à son domicile à Kaduna le 1er août 2019. On ignore toujours tout de son sort.

« Avec le lancement de la campagne #TalkYourTruth, nous appelons les autorités nigérianes à montrer un engagement tangible en matière de libertés et à abandonner immédiatement et sans conditions toutes les charges abusives retenues contre les personnes qui sont persécutées uniquement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression. Les personnes qui expriment des opinions que d’autres trouvent offensantes doivent être protégées des menaces d’acteurs étatiques et non étatiques. L’intimidation de stations de radio ou de chaînes de télévision qui diffusent des opinions critiques, par le biais de menaces d’amendes ou de fermeture, doit cesser. Il est du devoir des autorités de veiller à ce que tout le monde puisse exprimer librement des opinions critiques, sans crainte de représailles », a déclaré Osai Ojigho

Complément d’information

#TalkYourTruth est la deuxième phase de la campagne d’Amnesty International Nigeria sur la liberté d’expression qui vise à protéger et à promouvoir la liberté d’expression. Ces dernières années, les attaques contre les voix dissidentes se sont accentuées, allant dans certains cas jusqu’à des actes d’intimidation par les agences de sécurité, simplement pour avoir exprimé des opinions critiques, notamment sur les réseaux sociaux.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Nigeria. Au moins 115 personnes tuées par les forces de sécurité en quatre mois dans le sud-est du pays

Publié le : 05.08.21

Les forces de sécurité nigérianes ont perpétré de nombreuses violations des droits humains et crimes de droit international dans le cadre des opérations menées pour répondre à la montée de la violence...

Nigeria. Sept ans après l’enlèvement de Chibok, l’État ne protège toujours pas les enfants

Publié le : 14.04.21

Au Nigeria, des dizaines de milliers d’enfants sont privés d’éducation parce que les autorités ne protègent toujours pas les écoles, en particulier dans le nord du pays, contre les attaques d’insurgés...

Nigeria. Les violences de Boko Haram contre les femmes et les filles exigent une réponse de toute urgence – Nouvelles recherches

Publié le : 24.03.21

Lors de récentes attaques dans le nord-est du Nigeria, les femmes et les filles ont été prises pour cibles par les combattants de Boko Haram qui les ont violées ou soumises à d'autres violences sexuelles,...

Nigeria. Les zones rurales du nord du pays sont de moins en moins sûres

Publié le : 15.12.20

En réaction à la revendication par Boko Haram de l'enlèvement de plus de 500 lycéens de l'école secondaire publique des sciences de Kankara, dans l'État de Katsina, Osai Ojigho, directrice d'Amnesty International...

Nigeria. Les personnes âgées, des victimes souvent invisibles du conflit avec Boko Haram

Publié le : 08.12.20

Les personnes âgées souffrent de façon particulière du conflit qui sévit depuis près de dix ans dans le nord-est du Nigeria. Beaucoup d’entre elles sont mortes de faim chez elles ou y ont été massacrées....