Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Communiqué de presse

Nicaragua. Une opération policière montre que la répression meurtrière se poursuit

Le 17 juillet, à l’aube, Bryan Murillo López a perdu la vie à cause des coups de feu tirés par des membres de la police nationale du Nicaragua. Deux proches de cet homme, son frère Kener Murillo López et son beau-frère Javier Cortez, ont été grièvement blessés.

Selon un communiqué de la police, les policiers ont tiré des coups de feu pour se défendre. Cependant, les informations disponibles jusqu’à présent semblent indiquer que la police se livrait à une opération illégale au cours de laquelle elle a utilisé des armes militaires. D’après les informations reçues par Amnesty International, les victimes, qui n’étaient pas armées au moment des faits, appartiennent à une famille ouvertement opposée au gouvernement de Daniel Ortega, et ces faits se sont produits dans un contexte de violence politique persistante visant les personnes qui contestent le gouvernement.

« La mort de Bryan Murillo López, ainsi que les graves blessures infligées à Kener Murillo López et à Javier Cortez, démontrent une fois de plus la brutalité du gouvernement de Daniel Ortega. Les circonstances dans lesquelles a été menée cette opération, ainsi que le profil des victimes, incitent à penser qu’il pourrait s’agir d’un nouvel épisode de répression meurtrière contre la dissidence, a déclaré Erika Guevara Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

« Les autorités nicaraguayennes, bien loin de fournir une explication plausible à ces violences, ont présenté les victimes comme étant des délinquants. Nous demandons que soit menée dans les meilleurs délais une enquête exhaustive et impartiale sur ces faits et sur les autres violations graves des droits humains qui auraient été commises, et que les victimes obtiennent justice ainsi que des garanties de non-répétition. »

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Nicaragua. Le gouvernement de Daniel Ortega semble se préparer à une nouvelle phase de la répression

Publié le : 30.09.20

À la suite de la récente présentation de la Loi sur la réglementation des agents de l’étranger et de la Loi spéciale relative à la cybercriminalité devant l’Assemblée nationale du Nicaragua, Erika Guevara...

Nicaragua. Des organisations internationales appellent le président Daniel Ortega à cesser le harcèlement et le licenciement arbitraire de professionnels de la santé

Publié le : 17.06.20

En réaction au licenciement d’au moins 16 professionnel·le·s de la santé ces dernières semaines, après qu’ils ont dénoncé la réponse du gouvernement nicaraguayen à la pandémie de COVID-19, Amnesty International,...

Nicaragua. Une dizaine de personnes privées de liberté pour avoir participé aux manifestations qui ont débuté en 2018 présentent des symptômes correspondant au COVID-19

Publié le : 08.05.20

Compte tenu du fait qu’au Nicaragua, des organisations locales et des proches de personnes qui ont été privées de liberté uniquement pour avoir exercé leur droit de manifester pacifiquement ont signalé...

Nicaragua. Le gouvernement accroît le risque de propagation du COVID-19 dans un pays déjà laminé par deux années de crise

Publié le : 16.04.20

Alors que la planète se trouve confrontée à un défi historique, le gouvernement du président Daniel Ortega ne tient manifestement aucun compte des recommandations des organismes internationaux de défense...

Nicaragua. Un an et demi après le début de la crise, Amnesty International lance une campagne et demande au gouvernement de cesser la répression

Publié le : 19.10.19

Le gouvernement du Nicaragua doit mettre fin à la stratégie répressive qu’il mène depuis le 18 avril 2018 et qui comprend actuellement des mesures pour fermer, maîtriser ou réduire au silence les organisations...

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres